Pierre Précieuse



Dans un village, à quinze kilomètres de la ville de Gaspé, venait d’emménager une famille recomposée.  Ils avaient déménagé pour être plus proche de l’école secondaire où allaient les deux filles. La cadette, châtaine aux yeux verts d’une apparence menue et toujours de bonne humeur, était le rayon de soleil de la maisonnée.

Jade, telle une pierre précieuse, aimait la vie.  Elle profitait de chaque moment vécu.  Pour bien les mémoriser elle prenait des dizaines et des dizaines de photos.  Elle adorait se promener à vélo dans le sentier près de chez elle.  Quelques fois,  elle passait la journée entière à se promener.  Elle photographiait les gens qu’elle croisait dans la rue, la nature et les petits animaux qu’elle voyait pour pouvoir en faire un album.  Elle avait au-dessus de vingt pellicules photos en sa possession, sauf qu’elle n’avait pas l’argent pour les faire développer, alors elle économisait ce qu’elle pouvait.

Jade était très proche d’Amélie, sa sœur ainée.  Elles avaient une belle complicité et elles se comprenaient parfaitement.  Par contre, ses parents  les laissaient souvent seules.  Sa mère était quelques fois occupée au travail, cela lui arrivait souvent de ne pas venir coucher à la maison.  Amélie croyait que sa mère avait une liaison avec un de ses collègues de travail.  Le beau-père de Jade non plus n’était pas vraiment là pour elle lorsqu’elle en avait besoin, que se soit pour des questions scolaires ou pour autre chose.  Alors, c’est Amélie qui s’est occupée de Jade tout au long de leur enfance. 

La famille du côté de sa mère était très nombreuses.  Elle avait quatre tantes,  cinq oncles et chacun d’eux avaient des enfants.  Jade et Amélie étaient plus proche de l’un de leurs cousins.  Celui-ci était très malade et il devait rester de longues journées à l’hôpital pour passer des tests.  Toute sa famille était ébranlée par cette situation encore plus Jade puisqu’il était un peu comme son grand frère.  Les fins de semaines, quand elle avait le temps, elle se rendait le matin avec sa sœur, à bicyclette, à l’hôpital passer le reste de l’après-midi avec lui.  Ils pouvaient parler pendant des heures et des heures ensemble.  

Puis, Jade avait fait la connaissance d’un garçon un peu mystérieux à son école. Il était un peu plus âgé qu’elle, car il avait redoublé une année au primaire.  De ce fait, elle avait ses cours en même temps que lui.  Un matin, elle était à l’arrêt d’autobus et l’avait remarqué dans son entrée qui était juste en face de chez elle. Avec le temps, ils étaient devenus de bons amis.  Jade l’appréciait beaucoup, mais son père l’effrayait un peu.

Il était très sévère. Il tenait à ce que ses enfants aillent un bon comportement et qu’ils réussissent bien à l’école. Pour cela, l’homme avait établi des règles strictes à la maison. Donc, l’ami de Jade, devait faire attention à ce qu’il disait en présence ou pas de son père, car il était toujours présent sans l’être en même temps. Son ami s’absentait souvent de l’école et il ne parlait pas tellement de sa famille. Il niait les paroles dites de ses camarades lorsqu’ils lui en parlaient. Quelques fois, il devenait arrogant avec les gens, puisqu’il détestait que les individus parlaient de lui sans savoir exactement de quoi il parlait eux-mêmes. C’est-à-dire qu’il n’aimait pas les gens qui ne se mêlaient pas de leur affaires. Sa relation avec Jade était forte. Ils savaient qu’ils pouvaient compter sur l’un et l’autre sauf qu’il gardait une réserve par rapport à sa famille. Jade ne comprenait pas pourquoi il agissait ainsi. Elle voulait le meilleur pour lui et lui de même.

