La justice est telle que l’on peut la percevoir.

Chris est un jeune père de famille de 28 ans et un père comme tous les autres. Il travaille fort pour subvenir aux besoins de sa famille. Cela fait déjà six ans qu’il vit avec sa blonde. Ils ont eu un petit garçon qui se nomme Michael. Il a quatre ans. Sa femme se nomme Laura. Elle a les cheveux noirs et longs jusqu’aux épaules, des yeux bleus, et elle mesure 5 pieds 5 pouces. Elle est vraiment jolie.
Chris a les yeux bruns et les cheveux châtains, c’est un homme de taille moyenne et il mesure 5 pieds 6 pouces. Il n’est pas bâti comme un frigidaire, mais il n’est pas frêle comme un petit chat non plus. Il est juste parfait. Son fils Michael lui ressemble comme deux gouttes d’eau. Il a les même yeux et leur couleur de cheveux est identique.
Mais, Chris va malheureusement comprendre que la justice n’est pas toujours juste. Depuis quelques mois il travaille plus pour amasser une somme supplémentaire. Cet argent servira à financer son mariage et la robe de cérémonie de sa femme.
Une journée, en revenant de son boulot, Chris avait reçu la lettre qui lui donnait l’accord de la banque pour un prêt d’argent. Cette somme allait l’aider à financer son mariage. Il avait hâte d’annoncer la bonne nouvelle à Laura .
Quelques heures plus tard il avait mis le petit Michael au lit. Lui et sa femme allèrent se coucher. Ils sont restés étendus pour discuter de leur mariage qui approchait et du travail. Ils s’endormirent en rêvant à leur future cérémonie.
Vers deux heures du matin, un bruit étrange les réveilla. Chris et Laura se sont levés d’un coup.
— Chris il y a quelqu’un dans la maison!
Chris bondit du lit, puis, il empoigna un bâton de baseball.
— Reste près de moi! Nous allons rejoindre Michael dans sa chambre sans faire de bruits.
Lorsqu’ils furent arrivés dans la chambre de Michael, la fenêtre était ouverte. Chris jeta un coup d’œil à l’extérieur pour voir s’il y avait quelqu’un tandis que sa femme rejoignit Michael dans son lit, pour le rassurer. Chris s’adressa à elle d’un ton autoritaire.
— Ne bouge pas! Reste dans la chambre avec Michael! Je vais aller voir ce qui se passe dans la maison.
Il quitta la pièce et se retrouva dans le couloir. C’est à ce moment que le voleur bouscula Chris qui tomba par terre et il prit ses jambes à son cou. Chris se releva aussitôt, puis, il le poursuivit jusqu’à l’extérieur de la maison.
— Hé! Arrête-toi! Arrête-toi. Je t’ai dit de t’arrêter! STOP!
— NON! Ne t’approche pas! Laisse-moi!
Ensuite, un bruit redoutable retenti, suivi immédiatement par un le silence morbide. Ce son était celui d’un bâton de baseball qui avait atteint sans erreur, l’arrière de la tête du voleur. Celui-ci était mort sur le coup.
— Chris, qu’est-ce qui se passe!
— Reste à l’intérieur, reste à l’intérieur! Et appelle la police!
Il retourna le corps afin de voir son visage. C’est à ce moment qu’il réalisa que celui-ci était mort subitement.
À l’arrivée des policiers, il entra dans la maison afin d’expliquer ce qui s’était passé. Ceux-ci n’ont eu d’autres choix que de l’inculper pour homicide.
Lorsque Chris essaya d’expliquer ce qui s’est passé il se fit répondre par l’agent de police responsable de la prise de notes que le voleur n’avait aucune arme. Lorsque celui-ci était sortit de la maison, il n’était plus une menace pour la famille. Le policier expliqua également à Chris qu’il aurait dû rester à l’intérieur et appeler la police au lieu de poursuivre l’intrus à l’extérieur avec un bâton de baseball.
À la suite de ces explication Chris fut emmené au poste de police…
Lorsqu’il arriva au poste de police, il a passé pas toutes les procédures judiciaires pour meurtre.
Dès qu’il arrive, Chris se fait prendre une copie de ses empreintes digitales puis il subit un interrogatoire. Après ces routines d’arrivée, il se fait mettre dans une cellule provisoire pour attendre l’arrivée de son avocate. Par la suite il pourrait être transféré dans une autre prison suivant la décision du juge.
Son avocate est venu le voir à la porte de sa cellule pour lui dire que la procureure à fixé la caution à un million de dollards.
Malheureusement, Christ n’a pas les moyens de payer cette somme. Son avocate lui dit que dans ce cas, elle va travailler sur son dossier pour le faire avancer. Puis elle reviendra pour en discuter.
Quelques semaines plus tard, elle revient lui faire part de son rapport. Elle lui annonce que le procureur a compati avec sa situation. Il lui suggère fortement de plaider coupable à un homicide involontaire. Ceci induirait la réfutation des charges et l’amènerait, ainsi, à purger une peine de trois ans, incluant les jours déjà faits.
Chris s’attendant à pouvoir sortir sans charges n’est vraiment pas ravi de cette nouvelle. L’avocate lui affirme que c’est dans son intérêt de plaider coupable d’homicide involontaire. La seconde option est d’aller dans un tribunal. Cela prendra un an d’attente et Chris sera inculpé pour meurtre au second degré. La peine courue est alors de quinze ans à perpétuité. Elle lui suggère d’accepter. Elle lui dit :
– C’est dans votre intérêt, vous n’aurez pas mieux.

