Naissance

Le premier souffle est aussi long que l’éternité

mais court en temps ; c’est le plus important !

C’est le moment,

j’ouvre mes yeux très grands

Large et éblouissant, une vision d’enfant

Je suis entouré de spécimen bleu

Qui me touche, moi, qui provient des cieux

Un être sensible

Incompréhensible!


Je vois , j’ai peur , je pleure

Des flots me sortent avec ampleur

Ah! Où suis-je ?

La Mer Rouge m’a aidé à y arriver

Pourquoi ai-je voulu quitter ?

Pour regarder

le Soleil me brûler ?

Chaleur, paisibilité effacée

Je veux vite y retourner

On ne peut revenir en arrière

Je vais devoir m’y faire

Une femme me prend

elle me prend, tendrement

C’est un monde à découvrir,

c’est le monde de mon avenir

One Response to Naissance

  1. tempeteimprevue says:

    Bonjour agrumes melange

    je n’ai pas vraiment lu ton poeme, mais j’ai vu ta metaphore Je suis entouré de spécimen bleu et je trouverais cela drole de le metre dans la piece la plus quebecoise de l’ecole.

    avec respect

    Tempête Imprévue

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s