Le but!

La fin de l’été approchait, puis j’avais l’impression d’avoir tout manquer. Bien sure comme à chaque été je me trouvais des petit emplois pour me ramasser de l’argent, parce que j’avais un but spécifique. Je voulais aller visiter ma famille dans mon pays d’origine. Je ne me souvenais plus de mes grands-parents, de mes oncles et tantes. Je savais que j’avais des cousins et des cousines mais je ne savais pas combien exactement j’en avais. Puis je ne savais pas leur âge. J’avais juste quelques photos de mes grands-parents en noir et blanc. Je ne les connaissais pas car j’avais trois ans quand mon père et ma mère avait fait le choix d’immigrer au Canada. Mes parents mon expliqué qu’ils n’avaient pas le choix c’étais ça ou bien la mort.

Toute commença quand mon père avait perdu son emploi. Il a bien sur essayé dans trouver une autre, mais il y en avait très peu et le salaire n’étais pas assez élevé pour pouvoir payer le loyer et nourrir toute la petite famille. Mon père décida donc de travailler à deux emplois il faisait des heures de fou. Il travaillait comme un esclave. C’est quand ma sœur cadette est décédé d’une maladie qu’il on décidé de déménager. Les soins coutaient trop chère pour pouvoir guérir ma petite sœur, mes parents n’ont pas pu payer les médicaments qu’il lui fallait pour survivre. Pauvre petite elle était en pleine forme, après elle a eux des symptômes, elle soufra le matir et décéda. Elle est donc décédé à  1 an et demi et depuis ce temps la mes parents se sentent toujours triste et énormément  coupable.

 Après cette tragédie, ils ne voulaient pas que ça se reproduise et ils ont décidé de déménager pour nous offrir une meilleure qualité de vie. C’est pourquoi ils ont choisit le Canada plus précisément Montréal où l’on aurait un meilleur service de santé et ou mon père et ma mère aurait chacun un bon salaire pour payer le loyer et nourrir la famille. En plus mon frère, ma sœur et moi avons la chance d’aller à l’école. Dans notre pays d’origine on ne pouvait pas se le permettre. Mon frère arrivait à l’âge d’aller travailler, et ma sœur resterait avec ma mère à la maison pour faire les tâches ménagères.

 Je suis content aujourd’hui de pouvoir aller à l’école car à l’école on apprend des nouvelles choses tous les jours. Par contre depuis que je suis à l’école j’ai de la difficulté à m’intégrer. Je ne sais pas pourquoi, mais j’étais le souffre douleur de toute ma classe. Quand c’étais le temps de faire les équipes en éducation physique j’étais toujours le dernier choisi, les autres ne voulaient pas de moi dans leur équipe. J’étais tout le contraire de mon frère ainé qui avait beaucoup d’amis à l’école puis les fins de semaines il sortait avec eux et il semblait beaucoup s’amuser. Il avait aussi une copine assez laide, mon frère était aveugle comme une taupe. Ma sœur elle était  plus réservé elle ne nous disait pas grand chose sur ses amis, c’étais elle l’intellectuelle de la famille. Sa beauté était répugnante, mais son intelligence était d’une attirance fatale. Elle passait ses fins de semaines à la bibliothèque avec ses amis. Moi j’étais le responsable de la famille, je restais avec mes parents la fin de semaine et je les aidais à faire les tâches ménagères. Quand j’avais finie, j’allais dans ma chambre lire un bon livre ou je me trouvais quelque chose à faire. Parfois les voisins avaient besoin de mes services pour garder leurs deux petites filles. Émilie la plus veille qui étaient un petit peu muet et Sarah la plus jeune qui veut toujours jouer avec moi. J’aimais ça aller les garder, premièrement parce que je faisais plus d’argent pour atteindre mon but et deuxièmement j’aimais ça aller jouer avec ses petites, ça me changeais les idées.

Malheureusement l’été achevait et l’école approchait c’est vrai que j’avais hâte d’aller apprendre de nouvelles choses, mais je n’avais pas envi de retrouver les mêmes personnes immature. Mais cependant je ne savais pas pourquoi mais j’étais plus confiant cette année j’avais maintenant 12 ans et je sentais que plusieurs opportunités aller venir à moi.

Le fait que je ne savais pas comment mes grands-parents vivaient m’intriguait beaucoup. C’est pourquoi je questionnais beaucoup mes parents sur notre culture et sur ma ville natale. Mais à force de me répondre ma mère et mon père étais tanner de me raconte les mêmes histoires car des fois je touchais des cordes sensibles.

