Martin et Poséidon

À tous les jours, c’est pareil. Ma mère vient me réveiller avec un petit déjeuner composé de bacon, de crêpes, d’œufs et surtout le plus important un bon et gros verre d’eau sans lequel je n’arrive pas à me lever. Comme on le remarque tout est parfait, mais ma journée devient un enfer lorsque je vois mon foutu beau père taper les fesses de ma mère en me disant: « Tu vas peut-être en pogner des aussi belle! »

 

  • Peut-être mais je vais traiter la fille avec beaucoup plus de respect que toi!

À chaque fois que cela arrive ma mère arrive et nous dit de nous calmer. Elle nous le dit toujours avec un calme auquel je ne peut rien comprendre. Pourtant elle est avec un gros puant qui a un nom tels que Robert. Dès que Robert part travailler ma mère vient me voir et me dit qu’elle est avec lui seulement pour me protéger et pour que je sois en sécurité. Cette phrase me bouleverse toujours un peu, mais je n’y porte jamais attention. Après être sortie de la maison,je marche toujours avec mon meilleur ami, Ricky, qui lui ne marche pas vraiment car il est en chaise roulante, son histoire est très intéressante, mais trop longue à raconter, donc je vais vous en raconter l’essentiel.

 

Lorsqu’il était jeune toutes allaient pour le mieux, il marchait, courait et même qu’il nageait. Un jour, il était sur le dos de son cheval lorsqu’un loup a effrayé le cheval qui a renversé Ricky par terre. Toutes étaient beau jusqu’au moment où le cheval lui tombe sur les deux jambes. C’était la malheureuse histoire de mon meilleur ami.

 

Une fois arrivé à l’école, nous allons toujours à la piscine là où je pourrais passer des journées entière si je le pouvais. Une fois ma baignade terminé nous allons à nos cours dans lesquels je ne suis pas capable de me concentrer. Honnêtement, je crois que je suis hyperactif, mais Ricky me dit que c’est normal car je suis spécial, ce qui me rend presque aussi confus que quand ma mère me dit qu’elle est avec le puant de Robert pour me protéger. Tous ce que les gens dans mon entourage font ne fais quand ajouter à ma confusion, le fais que je n’ai jamais connu mon père aussi pèse sur la balance. Même mon directeur me porte une attention assez particulière, il veille toujours à ce que tous ce passe à merveille, comme si il croyais lui aussi que je suis un garçon spécial, pourtant je suis un garçon comme les autres. Mon retour à la maison ce fais dans le calme le plus total, car mon beau père n’est jamais là. Il est toujours en train de soit disant travailler. Je passe toujours la soirée avec ma mère qui refuse toujours avec entêtement de me dire l’identité de mon père même de me dire si il est mort ou vivant, elle ajoute à chaque fois que mon futur le mettra sur mon chemin. À chaque vingt et une heures , je suis au lit car Robert revient du travail et dès qu’il ce met à toucher ma mère je parts dans ma chambre. À 22h30 je dors à point fermé en ne sachant pas que demain ne sera pas une journée aussi merveilleuse que aujourd’hui la été.

 

Comme à tous les matins je me réveille avec mon déjeuner au lit ma mère me le donne de la même manière que d’habitude. J’arrive à la cuisine, la même scène d’horreur où Robert tape les fesses de ma mère ce produit. J’arrive chez Ricky à la même heure que d’habitude. Seulement, lorsque j’arrive il est déjà à ma rencontre, je vois dans son visage que quelque chose ne va pas. Je n’ai même pas le temps de lui demander qu’il me dit : « Viens nous sommes déjà en retard ». Déjà je ne comprend pas ce qui ce passe. Une fois arrivé à l’école nous ne nous dirigeons pas vers la piscine mais vers le bureau de M. Fernand. Nous n’avons pas le temps d’y arriver qu’il est déjà là à nous attendre. Dès que moi et Ricky sommes entré dans le bureau M. Fernand il ordonne à Ricky d’aller fermer la porte. C’est la que j’ai compris que ce qui allais ce passer ne serrais pas de tous repos. Quand la porte fut fermée M. Fernand prit la parole: « Mon cher Martin, il est temps qu’on te parle »!

