Ennuyant et palpitant à la fois, est-ce possible ?

Je suis une résidente d’un petit village situé à proximité d’une ferme sur la rue Des Érables à St-Martin. Un petit coin à l’autre bout du monde et ce, loin de plusieurs choses essentielles à ma survie. Je ne vois plus les membres de ma famille, les centres d’achats, les restaurants, plus rien et ce, même pas la lueur du jour. Je reste encabanée dans mon petit appartement à moitié démoli. Il n’y a absolument rien de positif à raconter sur la vie que je mène en ce moment. J’aimerais bien retourner dans le passé pour corriger plusieurs de mes erreurs. Ma vie d’avant n’était pas si intolérable, mais tout a basculé à cause de mon caractère de cochon. Des fois, je me dis que j’aurais aimé mieux ne pas être née. J’ai de la misère à porter toute cette pression sur mes épaules.

 

Vous vous demandez sûrement le pourquoi de la chose. Bien, pour tout vous dire je n’ai jamais pu vivre une existence normale et celle que je voulais avoir. À  vrai dire tout a commencé lorsque j’ai eu une épaisseur de cheveux qui convenait à une fillette de mon âge. Mon entourage a commencé à se questionner sur mon sexe. D’après eux, je ressemblais plus à un petit gars qu’autre chose. J’avais toutes les caractéristiques du genre masculin, c’est-à-dire la coupe ‘’ champignon’’, un style de vêtements masculins et de couleurs foncées, j’étais agressive et je sacrais déjà à l’âge de 9 ans. Tout pour aider à ma cause. Presque tout le monde me rejetait, car j’étais de nature bizarre. Mes parents me faisaient fréquenter l’école, mais aucun des élèves ne voulaient apprendre à me connaître. Lors des projets d’équipe, on me choisissait très rarement et je me retrouvais donc toujours à faire tout le travail de par moi-même. Dans un sens, cela ne me dérangeait pas, car je ne me forçais quasiment pas dans tout ce que j’entreprenais. J’allais à l’école simplement pour faire des heures et pouvoir m’évader en quelques sortes de l’enfer que je vivais à la maison. À vrai dire, j’essayais de trouver un moyen pour fuir tous mes problèmes. Je n’étais pas capable de voir les bons côtés de la vie. De plus, je ne me sens aimée de personne. Ma mère prend beaucoup de plaisir à crier à tue-tête lorsque je fais quelque chose qui, selon elle est mal. Elle me hurle souvent : ‘’         VALÉRY FAIT QUELQUE CHOSE DE TA VIE ET CESSES D’ÉNERVER LE PEUPLE EN BEAU QUÉBÉCOIS. TU N’IRAS PAS BIEN LOIN AVEC TON CARACTÈRE DE COCHON!!!’’ Bref, tout pour essayer de me rabaisser. Puis, mon père je ne le voyais presque jamais, car il était souvent en voyages d’affaires.  Au moins, je suis fière de dire qu’un jour j’ai réussi à me faire une amie qui s’appelait Carine et c’est avec elle que je faisais tous les mauvais coups qui pouvaient exister sur cette planète. Par exemple, on prenait un malin plaisir à anéantir les décorations de mes voisins, composer un numéro de téléphone et faire poireauter  la personne au bout du fil, lancer les journaux du village partout dans les rues, bombarder les portes du voisinage avec de la nourriture, échanger des panneaux d’adresse, bref on avait l’embarras du choix.  Puis, un beau jour je m’étais levée de mon lit pour aller déjeuner et j’entendis aux nouvelles qu’une certaine Carine s’était suicidée. J’écoutai le reste du reportage pour en savoir plus sur cette personne et j’appris qu’en fait celle-ci était bel et bien mon amie. Je ne comprenais plus rien, j’étais sous le choc. Selon moi, je n’avais donc plus de raisons pour rester sur la Terre, je n’avais plus le goût de vivre. Quelle vie de Dieu je vivais ! Je me suis dit que cela n’avait pas d’allure si je faisais la même chose que Carine, je décidai donc de partir vivre ailleurs très loin de cette vie minable et ennuyeuse. Je voulais fuir tous mes problèmes et cesser de souffrir. Ce sont pour ces raisons que j’habite maintenant à St-Martin. Le seul hic c’est que je me pose toujours la question si j’ai fais le bon choix en quittant tout. Oh, j’oubliais quelque chose…      j’ai oublié de mentionner que j’ai un rendez-vous avec un admirateur secret demain. Que j’ai hâte!

[SUSPENSE]

Publicités

3 Responses to Ennuyant et palpitant à la fois, est-ce possible ?

  1. coeurmobile2 says:

    Bonjour! Je viens de lire les 500 premiers mots de ton début de roman et je note sur une échelle de 1 à 5 (5 étant le meilleur résultat) mon opinion sur les énoncés suivants:

    Je trouve ton début de roman original – 3
    Je trouve tes personnages attachants, haïssables ou angoissants – 5 pour Valery et 5 pour Carine mais 3 pour les autres
    Les dialogues sont vivants – il n’y en a pas
    Tes descriptions sont intéressantes – Celle de Valery 5
    La narration me plait – 4
    J’aime ton style d’écriture – 4
    Ton histoire est agréable à lire –5
    J’ai envie de lire la suite! –4

    Mais surtout…

    Voici ce que j’ai aimé : La description de ce que Carine et Valery faisaient

    Voici ce que j’ai moins aimé : Le premier paragraphe. (il était très bien écrit c’est simplement pas le genre de début de roman qui m’attire.)

    Voici ce que j’aimerais voir dans la suite : Entendre parler de quelques histoires sur Carine et Valery

  2. gobelinimaginatif says:

    Bonjour! Je viens de lire les 500 premiers mots de ton début de roman et je note sur une échelle de 1 à 5 (5 étant le meilleur résultat) mon opinion sur les énoncés suivants:

    Je trouve ton début de roman original –4
    Je trouve tes personnages attachants, haïssables ou angoissants –5
    Les dialogues sont vivants –oui mais il y en a rien qu’un
    Tes descriptions sont intéressantes –4
    La narration me plait –4
    J’aime ton style d’écriture –4
    Ton histoire est agréable à lire –5
    J’ai envie de lire la suite! – 5

    Mais surtout…

    Voici ce que j’ai aimé : l’originalité de ton personnage principal. J’ai aussi bien aimé l’insertitude de l’aurientation de valery et qu’on n’est pas sur si elle est un gars ou une fille.

    Voici ce que j’ai moins aimé : Le laps de temps ou carine se suside. C’est bref et je n’avais pas conpri que plusieur année avait passé

    Voici ce que j’aimerais voir dans la suite : j’ai rien a dire, je vais surement lire ta continuité

    Gobelin Imaginatif

  3. princesseinutile says:

    Bonjour! Je viens de lire les 500 premiers mots de ton début de roman et je note sur une échelle de 1 à 5 (5 étant le meilleur résultat) mon opinion sur les énoncés suivants:

    Je trouve ton début de roman original –4
    Je trouve tes personnages attachants, haïssables ou angoissants –5
    Les dialogues sont vivants –4
    Tes descriptions sont intéressantes –4
    La narration me plait –4
    J’aime ton style d’écriture –4
    Ton histoire est agréable à lire –5
    J’ai envie de lire la suite! –5

    Mais surtout…

    Voici ce que j’ai aimé :J’ai adoré ton personnage principale, elle est vraiment originale.

    Voici ce que j’ai moins aimé :Quand Carine se suicide.

    Voici ce que j’aimerais voir dans la suite :Imprissione moi !

    Princesse inutile

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s