La solitude

Ceci est l’histoire d’une petite fille, voici son histoire. Tout d’abord son nom était Michelle, Michelle Green si ma mémoire est bonne. Je l’ai connue quand elle avait l’âge d’à peu  près cinq ans. J’avais un petit garçon de son même âge et j’étais une amie proche de la famille, on s »est connu à la garderie de nos enfants et depuis cela je me suis rapproché aux Green. Michelle n’était pas une fille comme toute autre,elle était très seule toujours dans son petit monde. Elle était très solitaire, elle n’avait pas d’amis à la maternelle, pas un seul, on pourrait même dire qu’il n’y avait  personne  qui l’aimait ou qui allait l’aimer. Après l’école elle s’enfermait dans sa chambre et commençait à jouer avec toute sorte de poupées et jouets qu’elle avait dans sa chambre. Chacun de ses jouets avait son nom marqué « MICHELLE GREEN » avec un autocollant « propriété à: ». Souvent, elle s’enfermait dans sa solitude, toute seule avec son âme noire dans son armoire. Elle n’osait pas à  fêter son anniversaire avec ses amis, car elle en n’avait pas, elle le fêtait seulement avec les membres de sa famille, amis proches de la famille, mon mari, mon fils et moi. Mon fils a toujours essayé de se rapprocher d’elle, mais cela lui était presque impossible. « Elle est une petite fille manipulatrice, mais  avec un coeur extraordinaire. Difficile à comprendre, mais je sais qu’au fond elle est gentille et amicale comme toute autre fille sur cette planète » disait mon fils.Difficile à expliquer, non? Elle était très différente à tout autre enfant, elle avait un côté hypocrite. Je me suis toujours dit que Hollywood serait la place idéale pour une personne comme Michelle, elle n’avait que cinq ans et elle savait déjà comment manipuler les adultes à son entour. Hollywood.. là où les meilleurs acteurs habitent et travaillent. Ils ont tous l’aire d’être solidaires et gentils envers les autres devant leur face, mais une fois que ceux-là font un demi-tour, il faut bien prêter attention et surveiller son dos car une bombe est en chemin. Je ne dis pas qu’ils sont tous de même, mais la plupart d’entre eux sont de même. Revenons à Michelle. Elle était une belle actrice,  très fine, très bonne, très douce qui avait beaucoup de classe pour son papier d’actrice. Elle obtenait tout ce qu’elle voulait, sauf deux choses que heureusement on ne les achète pas. Avez-vous déjà vu quelqu’un qui paie ses amis pour être leur ami ou bien la même chose mais avec son petit ami ? Oui, sûrement…car on vit dans un monde cruel, répugnant, indésirable et  misérable. Mais les personnes qui font cela, ne sont pas joyeux, ni avec eux-mêmes, ni avec le reste du monde, ces personnes-la sont comme un chien enragé qui veut déchirer tout ce qu’il voit. Elles  ne veulent rien d’autre à part une seule chose, détruire le monde, mais qu’est-ce que vous voulez? Si la joie n’existe pas. Je n’ai jamais vu une personne qui reste heureuse pour le reste de vie. La joie existe, mais partiellement ce qui veut dire que quand celle-là est présente mais on ne la sent pas trop, car on a des problèmes. Dans ma vie j’ai appris que la joie sont des petits moments qui nous rendent heureux et que l’on garde dans notre esprit pour être satisfait.

L’amour et l’amitié sont ces deux choses essentielles pour la vie d’un être humain qu’on ne le peut pas acheter, car toute personne peut n’importe son coeur a besoin de se sentir aimé. Cette fleur-la se torturait petit à petit a elle-même, mourrait. Selon la pyramide de Maslow, on a tous besoin des besoins physiologiques, besoins de sécurité, besoins d’appartenance et affectif comme par exemple l’amour, estime et l’accomplissement personnel. Je dirais qu’elle les avait tous sauf pour un, le besoin d’appartenance et affectif. Elle essayait de s’autodétruire avec ses mensonges qui lui faisaient mal et aux personnes autour d’elle.