 

  • Quoi, qu’est ce que j’ai fais ?
  • Toi! Rien mais ton père lui a fais quelque chose, dit Ricky.
  • Un instant, tu sais qui est mon père?
  • Nous le savons tous les deux mon cher. Mais sache que nous ne T’avons rien dit sur lui pour ta sécurité.
  • Je me fiche des raisons! Ricky durant toutes ces années tu savais qui il était?
  • Ricky, il est maintenant temps que tu lui avoue tous ce que tu sais, mais ne prend pas trop ton temps car ils sont déjà très près d’ici!
  • Oui, je vais faire le plus vite que je peut.
  • Je n’en revient pas encore! Tu sais qui est mon père et tu ne m’as jamais rien dit.
  • Je sais, mais je ne peux pas rien te dire, tous ce que je peux dire c’est que certains gens sont en route pour te capturer. Moi et M. Fernand ne sommes pas ce que tu penses. Regarde je peux marcher.

 

C’est à cette instant même que Ricky ce mit debout devant mes yeux à marcher et sauter devant moi, et aussi le moment où M. Fernand entra en nous disant à moi et à Ricky: « ils sont arrivés dépêchez-vous »

Une fois arrivé à l’extérieur de l’école, une bande de jeune est arrivé au même moment et c’est exactement à ce moment que mon propre directeur m’a donné un coup de canne en pleine tête. C’est seulement lorsque je me suis réveillé que j’ai compris que ma vie allais bientôt changer de fond en comble.

Quand je me suis réveillé, j’étais dans une sorte de veille cabane. Je ne me comprenais vraiment pas où j’étais. J’entendais des bruits aigüe, l’aire était parfaitement respirable comparativement a celle de Montréal. Tous me paraissais trop parfait. Je décida enfin de me lever pour aller voir ce qui ce passait dehors lorsqu’un petit objet attira mon attention, c’était une genre de grosse fourchette avec des bouts pointu, lorsque je me décida enfin de la prendre la voix de M. Fernand retentit derrière moi: « C’est un trident Martin, il appartient à toi et ton père ».

  • En me retournant, Quoi, mon père est ici?
  • Non, mais il veille sur toi depuis ton enfance mon cher.
  • Remarquant que M. Fernand étais beaucoup plus grand, Monsieur! Mais vous… vous êtes géant.
  • Je sais mon cher Martin tu as tellement à apprendre de ce monde si merveilleux.
  • Un monde? Nous ne sommes plus dans le même monde!
  • Oui, mais ici seul des…, il n’eut pas le temps de finir que Ricky lui coupa la parole.
  • Des demi-dieu mon cher meilleur ami!
  • Quoi, moi, un demi-dieu. Ce n’est pas possible.
  • Oui tu en es un Martin même que ton père est un dieu très connu!
  • Mais qui peut t-il bien être?
  • Regarde bien autour de toi tu va finir par le deviner. 

 

Tous de suite je me suis mit à regarder partout, mais rien ne me sauta au yeux. Je regarda Ricky qui me pointa le tridents ensuite les coquillages, les algues et enfin l’eau qui entourais toute ma cabane qui me servirais maintenant de maison. Je ne comprenais vraiment rien de ce qui ce passait. Quand M. Fernand ce rendit compte que je trouvais rien il regarda longuement Ricky et lui dit de partir. Une fois que Ricky fût parti, M. Fernand me dit dit d’un air agacé: « Il est maintenant temps que tu sache pourquoi tu ne peux pas voir ton père ».

  • Il est temps pour vous de m’expliquer pourquoi je suis ici et que Ricky a des pattes de chèvre.
  • Oui, je sais que tu te sens mal ici, mais sache que mon cher que c’est ici que tu aurais du grandir.
  • Quoi, mais O.K maintenant expliquer moi.

C’est à cette instant même que M. Fernand ce lança dans un long monologue qui m’expliqua qui est mon père. Qui va comme suit : « Lorsque tu es né Martin, ton père n’était pas là. Il ne pouvait pas y être. Ton père Martin, est un dieu. Il a rencontré ta mère lorsqu’il est venu pour voir comment les humains ce débrouillais dans le monde qui appartient en fais à tous les grands dieux, ton père en est un, il est un frère de Zeus, il est Poséidon. C’est pour cela que ta maison est sur l’eau et que tu ne peux pas passer une journée sans boire d’eau. »

 

  • Mais, est ce que j’ai certains dons comme mon père en a?
  • C’est sur mon jeune homme et c’est pour cela que tu es ici.
  • Pourquoi, ce n’est qu’un village où tous est bizarre.
  • Non Martin, Viens avec moi je vais te faire visiter ton nouveau lieu de résidence et aussi je te présenterai certain gens avec lesquelles tu travailleras. 

À ce moment là, je ne savais pas comment cela pouvait être possible, quels choses je pouvais faire avec l’eau qui étais maintenant mon élément de prédilection. Je ne savais pas non plus avec qui je devrai travailler. Mais surtout la chose la plus importante, où est ma mère et est ce que je verrai mon père bientôt?

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s