Le flocon.

Maintenant, c’est le temps pour moi d’apparaître, de danser, de virevolter et de valser sous les yeux des jeunes enfants. Ils sont émerveillés, joyeux et contents de me voir pour la première fois naître. Je suis un oiseau posé sur une corniche, tandis que d’autres vont au sol pour créer un tapis blanc. Mes amis et moi somme nombreux comme tous les grains de sable dans un désert. Nous entendons les cris de joie des enfants, ils courent partout, ils font du vacarme à réveiller les morts. De la corniche, je peux voir les gamins qui s’amusent avec mes amis en fessant des anges de neige, des bonhommes de neige et des batailles de boules de neige. Je peux apercevoir le plaisir qu’ils ont dans leurs yeux.

Les mois passèrent, la température soufflait de plus en plus de chaleur. Plusieurs de mes amis commencèrent à disparaîtraient. Les journées devenaient de plus en plus difficiles et n’avaient aucunes fins. Cette histoire bouleversante m’avait fait voir que ma fin était proche. Nous étions si jeunes, mais si vieux

Publicités

3 Responses to Le flocon.

  1. coeurmobile2 says:

    salut,
    je vais utiloiser ton hyperbole « un vacarme à réveiller les morts. »

  2. personneordinaire says:

    Salut Nouille,
    je t’emprunte ton hyperbole «Ils font du vacarme à réleiller les mort»
    merci

  3. chieninvincible says:

    salut nouille je vais afficher dans l’école ta comparaison Mes amis et moi somme nombreux comme tous les grains de sable dans un désert..bye

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s