Toute une histoire

J’avais aucune idée où j’étais précisément ni quelle date nous étions. J’étais sûrement à au moins 6 km sous terre et il était sûrement bientôt midi car mon ventre gargouillait. Il fallait aussi travailler. Travailler encore des heures et des heures jusqu’à ce que mon corps ne soit plus capable de soulever la pioche ou d’avancer. Ça ne demandait pas un gros cerveau pour creuser un trou mais ça pouvait nous coûter la vie si on le faisait mal. Notre vie car environ une centaine de mineurs mourraient chaque année. Nous étions surexploité sans toucher un sou. J’étais surexploité totalement. Pour le dirigeant de la compagnie, ça faisait son affaire. Des employés qui ne coûtent presque rien, juste un peu  de nourriture et un logement. C’est minable comme condition de vie. La mine était en quelque sorte une prison. Quand on y rentrait on n’y ressortait pas avant la fin de notre peine. C’était soit 60 ans dans une prison ou le quart dans la mine. Il me restait encore toute la vie à découvrir. Je devais avoir environ 16 ans. Ça fait déjà 3 ans que je me suis fait arrêter par la police pour tentative de meurtre. Ce n’est pas ma faute si ma fusée n’a pas bien décollé et qu’elle s’est retrouvée au-dessus de la maison des Smith. Par chance, il y a eu aucun mort ni blessé mis à part leur maison. Elle était à moitié détruite comme si une météorite avait atterri, par malheur, sur leur maison. Ça avait crée une si belle explosion. Il y avait du rouge, du bleu avec un mélange d’orange et jaune. Je n’avait jamais vue une explosion si bien réussie. Mais ça m’a value une belle arrestation et 15 ans à errer dans une mime où l’on exploitait du minerai de fer. Le fer était une source très importante à cette époque. La mine se trouvait dans le coin du puits de la mine de Voreux à Montsou. Pendent la révolution industrielle il fallait avoir du fer pour pouvoir évoluer. J’étais quand même bien traité à la mine. On m’avait surnommé le « P’tit Chris »  car j’avais survécu à deux explosions et que je serais supposé être mort au moins une dizaine de fois. Sinon, mes amis eux me surnommaient Jo Louis. Ça simplifiait mon nom et c’était moins compliqué de prononcer Jo Louis que Jean-Louis Duvignoble. Les premières semaines dans ce trou sont les plus pénibles. Même l’enfer était moins pire que ça. On gel, c’est humide, on a de la misère à respirer et on dirait qu’ils veulent que nous mourions la première semaine car ta première job c’est de placer de la dynamite dans les galeries. Si tu ne courais pas assez vite et bien tu explosais en mille morceaux ou tu  étais écrabouillé, par toute la roche, parterre. Chaque groupe était constitué de 5 à 8 mineurs et ils avaient leur galerie. Moi, j’étais dans la dernière avec mes collègues, Jean le plus âgé, Young notre immigrant illégal, Grégoire qui devait avoir environ une vingtaine d’années et John l’anglophone du groupe. C’était ma famille en quelque sorte. Je mangeais, dormais et travaillais avec eux. Il y a eu aussi Marc mais, il n’a pas résisté plus de trois semaines. Il s’est tué avec de la dynamite dans la bouche.

One Response to Toute une histoire

  1. castormachiavelique says:

    Bonjour! Je viens de lire les 500 premiers mots de ton début de roman et je note sur une échelle de 1 à 5 (5 étant le meilleur résultat) mon opinion sur les énoncés suivants:

    Je trouve ton début de roman original – 5
    Je trouve tes personnages attachants, haïssables ou angoissants –4
    Les dialogues sont vivants –( Je peux pas vraiment évaluer ça)
    Tes descriptions sont intéressantes – 4
    La narration me plait –4
    J’aime ton style d’écriture –3
    Ton histoire est agréable à lire – 4
    J’ai envie de lire la suite! – 4

    Mais surtout…

    Voici ce que j’ai aimé : L’originalité du lieu où se passe ton histoire, le surnon donné à ton personnage.

    Voici ce que j’ai moins aimé : Ton texte n’est pas séparé en paragraphes, c’est assez dur pour les yeux.

    Voici ce que j’aimerais voir dans la suite : Des paragraphes et des dialogues, tes personnages ont l’air d’avoir plein de choses à raconter.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s