Lorsqu’elle allait chez lui, son père la regardait fixement de la tête au pied sans lui parler. Elle trouvait cela très, très étrange. Même quand elle sortait les poubelles ou elle restait dans sa cour, elle se sentait épiée.  Elle n’en faisait pas de cas, car elle croyait qu’il l’observait parce qu’elle était nouvelle dans le quartier ou qu’il voulait mieux la connaître.  Quelques semaines plus tard, Jade commençait à s’inquiéter, car l’homme d’en face continuait de la regarder par le coin de la fenêtre. Elle trouvait que son voisin en faisait un peu trop, donc elle en avait discuté avec le fils de cet homme.  Il affirmait le contraire de ce qu’elle laissait entendre, mais son visage laissait paraître autre chose. Elle ne saisissait pas tout le temps le sens que son ami voulait invoqué quand il parlait. Ses expressions étaient différentes d’une fois à l’autre lors de leurs discussions à ce sujet.

Cependant, comme elle n’avait pas l’appui de son ami, elle décida d’en parler avec sa sœur.  

-Amélie! viens ici s’il-te-plait?

-Ca va? qu’est-ce qu’il y a Jade?

-Je voulais juste te demander qu’est-ce que tu penses de notre voisin?

-Ah il est correct, je trouve que vous allez bien ensemble…

-En?! moi je te parle de son père. Tu ne trouves pas qu’il a l’air suspect?

-Suspect de quoi?

-Ce qu’il fait de ses journées.

-Ah peut-être, mais j’ai remarqué qu’il te regardait souvent. C’est ça que tu veux dire?

-Oui c’est ça! Qu’es-ce que je peux faire?

-Rien, laisse le temps aller et il va sûrement finir par arrêter…

 Malheureusement, ce n’était pas ce que voulait entendre Jade. Elle croyait que sa sœur allait plus la comprendre et l’aider. Jade n’en pouvait plus. Elle voulait savoir ce qu’il se passait chez lui. Alors elle regarda sur internet pour essayer de trouver des informations sur sa famille.  Elle remarqua qu’il y avait quatre ans, que l’homme dont il était question, avait fait de la prison pour cause d’enlèvement. Le cousin de Jade et d’Amélie était aussi impliquer là-dedans, sauf qu’il faisait parti des témoins. Jade pris son vélo et se rendit à l’hôpital pour en discuter avec lui. Elle n’en tira pas beaucoup de renseignements, car son cousin était encore sous l’effet de médicaments et il ne s’en rappelait plus vraiment. Par contre, il lui avait dit que l’homme s’était enfui avec une petite fille. Il l’avait enfermé dans le coffre arrière de sa voiture. Tout ce qu’elle entendait et pensait était clair et obscure à la fois. Ce n’était pas très évident pour Jade de voir son cousin ainsi et qu’elle ne pouvait rien faire pour l’aider. Les infirmières s’en occupaient du mieux qu’elles pouvaient. Le médecin rassurait Jade en parlant du bon côté des tests effectués sur son cousin.

Quelques jours plus tard, il y avait eu un accident qui était passé aux nouvelles. Jade en avait parlé avec son ami et elle avait remarqué qu’il connaissait peut-être quelque chose sur ce sujet. C’était un peu le même genre d’histoire qu’il y avait eu quatre ans plutôt. L’annonceur télé décrivait avec tristesse ce qu’il s’était produit.

            <<Cet évènement a choqué plusieurs personnes et je crois bien qu’elle restera  dans l’histoire de notre communauté. La jeune fille de dix ans, retrouvée morte   dans un faussé, a été agressée et ensuite abattue à mort la nuit dernière. Les   policiers penseraient que le meurtrier serait un homme dans la quarantaine et il             paraîtrait qu’il demeurerait dans le secteur du village près de Gaspé.>> […]

            <<Maintenant, allons retrouver notre journaliste qui était sur place cet après-midi avec la famille de la jeune fille. Tu as raison cher collègue. C’est un évènement troublant pour la population de Gaspé. La mère de l’enfant me disait qu’elle n’en revenait pas qu’un homme avait pu faire une telle chose à une petite fille sans défense. Lorsqu’elle s’était fait enlevée, la madame l’avait laissée seule dans sa cour quelques minutes puis lorsqu’elle était revenue, sa fille avait disparue.>>