L’arrivée de son nouveau petit frère l’a beaucoup changé, elle ressentait encore plus de haine envers les autres. Le temps l’a changé dans un clin d’oeil, rendue à onze ans elle n’avait plus de coeur extraordinaire. Son coeur était plutôt devenu un coeur de pierre, un coeur glacial, un regard de la part de cette jeune fille pourrait te tuer psychologiquement une personne. Je sais que très, très, très au fond de son coeur il y a de l’amour, très au fond de son coeur se cachent des morceaux de ce coeur extraordinaire qu’elle avait quand elle était plus petite. Sa mère s’arrangeait pour essayer de détruire ce qui restait de son coeur sensible et ses espoirs avec ses mots. Michelle, une jeune demoiselle égoïste et très rebelle, petite fille ambitieuse.

Aujourd’hui, ça fait vingt ans, donc elle aurait vingt  et cinq ans. Je ne connais pas son age exact, car il faut bien dire que je ne suis plus sur cette terre mais plutôt sous cette terre misérable et folle d’elle même. Ca fait déjà dix ans de cela, un accident de voiture m’a arraché la vie. En tout cas, je me rappelle encore de sa face angelicale, de ses beaux yeux verts clairs et comment oublier ses beaux cheveux bouclées blonds. Elle habitait avec ses parents et son petit frère qui était le nouveau membre de la famille.

Sa mère était une personne difficile à analyser. Sa personnalité était un mélange de charisme et de…enfin c’était une personnalité unique, de fois elle pouvait être très gentille envers la majorité des gens, mais elle était différente avec sa fille, on pourrait dire qu’elle la détestait d’une façon ou l’autre et la raison était vague. A chaque fois que la petite Michelle faisait quoique ce soit de mauvais, sa mère la punissait avec ses mots cruels et blessants

– « Tu ne vas jamais être en joie avec les personnes qui l’entourent si tu ne l’est pas avec toi-même. Tu vas être en solitude pour le reste de ta vie et personne va jamais t’aimer. Tu n’aura pas une famille. Tu n’as pas d’avenir. Tu es une mauvaise fille qui ne mérite rien, ni de la part de ton père, ni de la mienne.  »

-« Tu ne me comprends pas. Je suis différente, je n’aime pas les personnes, ils sont tous des hypocrites » Répond la petite en pleurant.

-« Ne dis pas cela. Personne n’est hypocrite à part toi. »

-« Non ! Je m’excuse, mais non ! Ce n’est pas vrai ce que tu dis. Regardes autour de toi, tout le monde fait semblant d’être heureux, mais il n’y que des pauvres âmes qui vivent en solitude, les personnes aiment faire croire aux autres qu’ils sont toujours contents et satisfaits avec eux-mêmes, au fond ils ne le sont pas. »

-« Je ne veux plus entendre un mot sur ce sujet, tu ne sais pas de quoi tu parles »

-« Oui, je sais de quoi je parles. Regardes ma tante Brianna. Une alcoolique… »

-« Ne dis pas cela, elle ne l’est pas. Tu n’est pas assez mature pour comprendre la vie d’une personne adulte. La vie n’est pas ce qui parait à tes yeux, elle est beaucoup plus diff.. » Michelle la coupa la parole.

-« différente ? Non, je vois les choses telles qu’elles sont »

-« Vas dans ta chambre, je ne veux plus t’entendre! »

Des mots très blessants qui pourraient faire mal à n’importe qui.                                                                                                           Son nom était  Justine, une trentaine d’années ou peut-etre moins. Bref, ses yeux étaient bleus comme la mer, ses cheveux étaient aussi bouclées et blonds que ceux de sa fille et elle avait une beauté écoeurante, tout celui qui la regardait devenait aveugle, toute femme a son entour était jalouse de cette jeune femme.

Son père par contre était une personne très calme qui ne serait même pas capable de faire mal à une mouche. Il ne savait pas comment blesser le monde. Il était un monsieur très sérieux et juste. Personne aux yeux verts, cheveux châtains avec une forme de nez très particulière.

