Léa

Dès sa naissance, 21 juin 1960, Léa fût rejeté par sa mère dû au fait qu’elle était très différente de celle ci .Comment peut-on l’être à la naissance puisque qu’on est si innocent. Une seul réponse: la différence physique était tellement claire que sa mère la immédiatement rejetée. Elle n’avait pas d’autre choix que d’offrir son nouveau née à sa propre mère qui, sous le choc, accueillie sa petite fille Léa avec son amour inconditionnel si évident .Quant à son père lui il n’avait pas le choix .Le couple avait tellement de difficultés, qu’il se résigna à donner son nouveau née en échange de son mariage. Elle grandit toujours avec un sentiment de rejet que personne n’était vraiment la pour elle, sauf sa grand mère Marthe. Elle lui apprit à marcher. Marthe était présente, lorsqu’elle prononça ses premiers mots. Plus elles vieillissaient plus leur amour grandit et Marthe commença à considérer Léa comme sa propre fille. Son père la visita régulièrement et l’amena souvent a ces défilés de mode .Par la suite il la ramena cher sa grand mère. Il faisait sa une fois par semaine.
Après un certain temps, sa mère, Hélène, devint tellement jalouse que sa fille menait une vie remplie d’amour, qu’elle l’obligea de quitter sa grand mère et décida de l’envoyer dans un couvent. Léa n’avait pas le droit de sortir qu’une seule fois à chaque deux semaines . Elle se sentait misérable dans se couvent, entouré de sévères religieuse, et si loin de sa grand mère qu’elle croyait jamais revoir. À chaque Lundi, elle avait des cours de piano. Elle devait faire très attention ou elle plaçait ses doigts, car sinon elle se faisait taper les mains, jusqu’à se qu’elle su comment jouer la chanson sans faire une erreur. Les soirées étaient pires: couché dans son lit, elle respirait la cigarette que la gardienne fumait. À chaque matin, l’alarme sonna à 5 heures pile. Fatiguées ou pas, il fallait se lever pour se diriger vers la cuisine et prendre son repas. Que le repas soi bon ou pas, elles n’avaient pas le choix de le terminer et de faire une prière pour remercier Dieu de se qu’elles avaient à manger .Souvent, Léa pensait à sa grand-mère,elle pleurait,mais elle se dit que peut importe où elle était,elle s’avait que sa grand-mère l’aimait toujours. Juste cette pensée lui donna assez de courage pour rester forte. Les années passèrent très vite. Quand Léa eu 18 ans elle avait déjà un bac en français et elle étudiait pour devenir esthéticienne. Le 21 juin
juin 1978, elle sortie du couvent avec une seule idée en tête: revoir sa grand-mère.
Léa marcha les trente kilomètres qui séparai le couvent de la maison de sa grand mère. Quand elle arriva devant la maison de sa grand mère, elle s’arrêta quelques minutes pour prendre le temps de regarder cette maison qu’elle n’avait pas vu depuis si longtemps. Puis, elle cogna à la porte et recula, un peut stresse quand elle entendis les pas de sa grand mère s’approcher de plus en plus prêt de la porte.
-LÉA?!
-Oh grand- mère! Sa fait si longtemps qu’on ne sait pas vu, j’ ai pensé à toi à chaque jour. Tu m’as tellement manqué!
-Ma belle petite fille, quelle merveilleuse surprise!
-Que tu as grandi!
-Je suis tellement contente d’être ici, grand mère.
-Moi aussi, je suis contente que tu sois ici, ma fille.
– Viens, rentre, j’ai tellement de chose à te raconter.
Le temps passé avec sa grand mère était aussi précieux qu’auparavant. Elles parlaient de tout et de n’importe quoi. Léa et Marthe jardinaient ensemble , car c’était le passe temps préférer de sa grand mère. Léa l’adorait et fessait tout pour lui faire plaisir cependant, Marthe n’était pas riche. L’amour que Léa ressentait envers celle ci l’obligea à trouver un travail le plus vite possible . Elle voulait éliminer les inquiétudes que sa grand mère subissait. Rapidement, elle trouva un emplois au restaurant du coin où elle se fût plusieurs amis. Une de ses meilleur amie, Patricia, aimait beaucoup s’entraîner au gym et préposa à Léa de l’accompagner.
Le gym était un très bon environnement pour rencontrer des gens de toutes sortes de personnalités. Il y avait même une cantine dans le sous sol du gym. Sam, était un très bon entraîneur qui à attiré l’attention de Léa instantanément. Ses bras musclés, son sourire, ses yeux d’un brun profond, son visage d’ange étaient inoubliable. Elle continuait à aller au gym avec Patricia en essayant de se concentrer plus sur son entraînement que sur le physique incroyable de Sam. Par contre, après plusieurs semaines, elle prit son courage entre ses mains et alla lui parler.
-euh désole de vous déranger, mais j’aurais aimer vous demander de l’aide si ça ne vous dérange pas trop.
-Bien sur que non, sa me ferais un très grand plaisir!
-Je vais commencer par vous donner un conseil d’entraîneur essayer de ne jamais soulever des altères plus que votre capacité. Ça va éviter les blessures de dos.
Merci pour le conseil, je ferais très attention, c’est promis.
– Un, deux, trois, bravo, vous faite ça très bien!
-Merci beaucoup pour votre aide.
-cela m’a faite un grand plaisir.