Jade connaissait la petite fille, car c’était une amie de la famille et elle prenait des cours de danse avec elle. Jade n’en croyait pas ses oreilles. Elle ne pouvait en entendre plus. Elle sortit à l’extérieur, prit sa bicyclette avec son 35mm et s’enfui loin de sa maison et du reste du monde. En pédalant, Jade eu de la difficulté à respirer. Elle tomba de son vélo et en fermant les yeux, elle aperçu quelqu’un se rapprocher. C’était probablement un homme à cause de sa silhouette, car le soleil était aveuglant. La caméra fut projetée par terre dix milles mètres plus loin de sa bicyclette.

 

Publicités

Pierre précieuse

Dans un village, à quinze kilomètres de la ville de Gaspé, venait d’emménager une famille recomposée.  Ils ont déménagé pour être plus proche de l’école secondaire où vont les deux filles. La cadette, châtaine aux yeux verts d’une apparence menue et toujours de bonne humeur était le rayon de soleil de la maisonnée.

Jade, tel une pierre précieuse, aimait la vie.  Elle profitait de chaque moment vécu.  Pour bien les mémoriser elle prenait des dizaines et des dizaines de photos.  Elle adorait se promener à vélo dans le sentier près de chez elle.  Quelques fois  elle partait la journée entière à se promener.  Elle photographiait la nature et les petits animaux qu’elle voyait.  Elle avait au-dessus de vingt pellicules photos en sa possession, sauf qu’elle n’avait pas l’argent pour les développer, alors elle économisait ce qu’elle pouvait.

Jade était très proche d’Amélie, sa sœur ainée.  Elles avaient une belle complicité.  Par contre, ses parents la laissait souvent seule.  Sa mère était quelques fois occupée au travail, cela lui arrivait de ne pas venir coucher à la maison.  Amélie croyait que sa mère avait une liaison avec un de ses collègues.  Le beau-père de Jade non plus n’était pas vraiment là pour elle lorsqu’elle en avait besoin que se soit pour des questions scolaire ou pour autre chose.  Alors c’est Amélie qui s’est occupée de Jade tout au long de son enfance.  

La famille du côté de sa mère était très nombreuses.  Elle avait cinq tantes, trois oncles et chacun d’eux avaient des enfants.  Jade et Amélie étaient plus proche de l’un de leurs cousins.  Celui-ci était très malade et il devait rester de longues journées à l’hôpital pour passer des tests.  Toute sa famille était ébranlée par cette situation encore plus Jade puisqu’il était un peu comme son grand frère.  Les fins de semaines, quand elle avait le temps, elle se rendait le matin, avec sa sœur à bicyclette, à l’hôpital passer le reste de l’après-midi avec lui.  Ils pouvaient parler pendant des heures ensemble.   

Puis, Jade avait fait la connaissance d’un garçon à son école qui était un peu plus âgé qu’elle, car il avait redoublé une année au primaire.  De ce fait, elle avait ses cours en même temps que lui.  Un matin, elle était à l’arrêt d’autobus et l’avait remarqué dans son entrée de cours qui était juste en face de chez elle.  Avec le temps, ils étaient devenus de bons amis.  Jade l’appréciait beaucoup, mais son père l’effrayait un peu.  Lorsqu’elle allait chez lui, il la regardait fixement de la tête au pied sans lui parler.  Même quand elle sortait les poubelles ou elle restait dans sa cour, elle se sentait épiée.  Elle n’en faisait pas de cas, car elle croyait qu’il l’observait parce qu’elle était nouvelle dans le quartier ou qu’il voulait mieux la connaître.  Quelques semaines plus tard, Jade commençait à s’inquiéter, car l’homme d’en face continuait de la regarder par le coin de la fenêtre.  Elle trouvait que son voisin en faisait un peu trop, donc elle en discutait avec le fils de cet homme.  Il affirmait le contraire de ce qu’elle laissait entendre.  