Son frère était le contraire a Michelle ou c’est ce qu’on pensait. Dans le fond c’était une personne hypocrite, un menteur. Il n’osait pas de faire des bêtises devant ses parents, mais ailleurs c’était quelque chose d’autre. Beau jeune homme aux cheveux blonds bouclées et yeux bleus comme sa mère. Justine l’adorait. Son nom était Jacob.

Un jour je suis allée leur rendre visite avec mon petit gars qui était déjà rendu un beau jeune homme. J’ai rencontre Michelle, elle était tout à fait belle, beaucoup plus belle que jamais, ravissante.

-« Bonjour, Michelle. Comment vas-tu? » lui dit mon fils

Il faut bien dire qu’il a  attendu un bon cinq minutes avant qu’elle aille l’envie de me répondre, mais pendant cet instant-la Michelle le regardait sans cesse, on dirait même qu’elle sentait qu’elle était sa blonde. Bref elle a décidé de lui répondre. Un regard glacial et un « Bonjour, je vais très bien » ensemble et puis elle est partie dans sa chambre.

Son destin allait changer pour toujours, sa vie amoureuse et la chance de devenir une mère qui adorait ses enfants.

Publicités

Solitude

Ceci est l’histoire d’une petite fille, son nom était Michelle, je l’ai connue quand elle avait l’âge d’à peu  près cinq ans. Elle n’était pas une fille comme toute autre. Elle était très solitaire, elle n’avait pas d’amis à la maternelle, on pourrait même dire que personne  l’aimait, elle s’enfermait dans sa chambre après l’école et commençait à jouer avec toute sorte de poupées. Une fille manipulatrice avec un coeur extraordinaire. L’arrivée de son nouveau petit frère l’a beaucoup changé, elle ressentait encore plus de haine envers les autres. Le temps l’a changé dans un clin d’oeil, rendue à onze ans elle n’avait plus de coeur extraordinaire. Son coeur était plutôt devenu un coeur de pierre, un coeur glacial, un regard de la part de cette jeune fille pourrait te tuer psychologiquement une personne. Je sais que très, très, très au fond de son coeur il y a de l’amour, très au fond de son coeur se cachent des morceaux de ce coeur extraordinaire qu’elle avait quand elle était plus petite. Sa mère s’arrangeait pour essayer de détruire ce qui restait de son coeur sensible et ses espoirs avec ses mots. Michelle, une jeune demoiselle égoïste et très rebelle. Aujourd’hui, ça fait vingt ans, donc elle aurait vingt  et cinq ans. Je ne connais pas son age exact, car il faut bien dire que je ne suis plus sur cette terre mais plutôt sous la terre et ce fait déjà dix ans de cela, un accident de voiture m’a arraché la vie. En tout cas, je me rappelle encore de sa face angelicale, de ses beaux yeux verts clairs et comment oublier ses beaux cheveux bouclées blonds. Elle habitait avec ses parents et son petit frère qui était le nouveau membre de la famille.

Sa mère était une personne difficile à analyser. Sa personnalité était un mélange de charisme et de…enfin c’était une personnalité unique, de fois elle pouvait être très gentille envers la majorité des gens, mais elle était différente avec sa fille, on pourrait dire qu’elle la détestait d’une façon ou l’autre et la raison était vague. A chaque fois que la petite Michelle faisait quoique ce soit de mauvais sa mère la punissait avec ses mots cruels et blessants « Tu ne vas jamais être contente avec toi-meme et les personnes qui t’entourent. Tu vas être en solitude pour le reste de ta vie et personne va jamais t’aimer. Tu n’aura pas une famille. Tu n’as pas d’avenir. Tu es une mauvaise fille qui ne mérite rien, ni de la part de ton père, ni de la mienne.  » Son nom était  Justine, une trentaine d’années ou peut-etre moins. Bref, ses yeux étaient bleus comme la mer, ses cheveux étaient aussi bouclées et blonds que ceux de sa fille et elle avait une beauté écoeurante, toute femme a son entour était jalouse de cet jeune femme.