Un beau dimanche après-midi nous résume un appel qui fût pleurer ma mère, je me demandais bien qui étais au bout du fil. Puis mon père m’annonça que c’était mes grands-parents maternels qui nous téléphonaient. J’étais si content ça faisait 5 ans que l’on n’avait pas eu de leurs nouvelles. Ma mère posait plein de questions elle était si émue et parfois elle riait. Quand je voyais ça j’étais touché parce que moi je me disais que je ne serais pas capable de vivre sans mes parents. Déjà je trouvais ça dure de ne pas pouvoir voir mes grands-parents,  je ne sais pas comment mes parents réussissaient à tenir le coup. A chaque 5 ans environ ils nous appelaient, mais on ne savait jamais quand on recevrait l’appel. Des fois il nous appelait avant, mais c’étais rare et c’étais pour nous annoncer des mauvaises nouvelles comme quand la grand-mère de mon père est décédé. Mon père était déçu car il n’avait pas pu aller aux funérailles de ça grand-mère, car il n’avait pas les moyens puis ne pouvait pas se permettre de s’absenter de son travail pour aller là-bas.

Mon grand frère avais enfin fini de parler au téléphone avec ma grand-mère puis c’était au tour de ma sœur. J’étais content mon tour arrivait, j’allais enfin pouvoir entendre leur voie et pouvoir leurs poser toutes les questions que je voulais. J’avais pleins de questions en tête. Puis quand vena mon tour j’étais tellement excité que j’oublia toutes mes questions et je ne savais plus quoi dire. Ce fût donc ma grand-mère qui me posa des questions.

–          Ça te plait vivre au Canada?

–          Oui, car ici j’ai la chance d’aller à l’école.

–          Et tu aimes ça l’école?

–          Oui, j’apprends beaucoup de nouvelles choses.

–          Est-ce qu’ils sont gentils avec toi? Tu dois avoir des amis?

–          Non, je n’en ai pas beaucoup les gens ici sont très gâtés et immatures.

C’était la première vrai conversation avec ma grand-mère auparavant j’étais trop jeune pour m’en souvenir. Elle avait une voie douce, elle était gentille, attentionner et sociable. J’avais l’impression de parlé a une reine, elle s’intéressait à moi et j’aimais bien ça. La conversation que j’ai eux avec elle va rester graver dans ma mémoire toute ma vie. J’étais vraiment content d’entendre leurs voix et d’avoir de leurs nouvelles. Puis quand je leur aie parlé ça ma donner encore plus le gout d’aller les visiter.

Le lendemain matin, je gardais chez les voisins et j’allais encore pouvoir me faire de l’argent mon but commençais à devenir de plus en plus réel. L’école fini par recommencer, mais cette fois-ci c’était au secondaire. J’allai maintenant à la même école que mon frère et ma sœur.

Un soir je me préparais à aller me coucher quand j’entendis ma mère qui pleurais, je me levai donc de mon lit et j’allai les rejoindre dans le salon quand je vis c’est horrible image à la télévision. Je vi l’inquiétude sur le visage de mon père, ma mère elle était morte de peur. C’était un bulletin spécial ou l’on voyait des villages entiers toute démolie et des gens qui n’arrêtaient pas de pleurer. Les bâtiments étais toutes détruis et étaient toute empilé les un sur les autres on aurait dit une grosse ruine, les gens étaient toute sale et il y avait un gros nuage de poussière. Ces pauvres gens étais à la rue et on voyait des femmes qui pleurais avec des enfants mort ou blesser dans leur bras, il y avait des corps partout. Je ne comprenais pas ce qui ce passait, je demandai donc à mes parents.

–          Que ce passe t’il?

Mon père avec un ton très inquiet m’expliqua ce qui ce passa.

–          Il y a eu un gros tremblement de terre en Haïti.

–          Mais ou en Haïti?

–          A Port-au Prince.

–          C’est ou grand-papa et grand-maman habite?

–          Oui, il y a des milliers de mort et de blesser toute est détruit, les moyens de communication sont coupé. On ne peu plus rejoindre notre famille.

Ce qui ma frappé droit au cœur c’est que tout ce massacre ce passait dans mon pays d’origine. Toute ma famille étaient démolie surtout que ça se passait dans ma ville natale, a Port-au-Prince en Haïti. Quelle belle nouvelle! Mon but était maintenant irréalisable.  

