Une boucle de vie…

Cela faisait plusieurs mois qu’il se sentait seul. Il ressentait le manque de désir charnel de son amoureuse. La solitude le hantait comme une douleur insupportable au creux de son âme. Aujourd’hui, il voulait profiter d’une occasion bien particulière, l’arrivée de sa compagne de vie. À vingt-deux heures ce soir, il serait prêt à passer à l’acte. Le fait d’y penser le rendait tellement dans un état d’euphorie, qu’il n’arrêtait pas d’augmenter son taux d’adrénaline dans le corps. Raphaël était entrain de tout préparer. Les pétales de roses par terre et sur le lit, les chandelles éparpillées partout dans la chambre d’hôtel, la petite musique d’ambiance intime et surtout, les rideaux de soie flottant dans une petite brise d’été. Tout y était. Mais quelque chose lui échappait. Il se rendit compte qu’il avait oublié le bon bain chaud moussant de bulles parfumées. Maintenant, l’atmosphère était parfaite pour passer une soirée agréable à deux. Le temps lui paraissait très long, tellement, qu’il finit par s’endormir, comme s’il n’avait jamais dormis de sa vie.

Quelques heures plus tard, on sonna à sa porte. C’était elle. Elle dégageait un charme fou. Étant vêtit d’une robe noire élégante avec un décolleté sublime suivit de superbes talons hauts et d’un ravissant collier de perles, elle était irrésistible. Sa coiffure ne laissait pas à désirer. Son maquillage non plus. Bref, elle était tellement radieuse que je sentis quelque chose faisant partit de moi se redresser. Physiquement, tout allait trop vite. J’essayais de me contrôler, mais le fait qu’elle m’embrasse vigoureusement ne m’a pas facilité la tâche. Une fois entré dans la chambre, je lui servis un verre de champagne. Nous discutions de tout et de rien comme si nous nous connaissions depuis toujours, jusqu’à ce qu’elle me caresse la jambe avec ses pieds, histoire de réchauffer l’atmosphère. Elle était un peu cocasse et le fait de précipiter les choses me dérangeait un peu. « Tout devait se passer comme imaginé! » se disait-il dans sa tête. Elle se rapprocha puis passa sa main douce dans ses cheveux bruns. « Tu m’as manqué! » affirma-t-elle, d’une voix sensuelle.

Ne sachant pas quoi répliquer, Raphaël lui fit un sourire charmeur en acquiesçant. Les deux passionnées s’embrassèrent et le plaisir de la soirée monta en flèche. Il adorait ses caresses. Le but était de patienter, d’augmenter la passion et l’excitation afin de rendre l’envie encore plus grande. Les deux se déshabillèrent pour se rendre dans la chambre de bain. L’eau était maintenant rendue tiède, mais un filet d’eau chaude coulait afin de réchauffer l’eau et de faire apparaître des bulles. Raphaël pris du savon et commença à frotter le dos de son adorée. Il descendit vers le bas et lui caressa le postérieur. Des soupirs de plaisirs étaient retentis par moments, afin d’exprimer son contentement. Elle se retourna et lui fit la même chose, cette fois, de l’avant. Ça y est, maintenant, il n’y avait plus rien à faire. La partie la plus virile et sensuelle de Raphaël était maintenant atteinte. C’était sans doute ce qui était supposé se passer dans sa tête.

Encore une fois, ils s’embrassèrent comme deux amoureux. Se rappelant du but de la soirée, il ne pouvait pas y avoir de pénétration pour le moment, mais des rapprochements intimes étaient de mise. S’étant frotté et lavé mutuellement et ayant profité du moment, les deux amoureux sortirent du bain pour se diriger vers la chambre à coucher. Cette fois, c’était l’extase!

Dans la pièce obscure, les vraies affaires allaient commencer. Elle embarqua sur Raphaël. Il prit sa main dans la sienne, la baisa, lentement, tendrement, passionnément. Il remonta sur son bras, ses épaules. Il passa sa main sur sa poitrine, embrassa son cou, le creux de ses seins. Elle émettait de petits gémissements de plaisir. Elle s’approcha de Raphaël et descendit en bas de son corps. Elle le tenait en main. Elle passa ses lèvres pulpeuses sur ce membre puissant. Elle le prit dans sa bouche et en un mouvement de va-et-vient, cela fit monter l’excitation de Raphaël.

Elle avait ses lèvres sur son objet de désir, sa langue s’occupant de son bout de chair. Ses mains se baladaient le long de ses testicules. Elle passa ensuite l’organe brulant entre ses seins. Il n’en pouvait plus, elle était si douée et malgré tout si douce… Il ne pouvait plus se contenir et laissa échapper une rivière de son liquide blanchâtre sur le corps de son amour. C’était rien sur presque tout!

Loin d’être calmé, il l’embrassa de nouveau et glissa ses mains le long de son postérieur, pour aller passer ses doigts entre ses lèvres mouillées. Il toucha son organe érectile, de plus en plus fort et cela se faisait sentir, en entendant son souffle s’accélérer. Il passa sa bouche sensuellement sur son corps tremblants d’excitation. Lors de son baiser à sa tendre vulve, il passa tendrement un doigt dans son vagin qui produisit un basculement encourageant de ses hanches. Il y mit plus de rythme et accéléra son mouvement de pénétration. Elle criait presque. Elle atteignit le septième ciel, les yeux grands ouverts, apercevant les constellations qui lui semblèrent flamboyantes. Ils s’embrassèrent langoureusement. Tendrement, se calmant de ses actes torrides.  C’était fait. Enfin, ce que Raphaël espérait depuis le début de la soirée était passé. Le couple finit par s’endormir. C’était la plus belle nuit de sa vie.