Son père par contre était une personne très calme qui ne serait même pas capable de faire mal a une mouche. Il ne savait pas comment blesser le monde. Il était un monsieur très sérieux et juste. Personne aux yeux verts, cheveux châtains avec une forme de nez très particulière.

Son frère était le contraire a Michelle ou c’est ce qu’on pensait. Dans le fond c’était une personne hypocrite, un menteur. Il n’osait pas de faire des bêtises devant ses parents, mais ailleurs c’était quelque chose d’autre. Beau jeune homme aux cheveux blonds bouclées et yeux bleus comme sa mère. Justine l’adorait. Son nom était Jacob.

 

Dix-sept.

J’ai dix-sept ans et je trouve que je suis assez mature et autonome pour gérer mon argent. Alors, je me trouve assez vieille pour déménager dans un appartement toute seule. Et puis je trouve que je  suis assez vieille pour pouvoir conduire toute seule sur les routes canadiennes.

Je me trouves assez jeune pour faire des batailles de boules de neige avec mes amis. Aussi, assez jeune pour aimer Hello Kitty.

Bonne soirée.

Fleur Onctueuse.

Une Vie de Moins.

Une maladie agressive la consommait lentement,

Son sein droit était la principale victime, les symptômes étaient très silencieux.

Le médecin l’informa sur sa maladie, elle se rappela vaguement du nom de celle-ci et ignorait le danger.

Cette maladie arrachait petit a petit la vie de sa victime, comme un chien enragé,

Les thérapies furent la cause d’une grosse perte de cheveux

Une grosse perte d’espoir.

Les nausées, les maladies et les maux de tête  furent le résultat de ces therapies-la.

Ces thérapies  la donnaient l’envie de mourir, pour ne plus souffrir.

Bientôt, sa maladie s’appropria de son corps et ses espoirs diminuaient,

Ah, pauvre femme, petit à petit sa vie s’echappait de ses mains,

Sa petite-fille allait bientôt avoir un an,

Elle voulait la voir grandir et s’accrocha aux espoirs.

Au bout de quelques jours son corps n’était plus qu’un pauvre cadavre vivant, pourrit à l’intérieur,

Mais son âme était aussi contente d’être encore vivante.

Le 9 Septembre, 1994, elle se trouva en condition critique,

Elle demanda à sa famille d’appeler un prêtre, car elle savait que sa vie disparaissait petit a petit devant elle, sans

pouvoir rien faire, rien d’autre que prier pour aller au Paradis.

Le prêtre arriva et commença à faire ses prières,

Dans le moment le plus inattendu, elle soupira et a compris que son âme avait quitté son corps.

Une étoile s’ajouta au firmament.

Les sourires ne  se faisaient plus dans la face de ses chers familiers,

Les larmes abusaient de leur présence.

Le cancer du sein a arraché sa vie, mais elle restera toujours dans l’esprit de ses chers familiers

On venait de leur arracher une petite partie de leur corps.

Mais une chose est certaine, un ange veille sur eux, depuis cet instant-la.


Reste En Paix Grand-maman, je t’aime.

Un petit film italien.

Bonjour,

Pour cet article-la, j’ai choisi un film. Eh bien, j’adore les films. J’en ‘écoute beaucoup aussi, au moins deux, par semaine.

C’est un film italien qui s’appelle « Scusa Ma Ti Chiamo Amore » ce qui veut dire « Excuse, si je t’appelle mon amour » Ce qui ne fait pas trop de sens en français.

Ce film-là a été inspiré d’un livre, comme la plupart des films. Réalisé par Rita Rusic et a commencé à jouer aux cinémas, en 2008. Le livre a été écrit par Federico Moccia.

C’est l’histoire d’amour d’une jeune italienne de 17 ans (Nikki) et d’un homme italien de 37 ans (Alessandro). Il  a été laissé par l’amour de sa vie, juste avant de connaître Nikki. Il passait des jours, des semaines en dépression. Au bout de quelques semaines il rencontre Nikki et elle commencé à changer sa vie avec des petits détails.