Bijou Magique

Publicités

Une soirée d’Halloween

A tous les ans, 2 semaines avant le 31 octobre ma mère, mon frère et moi décorons la maison pour l’halloween. Les bandes de danger, les pierres tombales, les monstres, les bougies en formes de fantômes, les citrouilles et les guirlandes toute ce qu’il faut pour faire des belles décorations.

 Mon frère et moi attendions toute l’année l’halloween comme tous les enfants, ont aimaient tellement les bonbons surtout ceux qui étaient surette et bien sure les fameuses rockets que tous les maisons du cartier donnaient.

Quand venais le temps d’aller acheter nos costumes nous étions très excités. Je me rappelle d’une année ou mon frère qui est 2 ans plus jeune que moi. Il avait décidé de se déguiser en spider man, un super héros. De mon coté, moi j’aimais mieux les costumes de princesse comme toute les petites filles de mon âge. C’est pourquoi j’avais choisi le costume de Cendrillon! Une belle grande robe d’un bleu brillant, avec des beaux gants blancs de princesse et des grands talons hauts transparents! J’étais tellement fière de mon costume cette année là.

Une fois les costumes achetés nous allions toujours acheter les bonbons. Ceux que ma mère donnait aux enfants qui venaient à la maison, pendant que nous étions partie avec papa faire le tour du cartier pour récolter nos bonbons!

Ma mère nous avait expliqué que lorsque les gens répondaient à la porte il fallait dire trick or treat. Je ne comprenais pas beaucoup l’anglais mais je savais que s’ils disaient trick sa voulait dire que nous devions faire un truc pour avoir nos bonbons. Comme par exemples chanté une chanson, danser,  faire un tour de magie n’importe quoi d’original. Je détestais ca mais pour des bonbons j’étais prête à me sacrifier.

 Maintenant j’ai grandis et  je suis au secondaire, une adolescente. Cette année mes amies et moi avons toute planifié pour la soirée d’halloween. Nous avons décidé de passer l’halloween sans parents. Bien sure on ne se déguisera pas en princesse, mais nous voulons nous déguiser en personnage de «twilight» plus précisément en «Bella  Swan» nous rêvons tous de rencontré un beau vampire comme «Edward Cullen» dans les rues du cartier et bien sur en récoltant quelques bonbons. Après nous avons prévus d’aller passer la soirée chez Annabelle pour écouter des films d’horreur.

J’étais contente, j’aimais bien l’idée de passer une soirée avec les filles. Tout étais décidé, il restait juste a en parlé à mes parents. Arriva l’heure du souper, je décidai de leur faire part de mes plans pour l’halloween. Toute allait pour le mieux jusqu’à temps que mon père  me posa  la question «Qu’elle parents vous accompagnera pour passez l’halloween?».J’étais déçu, fallait-il vraiment qu’il me pose cette question la et tout gâcher nos plans. J’avoue que je m’en doutais un peu vue qu’il est très sévère et très protecteur. A mon avis nous étions assez vieilles pour passer l’halloween en groupe. Mes amies elles avaient la permission. Je ne voulais pas passer pour le bébé du groupe alors je décida de lui raconter un mensonge…

Bijou Magique

J’ai seize ans…

1-      J’ai seize ans et bientôt dix-sept et je me sens assez veille pour pouvoir voter aux élections provincial et fédéral. Je crois qu’à seize ans on est assez mature et on est capable d’avoir une opinion politique. Il ne faut pas oublier que nous les jeunes nous sommes la relève, l’avenir du Québec.   

 2-      J’ai seize ans, mais je me sens encore assez jeune pour quitter le secondaire a la fin de l’année scolaire. Je trouve que le secondaire a tellement passé vite, il reste a peine 9 mois d’école. C’est sure que comme vous tous, j’ai hâte de le terminer pour passer a une autre étape de ma vie. Mais je sais que je vais m’ennuyé de l’ambiance et surtout de mes amis car nos chemins vont se séparé. 

 

Bijou Magique

Ma stratégie…

Par une nuit de pleine lune

Je me promenais dans une ruelle

Cherchant dans les poubelles

Telle une souris, il y en avait aucune.

Le vent me sifflait de belle mélodie

Qui bondi dans mes oreilles toutes fines

Je me senti au paradis

Sur la rue St-Justine

Quand les gens me voient à Montréal

Ils admirent mes yeux brillants d’étoiles

Ainsi que mes poils longs, noir foncé

Ils aiment aussi m’entendre ronronner.