Sam était aussi gêné que Léa. Il ne s’avait pas comment l’expliquer. Lui aussi éprouvait des sentiments envers elle. Pourtant, il savait bien que c’était à lui de faire les premiers pas. Alors, il l’invita à aller souper au restaurant grec,Agapè. Après plusieurs soirées passé ensemble, ils réalisèrent qu’ils étaient faite l’un pour l’autre et que rien ne pourrais jamais les séparer. Ils savaient aussi que si ils voulaient commencer une famille, ils devaient s’éloigner de la et de la pauvreté du Liban. Une soirée dans un café….
-Sam? qu’est ce qui ne va pas? Tu n’agis pas comme d’habitude.
-Léa tu sais que je t’aime ?
– bien sur, moi aussi je t’aime chéris.
-Avec toi je suis au anges ,mais j’aimerais avancer dans notre relation. Je veut avoir une maison avec toi. Je veut avoir des enfants avec toi.
– Oh SAM! moi aussi j’aimerais sa ,mais comment le dire à ma grand-mère?!
-C’est à sa que je pensais . C’est pour ça que j’avais un malaise. Je sais à quelle point tu es proches de ta grand-mère et je ne veut pas vous séparer.
-Non ne t’inquiète pas à propos de ça je vais lui en parler ce soir.
Léa envisageait un dilemme . Sam était l’homme de sa vie mais sa grand-mère représentait beaucoup plus qu’ une simple grand-mère pour elle. Elle devait faire un choix. ce soir la quand elle arriva chez elle Léa n’agissait pas comme d’habitude et sa ne pris pas beaucoup d’effort de la part de sa grand-mère pour qu’elle remarqua se malaise
-Qu’est ce qui ne va pas, ma fille?
-Ah ,ce n’est rien grand-mère, fait toi en pas pour moi.
-Léa, tu es ma fille et je sais que tu vas mal . Qu’est ce qui te tracasse, chéri?
-Je ne sais pas comment te l’expliquer, grand- mère.
-Pourtant, tu as toujours été capable de me dire tout. Pourquoi est ce que aujourd’hui sa serait différent?
-Ok ! J’ai rencontrer un homme au gym , sa fait a peu près 2 mois qu’on se connais et je sais que c’est le bon gars que je cherchais.
-Chérie, c’est une très bonne nouvelle. Je ne sais pas pourquoi tu ne voulais pas m’en parler.
-Grand-mère attend j’ai pas terminé. On pense de déménager au Canada pour commencer une vie.
Marthe la regarda quelques instants . Elle ne s’avait plus quoi dire . Elle savait, que ce jour aller venir ou elle aurait a se séparer encore de sa petite fille , mais elle ne savait pas que sa allait se produire aussi vite que sa . Par contre elle ne voulais pas gâcher la vie de Léa alors elle essaya le plus possible de cacher ses sentiments de tristesses.
-Je suis contente pour toi ma belle. Je savais que ce jour allait venir bientôt et tu n’as aucune raison de te sentir mal.
Léa remarqua les yeux soudainement triste de sa grand mère. Elle ne voulait pas lui faire de la peine . Elle voulait partir en voyant sa grand mère la sourire et lui souhaiter bonne chance alors elle lui demanda:
-Es tu sur que sa ne te dérange pas grand mère?
-Pour te dire la vérité, j’aurais aimé être présente lors de ton mariage et si tu vas au Canada sans être marié je ne pourrais pas être présente quand vous décider que c’est le bon temps
Léa pris un moment de silence, pour considérer le dernier souhait de sa grand-mère. Elle se disait que c’était le minimum qu’elle pouvait faire pour Marthe, avant de la quitter .Léa savait très bien que Sam n’hésiterait pas à accepter son offre .Même si elle trouvais que c’était un peu bizarre : c’était elle qui devait faire la demande de mariage, elle était prête à le faire pour sa grand-mère.
-Bien sur, grand-mère sa me ferait plus que plaisir !
Sa grand-mère la pris dans ces bras et murmura merci dans son oreille. Elle savait qu’elle pouvait faire confiance à sa fille. Le lendemain Léa se rendit au gym .À l’heure du dîner elle amena Sam à la place de leur première rencontre:au restaurant Agapè. Elle était très gêné ,mais elle était sur d’elle même. Cette fois si c’est Sam qui remarqua le malaise de Léa et il lui demanda ce qui n’allait pas .Léa répondit:
-Hier j’ai parlé à ma grand-mère à propos de déménager au Canada et elle m’a demandé une dernière faveur que je ne voulais pas refuser. Je sais que habituellement c’est à l’homme de faire ça et je me sens un peut stupide ,mais….Sam veux- tu me marier?
-Ah Léa, trésor je suis tellement désolé que je n’ai pas pensé de demander ta main avant de déménager au Canada . Je t’aime comme la lune et je serais l’homme le plus content sur la terre de te marier! Sam pris congé pour le reste de sa journée. Léa alla avec Sam pour annoncer la nouvelle à sa grand-mère qui fût ravis de l’entendre
Le mariage fût organisé, pendant plusieurs semaines. Le 22 septembre 1978, Léa et Sam était marié au bord de la mer. Après deux mois de planification et de travailles pour enregistrer les papiers d’immigrations, le couple étaient finalement assis dans l’avion(air Canada) en vol vers destination.
 
 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s