 

Seize ans et…

J’ai seize ans et je me trouve assez vieille pour avoir plus de responsabilités et assumer mes actes.

Je me sens encore jeune pour rêver, quelques fois, d’un monde parfait. Je sais que la vie n’apporte pas toujours le bonheur à chacun, mais  j’aime penser le contraire puisque je suis une personne sensible et cela me rend un peu malheureuse.

Attirant

Comme

Est

La beauté

Unique de chaque

Individu.

Donner

Ou partager

N‘importe quoi avec

Toi.

Lumineux ou

Obscur

Est-

Il

Le cœur que j’ai espéré?

L‘amour n’est pas

Une perte

Incalculable de

Temps.

Ton amour

Est

Limité,

Libre,

Effréné.

Souffrir pour

Oublier

L‘amour

Existante, c’est

Impensable pour

Lhumanité.

Moulin à image

Salut a tous!

Cette été je suis allée à Québec pendant quatre jours avec ma famille pour aller voir le Moulin à image. Sûrement que plusieurs d’entre vous avez une bonne idée de c’est quoi. Pour ceux qui ne le savent pas se sont des images projetées sur de gros silos à grains au Vieux-Port de Québec. Ça se passe évidemment en soirée. Les images racontent l’évolution du Québec et les évènements qui l’a marqué durant une heure environ. Il y a quatre chemins: le chemin d’eau (la découverte et l’exploration de Québec), le chemin de terre (le défrichage de l’occupation du sol et de la culture), le chemin de fer (l’industrialisation et le chemin de fer) et le chemin d’air (les avions et les communications). Comme c’est à l’extérieur, ça commence lorsqu’il fait noir et les lumières de la ville s’éteignent pour laisser place à la représentation. On est quand même bien installé sur le quai. J’ai aimé regarder ça parce que les effets visuels et sonores sont vraiment bien fait. Je vous souhaite de voir ce spectacle au moins une fois dans votre vie.

À la prochaine,

Bichon Mignon

Un mariage sans robe?

Je vais vous révéler un secret que je n’ai jamais osé dire à mes parents. J’étais jeune lorsque ça s’est passé. J’avais à peu près sept ans quand mes parents se sont mariés. Ma sœur et moi étions bouquetières.

Lorsqu’on magasinait nos robes, ma mère voulait que nous ayons de belles robes avec de jolis souliers. Ma sœur n’en voulait pas car elle était un peu garçon manqué. Nous les avions quand même achetés et aussitôt arrivé à la maison ma mère les a rangés pour ne pas les salir avant le grand jour. Les robes étaient de couleur pêche avec quelques roses comme décoration.

 Ma sœur n’était pas contente et j’étais tannée de l’entendre chialer, alors secrètement j’entrai dans la chambre de mes parents pour aller en chercher une. J’ouvris le plastique qui la contenait, je pris l’encre d’un crayon et me défoula dessus. Ensuite ma mère remarqua de l’encre à terre et un peu sur la porte, alors elle regarda et vit le désastre que j’avais causé. Elle chicana ma sœur, ne sachant pas que c’était moi, parce qu’elle savait que ça ne plaisait pas à ma soeur de porter l’ensemble choisi. Je me sentis coupable d’avoir fait ça. Heureusement, ma mère en acheta une autre à temps pour le mariage et tout se déroula bien par la suite.

Un peu de moi…

Salut à tous, 

Je suis assez gênée devant un public. Ça me met mal à l’aise et je ne sais pas vraiment comment réagir. Ma famille et mes amis sont importants à mes yeux parce que je sais qu’ils seront toujours là pour moi. Je suis agréable à côtoyer. 

J’ai une fâcheuse habitude de me ronger les ongles je le fais plus souvent lorsque je suis stressée. J’aime le café moka, les arts et la musique. J’ai un grand intérêt pour les pâtisseries pas juste pour les manger, mais aussi pour les confectionner. Je crois que ce métier serait fait pour moi, car j’ai de la dextérité manuelle et je suis minutieuse.

Bonne soirée

Bichon Mignon