Vendredi le 13 Novembre

Vendredi le 13 novembre, il se réveilla comme tous les jours.  Il s’étira, mais il ressenti immédiatement une extrême douleur dans sa jambe droite. C’était comme si quelqu’un l’a poignardé. Il essaya ainsi de toucher sa cuisse avec sa main droite, mais il ne se rendit pas.                                                                                                                                                                          -Mais qu’est-ce qui m’arrive?, demanda-t-il.                                                                                                                                                     C’était à ce moment qu’il entendit son nom dans le lointain.  Il y a un étranger dans ma maison, pensa-t-il.                                -Paul, réveille-toi! Paul! Paul…

Il ouvrit ces yeux et tout lui revint à l’esprit. Il vit ces trois enfants morts, attachés sur le canapé beige couvert de taches rouges du sang qui dégoutta des petits. Une grande tristesse lui vint au cœur. L’enfant assit à gauche, à cote de la salle de bain, était le plus jeune. Il avait que trois ans. Il se retourna, il fut trop révolté. Il regarda à sa droite où se trouva la cuisine et vit sa femme qui avait été tuée avec une arme à feu.                                                                                                  – Tout le monde est mort, dit-il à lui-même.                                                                                                                                                             -Paul…                                                                                                                                                                                                                                 La voix le surprit, mais il l’ignora. Le salon qui fut habituellement très propre, était en désordre. Les murs pâles et le plancher de bois furent couverts de sang. Les lampes qui furent ordinairement sur des petites tables en bois étaient en mille morceaux. Paul décida de se lever, mais il ressenti la douleur dans sa jambe. Il baissa sa tête et vit un   couteau dans sa cuisse, il l’ignora. Il regarda sa main gauche et il manqua trois doigts, il l’ignora. Paul fit en état de choc. Il se leva et se regarda dans le miroir qui se trouva dans la salle de bain. Ces cheveux bruns furent en sueurs et il eut des coupures partout sur son visage pâlit. Il en avait assez et se retourna pour confronter l’homme qui se trouva derrière lui. Il reconnut l’homme immédiatement, c’était son voisin Jean. Paul ne put plus regarder les assassinés, car il ne peut pas s’empêcher de penser que c’était de sa faute. Il n’avait aucune idée de ce qui s’était passé. Encore en état de choc, il demanda à Jean :                                                                                                                                                                                                                  – Qui a tué ma famille?                                                                                                                                                                                                        Jean lui répondit :                                                                                                                                                                                                                -Tu ne te souviens de rien Paul?

À cet instant, quelqu’un défonça la porte d’entrée, quatre hommes rentrèrent et un inconnu mit un sac brun et sec sur sa tête. Ils l’amenèrent  à l’extérieur de la maison. Paul sentit le gazon mouillé sous ces pieds et ensuite  se retrouva dans une automobile. Un des quatre hommes ferma la porte derrière lui. Le siège fut si doux, c’était comme s’il était assit sur un nuage. Il sentit son voisin à son côté et paniqua.                                                                                                                          – Qui êtes- vous? Je n’ai rien fait! Je vais vous tuer! Vous avez assassiné ma famille! MA FAMILLE! Ma famille…, cria-t-il.                                                                                                                                                                                                                                                  C’était à ce moment que ça lui frappa.                                                                                                                                                                       – Ils sont tous morts…, dit-il.                                                                                                                                                                                         Il éclata en sanglots. Un homme lui répliqua d’un ton sympathique :                                                                                                         – Nous n’avons pas tué votre famille, nous avons essayé de vous sauver.                                                                                                 Paul qui avait tout perdu, répondu :                                                                                                                                                                           – Vous voulez nous sauver? Vous êtes trop tard! Avez- vous vu qu’est-ce qu’ils ont fait à ma famille, mes enfants et ma femme ?                                                                                                                                                                                                                                 Il essaya de continuer, mais un homme lui cria :                                                                                                                                                    – Ta gueule!                                                                                                                                                                                                                          Et lui frappa avec grande force derrière la tète. Il perdu connaissance.