Je suis un félin paresseux et indépendant

C’est sûr, je suis un chat errant

J’ai appris à vivre selon les saisons froides et chaudes

Je me méfie des ennemis qui rôdent

Je suis mes instincts de chasseur

Les rongeurs sont mes prédateurs

Silencieux comme jamais

Je les attraperais

Elles sont si petites, si naïves et si bonnes à déguster

J’en ai l’eau à la bouche

Que personne ne les touchent

Je n`ai qu’un but c’est de les mangers

Où se cache-t-elle ce soir

J’en veux une dans ma mâchoire

J’ai une faim de loup

Aller sort de ton igloo

Enfin en voilà une

On dirait une petite prune

Je ne dois pas manquer ma chance

Parce que je n’ai plus de patience

Je marche l’entement, j’augmente ma vitesse, sans bruit

Je saute sur elle avec mes griffes

Qui me sert de canif

C’est ma stratégie

 Bijou Magique

Hommage aux Beatles!!!

Depuis que je suis toute petite, je rêve d’aller voir Paul McCartney en spectacle. Vue sa popularité internationale les billets sont difficile à trouver. J’étais déçu de ne pas pouvoir y aller cet été. Alors mes parents m’ont fait la surprise et m’ont emmené voir Beatles Story.

Comme vous l’avez imaginé le spectacle raconte l’histoire des Beatles. Du début de leur carrière au Ed Sullivan Show jusqu’au concert du forum de Montréal. Tous les costumes et instruments de Christian Sbrocca qui a fait la mise en scène nous rappellent l’époque marquante des Beatles. Les 4 musiciens nous chantent leur répertoire de chanson de ‘’ Love me do’’ en passant par ’’Hey Jude’’ pour finir avec ‘’ Let it be’’ c’est belles chansons qui nous rappellent leur style, leur discours et leur conscience sociale. Pendant le spectacle il y aussi un narrateur qui nous raconte la vie des Beatles sur écran géant. Le narrateur est Richard Turcotte animateur des grandes gueules. Je n’ai malheureusement pas retenus le nom des 4 musiciens qui personnifiaient les Beatles.

Jai bien aimé ce spectacle les costume étaient vraiment beau. Le musicien qui personnifia John Lennon était bourré de talent. L’interprétation vocale et musicale  des quatres musicien est d’un grand calibre. J’ai particulièrement aimé l’ambiance dans la salle ce soir la tous le monde, des gens de tous les ages dansait et chantait. C’était une très belle soirée.     

Étant un fan fini des Beatles je vous recommande d’aller voir ce concert qui est a mon avis magique!!!

Bijou Magique

La brillante idée…

Quand j’avais 9 ans mon oncle m’invita pendant les vacances d’été à venir passer du temps avec lui et sa famille à son camping sur la rive sud de Montréal.  J’étais contente de pouvoir passer du temps avec ma cousine que je ne voyais pas souvent. Je me souviens, c’étais un très  beau camping, un petit village ou tous le monde se connaissaient.

 Après la baignade et le mini put, ma cousine qui était plus âgée que moi décida de ma faire visiter le camping. Alors pendant que les adultes étaient occupés à préparer le souper. Nous avons sans permission eu la brillante idée de se pousser avec le «kart» de golf du grand père. Ma cousine était au volant et tout allait très bien, elle conduisait souvent avec son père. Après un petit bout de temps nous roulâmes sur la route qui menait au lac et avions beaucoup de plaisir quand soudain un gros chien traversa la rue juste devant nous. J’ai crié très fort et ma cousine donna un coup sur le volant pour éviter le chien. C’est alors que nous nous sommes retrouvés tous les deux dans le lac avec le «kart». Plus de peur que de mal nous courûmes chercher mon oncle qui nous a sortie de la avec son camion.

 Chanceuse dans notre malchance le kart n’étais pas endommagé seulement quelques quenouilles sur le capot avant et un bon nettoyage fut requis. Jusqu’à ce jour son grand-père n’a jamais su ce qui c’était passé avec son «kart».

Bijou Magique

Qui je suis…

Je suis une personne simple qui aime souvent passer inaperçu. Je ne prends pas beaucoup de place et j`aime parfois être solitaire. Je suis comme tous le monde j`ai mes qualités, mes défauts, mes forces et mes faiblesses. Mes amis disent de moi que suis une personne très sociable, souriante et ricaneuse mais il m`arrive parfois d`être bête, marabout quand je manque de sommeil. Je dirai que ma plus grande qualité selon moi est l`honnêteté puis mon pire défaut serais que je suis têtue, quand j`ai une idée en tète je persévère jusqu’à la fin. Alors on peut dire aussi de moi que je suis patiente et travaillante.

Voila ce qui me caractérise.