Les deux se demandaient souvent « Qu’est-ce que les autres vont penser? ». Eh bien il y a une grosse différence d’âge. 20 ans, mais ils sont vraiment en amour et ils veulent être ensemble malgré tous leurs problèmes et indifférences.

À vrai dire c’est la première fois que j’écoute un film italien et je l’ai adoré. Sur le film il y a beaucoup de citations romantiques et il y a aussi beaucoup de chansons américaines et aussi italiennes.

Merci, Fleur Onctueuse.

Un Petit Secret.

Il y a quelques années, une fête eut place chez nous. Une fête comme toute autre, mais celle-ci etait plutôt pour des adultes, car c’était l’anniversaire de ma mère. Je n’avais rien à faire et il n’y avait pas d’autres adolescents. Alors je pris la décision de téléphoner ma meilleure amie pour l’inviter chez nous et comme ça je ne m’ennuierai point. Elle sonna la porte et ce fut moi qui eut le plaisir de l’ouvrir.

On dépensa notre temps en parlant, jouant des jeux de table, entre autres.

Au moment donné, mon amie remarqua un petit gâteau au chocolat sur la table à manger. Elle le regardait pendant des heures et des heures avec un regard tentatif et par la suite, elle commença à en manger.  Elle me demanda si j’aimerai bien la joindre à manger ce gâteau  qui avait l’aire si délicieux. Sans y penser deux fois, ma réponse fut un gros oui. Eh, bien ce fut difficile de donner un non comme réponse.

En tout cas, a lendemain ma mère cherchait partout ce petit fameux gâteau et ne le retrouva plus jamais. Je n’osait pas d’y dire un seul mot par rapport à ce qui s’était produit la dernière soirée en compagnie de ma meilleure amie. Encore aujourd’hui c’est un secret. Je ne veux pas perdre la confiance a ma mère par des petites choses de même,  je préfère la garder.

Bref, peut-etre que je devrais y dire, mais je ne vais jamais le faire.

Eric Lapointe – N’importe quoi

Tu m’avais dit
Les mots les plus fous
Ceux qu’on ne croit
Qu’une seule fois
Tout c’que tu veux
Si tu veux tout
Je te promets
N’importe quoi

Tu m’avais dit
Les mots les plus doux
Je n’aimerai
Jamais que toi
Notre histoire ira
Jusqu’au bout
Tu m’avais dit
N’importe quoi

Pour te plaire
J’aurais pu soulever la terre
J’aurai mis
Le feu à l’enfer
Pour toi j’aurai pu faire
N’importe quoi

Je t’appelais dans la nuit
Pour te dire
N’importe quoi
J’avais si peur
Que tu m’oublies
Et de n’être
Plus rien pour toi
Comme si j’étais
N’importe qui
N’importe quoi

Tu disais
Nous deux c’est plus fort que tout
Rien ne nous séparera
De notre amour
Le monde entier sera jaloux
Tu disais
N’importe quoi
[ Find more Lyrics on http://mp3lyrics.org/ell ]

Pour te plaire
J’aurais pu soulever la terre
J’aurai mis le feu
À l’enfer
Pour toi
J’aurais pu faire
N’importe quoi

Je t’appelais dans la nuit
Pour te dire
N’importe quoi
J’avais si peur
Que tu m’oublies
Et de n’être plus rien pour toi
Comme si j’étais
N’importe qui
N’importe quoi

Pour toi
J’ai marché à genoux
Jusqu’à la folie
J’ai porté ma croix
Et pourtant si ce soir
Tu revenais chez nous
Va savoir pourquoi
Je croirais encore
N’importe quoi

N’importe quoi
Je t’appelais dans la nuit
Pour te dire
N’importe quoi

J’avais si peur
Que tu m’oublies
Et de n’être plus rien pour toi
Comme si j’étais
N’importe qui
N’importe quoi

Je t’appelais dans la nuit
Pour te dire
N’importe quoi
J’avais si peur
Que tu m’oublies
Et de n’être plus rien sans toi
Comme si j’étais
N’importe qui
Comme si j’étais
N’importe quoi

Je t’appelle dans la nuit
Réponds-moi