4 Responses to Vendredi le 13 Novembre

  1. InventionOptique says:

    Bonjour! Je viens de lire les 500 premiers mots de ton début de roman et je note sur une échelle de 1 à 5 (5 étant le meilleur résultat) mon opinion sur les énoncés suivants:

    Je trouve ton début de roman original – 5
    Je trouve tes personnages attachants, haïssables ou angoissants – 5
    Les dialogues sont vivants – 5
    Tes descriptions sont intéressantes – 5
    La narration me plait – 5
    J’aime ton style d’écriture – 5
    Ton histoire est agréable à lire – 5
    J’ai envie de lire la suite! – 5

    Mais surtout…

    Voici ce que j’ai aimé : C’est un roman que j’aurais acheter ! Tes descriptions sont belles, tes personnages sont intéressent, ton histoire est bien introduit. Tout ce qu’il fau pour faire une bonne histoire, tu l’as. Continue !

    Voici ce que j’ai moins aimé : La fin de ton début était un peu dur à comprendre. Je ne comprends pas vraiment, mais j’ai plusieurs hypothèse qui me tient l’haleine…

    Voici ce que j’aimerais voir dans la suite : Je voudrais savoir l’histoire de la famille avant de savoir le ou les tueur(s) de cette famille.

  2. vachemouillee says:

    Je trouve ton début de roman original – 3
    Je trouve tes personnages attachants, haïssables ou angoissants – 3
    Les dialogues sont vivants –4
    Tes descriptions sont intéressantes – 1
    La narration me plait – 4
    J’aime ton style d’écriture –4
    Ton histoire est agréable à lire – 5
    J’ai envie de lire la suite! – 5

    Mais surtout…

    Voici ce que j’ai aimé : L’intrigue de l’histoire

    Voici ce que j’ai moins aimé : Aucun description de personage et vous avez sans introduction.

    Voici ce que j’aimerais voir dans la suite : J’aimerais savoir plus le personage et sa famille. Ainsi comment les meutres ont été commis.

  3. fleuronctueuse says:

    Bonjour! Je viens de lire les 500 premiers mots de ton début de roman et je note sur une échelle de 1 à 5 (5 étant le meilleur résultat) mon opinion sur les énoncés suivants:

    Je trouve ton début de roman original – 5
    Je trouve tes personnages attachants, haïssables ou angoissants – 5
    Les dialogues sont vivants – 5
    Tes descriptions sont intéressantes – 5
    La narration me plait – 5
    J’aime ton style d’écriture – 5
    Ton histoire est agréable à lire – 4
    J’ai envie de lire la suite! – 5

    Mais surtout…

    Voici ce que j’ai aimé : j’ai bien aimé la description de ton texte.

    Voici ce que j’ai moins aimé : ton histoire fait peur.

    Voici ce que j’aimerais voir dans la suite : je voudrais bien savoir qu’est-ce qui s’est passé par la suite

    Fleur Onctueuse

  4. chienmaigrichon says:

    Bonjour! Je viens de lire les 500 premiers mots de ton début de roman et je note sur une échelle de 1 à 5 (5 étant le meilleur résultat) mon opinion sur les énoncés suivants:

    Je trouve ton début de roman original –4
    Je trouve tes personnages attachants, haïssables ou angoissants –3
    Les dialogues sont vivants –5
    Tes descriptions sont intéressantes –3
    La narration me plait –4
    J’aime ton style d’écriture –4
    Ton histoire est agréable à lire –4
    J’ai envie de lire la suite! –5

    Mais surtout…

    Voici ce que j’ai aimé : J’ai aimé les dialogues. Je trouve qu’ils se suivent très bien.

    Voici ce que j’ai moins aimé : La description des personnages. Ils sont peu décris, et ils sont dûr à s’attacher.

    Voici ce que j’aimerais voir dans la suite : J’aimerais voir c’est qui les personnes qui on volé Paul et comment sa famille est morte.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s