Le lendemain, Raphaël se réveilla seul et nu, dans un lit dans la chambre d’hôtel. Il avait un blanc total! Par contre, il savait que quelque chose s’était passé ici. Son premier réflexe fût de s’habiller, mais contrairement à certains, il ne s’est pas empressé de quitter les lieux. Il avait beau essayer de se rappeler, mais il en était incapable. Il savait qui il était, mais n’avait aucun souvenir de la nuit précédente. Pour s’aider, il se promena dans la chambre d’hôtel et essaya de trouver des indices afin d’espérer retrouver la mémoire.

Il y trouva une feuille. Celle-ci était vierge. De plus, il remarqua une odeur de parfum rosé et fruité qui hantait les lieux. Cette odeur lui était étrangement familière, mais il ne réussit pas à l’identifier. La troisième chose qu’il découvrit, c’était cette étrange chose qui était au fond du bain. En s’approchant de plus près, il constata qu’il s’agissait d’un poignard et qu’aux bordures du bain, il y avait plusieurs goûtes de sang. Avec tout cela, il pouvait en déduire qu’il avait probablement eu une relation sexuelle, dû au fait qu’il s’était réveillé tout nu. N’ayant plus rien à faire dans cette chambre, il décida de sortir à l’extérieur, histoire de prendre l’air.

Il aperçut, près de l’hôtel, un presse café qui avait l’air d’avoir une ambiance chaleureuse. Il y entra et commanda un café pour emporter. L’endroit où il se trouvait était tout de même assez étrange. La serveuse lui servit son café. Il put lire le nom de la jeune fille. Amélie apparaissait sur son insigne. Raphaël trouva tellement qu’Amélie était attachante qu’il décida de boire son café à l’intérieur, afin de mieux pouvoir lui causer. Ce que Raphaël ignorait, c’est qu’Amélie était la fille de l’autre soir. Bien qu’il n’ait pas pu le savoir, Amélie l’avait complètement reconnu. Le tendre amour de Raphaël était maintenant dans l’oubli. Elle en était parfaitement consciente, car elle avait un but en tête et en profita. Il discuta avec elle et étrangement, il semblait la connaître, du moins, c’est ce qu’il croyait. Il ignorait cependant qu’il avait raison de la connaître.

« Vous venez d’arriver? » lui demanda-t-elle.

Ne sachant pas trop quoi répliquer, Raphaël lui fit un sourire charmeur en acquiesçant.

« Êtes-vous libre ce soir, ma jolie? », lui demanda-t-il, quelques moments plus tard.

À son tour, elle lui fit un sourire et rougit un peu. Raphaël venait de l’inviter ce soir, dans sa chambre d’hôtel, vers vingt-deux heures tapantes. Il s’en alla vers l’hôtel et ramassa tout ce qui traînait, y compris le sang à l’entoure du bain.

Cela faisait plusieurs mois qu’il se sentait seul. Il ressentait le manque de désir charnel de son amoureuse. La solitude le hantait comme une douleur insupportable au creux de son âme. Aujourd’hui, il voulait profiter d’une occasion bien particulière, l’arrivée de sa compagne de vie. À vingt-deux heures ce soir, il serait prêt à passer à l’acte. Le fait d’y penser le rendait tellement dans un état d’euphorie, qu’il n’arrêtait pas d’augmenter son taux d’adrénaline dans le corps. Raphaël était entrain de tout préparer. Les pétales de roses par terre et sur le lit, les chandelles éparpillées partout dans la chambre d’hôtel, la petite musique d’ambiance intime et surtout, les rideaux de soie flottant dans une petite brise d’été. Tout y était. Mais quelque chose lui échappait. Il se rendit compte qu’il avait oublié le bon bain chaud moussant de bulles parfumées. Maintenant, l’atmosphère était parfaite pour passer une soirée agréable à deux. Le temps lui paraissait très long, tellement, qu’il finit par s’endormir, comme s’il n’avait jamais dormis de sa vie.

Quelques heures plus tard, on sonna à sa porte. C’était elle. Elle dégageait un charme fou. Étant vêtit d’une robe noire élégante avec un décolleté sublime suivit de superbes talons hauts et d’un ravissant collier de perles, elle était irrésistible. Sa coiffure ne laissait pas à désirer. Son maquillage non plus. Bref, elle était tellement radieuse que je sentis quelque chose faisant partit de moi se redresser. Physiquement, tout allait trop vite. J’essayais de me contrôler, mais le fait qu’elle m’embrasse vigoureusement ne m’a pas facilité la tâche. Une fois entré dans la chambre, je lui servis un verre de champagne. Nous discutions de tout et de rien comme si nous nous connaissions depuis toujours, jusqu’à ce qu’elle me caresse la jambe avec ses pieds, histoire de réchauffer l’atmosphère. Elle était un peu cocasse et le fait de précipiter les choses me dérangeait un peu. « Tout devait se passer comme imaginé! » se disait-il dans sa tête. Elle se rapprocha puis passa sa main douce dans ses cheveux bruns. « Tu m’as manqué! » affirma-t-elle, d’une voix sensuelle.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s