Le jour du procès, Chris plaida coupable pour meurtre involontaire. Il fut inculpé pour trois ans de prison en requalification des charges et en incluant les quatre-vingt-dix-sept jours déjà faits.
Lors de son transfert dans une prison d’État, un individu s’adresse à lui.
– Eh, tu sais quoi? Ils vont nous laisser ces putains de chaines jusqu’à la prison. Là bas, les matons, c’est des vrais enculés. Moi, je m’appelle Jack mais on me surnomme SnowMan. Toi c’est quoi?
– Moi, c’est Chris.
– Tu sais quoi? Tu sais c’est qui le mec là-bas? Celui avec la moustache? C’est Dany Samsong. Il fait partie du brande. Rendus en tôle, ils vont le mettre au QHS. Je te dis pas de conneries. Il est indétectable, pas de croix gammée, pas de tatous. Les flics peuvent rien contre lui. Rusé comme un renard c’est un vrai génie.
– C’est quoi le brande?
– Tu connais pas les frères À Rien? Mec, tu ferais bien de te renseigner vite, mon pote. Tu sais que ces putains de négros t’ont à l’œil, mec?
– Attend là, je me suis battu qu’une seule fois à la prison du comté. Ça me parait pas si important.
– Ah, déconne pas mec! Tout est important en tôle. Tu regardes un mec de travers et ça chie. Tu le regardes pas, ça chie quand même. Si tu veut sauver ton cul quand tu vas à la promenade, tu vas te mettre avec les mecs de ta race. Tu te frittes avec le premier singe qui ouvre sa gueule et après, tu peux être sûr qu’ils vont te respecter.
Quelques minutes plus tard SnowMan s’adresse à nouveau à Chris.
– Ça va saigner.
– Quoi?
Puis tout d’un coup, Dany Samsong empoigne un objet métallique puis il poignarde la personne assise à côté de lui, à plusieurs reprises, dans la gorge. Par la suite, il se dirige vers l’arrière du bus, regarde la barre métallique et la remercie, puis il donne l’objet immaculé, maculé de sang à SnowMan.
– Je vois que tu as aimé la scène. Voici un petit souvenir.
Puis il s’assied plus loin.

Rendu à la prison, SnowMan panique puis refile l’objet à Chris en lui disant de le cacher sous son siège.
– Tu diras au gardien que tu l’as trouvé sous ton siège. Si tu balances, tu te fais buter!
Plus tard, dans la prison, Chris se fait interroger par les gardes pour savoir se qu’il s’était passé. Chris niait tout pour pas se faire tuer. Il est alors transféré dans la prison Delta parce qu’il ne veut rien dire.
Une fois rendu dans son logement de luxe, Chris se fait expliquer qu’il a droit à une récré par jour, à deux douches par semaine, et qu’il sera dans sa cellule, vingt-trois heures par jour.
Chris se fait jumeler avec un gars dénommé John. Celui-ci est un tueur en série. Il lui explique les règles à suivre dès son entrée dans la cellule, règles qu’il a bien entendu décidé lui-même. Si Chris les respecte, il n’aura pas d’ennuis.
Lors de sa première promenade, SnowMan accueille Chris en le félicitant. Il lui annonça qu’il faisait maintenant partie de la famille. Il affirma encore :
– Les gardiens sont des pourritures!
Lors de cette promenade, les gardiens gagent de l’argent sur les combats entre prisonniers. Lorsqu’ils voient qui a le dessus, ils arrêtent la bagarre en tirant sur les deux détenus avec des balles en caoutchouc afin de les séparer. Les bagarreurs sont ensuite reconduits dans leurs cellules.
Après plusieurs semaines, John et Chris commencent à faire connaissance. John lui explique les principes de la prison.
– La prison te désensibilise. La première fois que tu vois un mec avec la gueule démontée, tu vomis. La deuxième fois, tu le plains. Après tu enjambes le corps du pauvre mec et t’en a plus rien à foutre. On est tous en prison…..

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s