Un secret terrible !

J’entends le sifflet qui presse les gens à embarquer sur le train. Je me précipite à prendre nos valises. Nous nous sommes installés dans une salle qu’on devait partager avec des inconnus.

J’ai decidé de quitter la campagne avec ma petite soeur pour rejoindre mon grand-frère qui habitait en ville puisque nous avions toujours été pauvre, mon frère à dû quitter la campagne pour nous soutenir financièrement . Puisque, nos parents ont été assassinés par des bandits lors d’un voyage, mon  frère cadet était le seul qui avait la capacité de nous nourrir. Il essaya de se trouver un emploi dans la campagne sans succès. Malheureusement mon oncle, diabolique, contrôle tout dans notre petite ville. Cet oncle est terrible. Nous pensions même qu’il a été derrière l’attaque de nos parents. Avec son statut, son pouvoir ainsi que son argent, il peut se permettre de faire tout ce qui lui semble bien.

Avant que mes parents partent en voyage, il y a 10 ans, ils nous avaient brièvement dit qu’ils savaient un secret terrible sur mon oncle. Nous savons tous que mon oncle ferait n’importe quoi pour obtenir ce qu’il veut, même s’il devait assassiner son propre frère. Après le décès de mes parents, il voulait absolument que mon grand frère accepte un poste dans son entreprise. Un acte de culpabilité selon moi. Il nous offrait toujours des cadeaux généreux, mais nous les avions jamais accepté . Un jour, il viendrait nous offrir un nouveau lave-vaiselle et le lendemain, il enverrait un chèque d’une grosse somme d’argent. Lorsque mes parents étaient vivants, ils nous avaient élevés pour ne pas accepter ce genre d’action, et c’est pourquoi nous avons tous refusés ses «cadeaux.»

Un samedi, alors que je rangeais la chambre de mes parents, j’ai découvert quelque chose d’atroce. Le secret dont mes parents gardaient a été confié sur une lettre. J’ai dû lire la lettre au moins dix fois, et je n’en croyait toujours pas de mes yeux. Je ne pouvais pas croire qu’une personne peut contenir un secret aussi horrible. J’étais pétrifié sur place, je ne pouvais bouger aucune partie de mon corps. Je refusais de croire le contenu de la lettre. Ma petite soeur était  soudainement à coté de moi, mais je n’ai pas sentis sa présence parce que j’étais tellement surpris de cette révélation. Elle m’a demandé ce que je tenais dans la main et elle s’est avancée pour voir ce que je lisais. J’ai brusquement enlevé la lettre pour qu’elle soit hors de son champ de vision. Je voulais simplement la protéger. J’étais certain que si mon oncle saurait que nous avons découvert son secret, notre sort serait la même que nos parents. J’ai donc détourné son attention et je lui ai annoncé que nous allions quitter notre foyer et rejoindre notre frère cadet à la grande ville. Elle a refusé cette proposition et elle me demandait sans cesse la raison pour laquelle nous devions quitter. Évidemment, je ne voulais pas lui annoncer la raison de notre départ.

À la station de train, tout juste avant notre départ, j’entends le sifflet qui presse les gens à débarquer du train. Soudainement, je me réveille en sursaut avec ma soeur et nous rassemblons tous nos biens personnels pour ne pas manquer notre train. Quelques heures plus tard, nous arrivons à notre destination qu’il est à Paris.

Au moment de notre arrivé en sortant du train, je suis éblouis par le nombre de personnes marchant dans toutes les directions. J’avais auparavant entendu beaucoup de rumeurs atroces à propos de Paris, mais je n’y aivais jamais cru. Dans mon village, il y avait une vieille madame que personne n’aimait. Elle vivait dans un secteur abandonné que personne ne fréquentait. J’allais souvent la visiter car je trouvais qu’elle était une personne sympathique. Elle me racontait souvent des histoires qu’elle avait vécue dans son passé  lors de son séjour à Paris. Il y avait toute sorte d’histoires, des effrayantes, des dramatiques, des amusantes ainsi que des passionnantes. Chaque récits sont resté gravé dans ma mémoire. Je ne les oublierais jamais. L’histoire qui m’a marqué le plus était celle où elle avait rencontré son premier bandit. Je me rappelle chaque mots qu’elle dit lorsqu’elle ma rencontré cette histoire. << C’était lorsque je venais juste d’arriver a Paris. Une soirée, je prenais le chemin habituel pour retourner chez moi de mon travail. J’avais sentit la présence d’un homme qui me regardait de loin. J’espérais de tout mon cœur que j’étais paranoïaque. Mais lorsque j’étais presque arriver chez moi, un homme bondit de l’ombre. Il me menaça de lui donner tous mes bijoux précieux et que si je ne le faisais pas il allait me trancher la gorge. Je portais le collier que ma mère m’avait laissé avant son décès. Lorsque j’était prête à l’abandonner, par chance , il y avait des polices qui étaient aux alentour. Je cria le plus fort que je pouvais, les policiers se précipita enfin  vers notre direction. Le bandit fuyait aussitôt. Les policiers l’ont finalement attrapé après une série de course. C’était l’expérience la plus affreuse que j’ai vécu dans ma vie entière.>> Paris, une ville dangereuse, plein de secret et excitante. Un endroit qui semble beaucoup plus amusant que la campagne.

À la campagne, RIEN n’arrivait là-bas. Pour quelques décennies, un seul événement a véritablement choqué l’âme sensible des habitants de ce village. C’était l’arrivée d’une jeune femme enceinte.Le moment qu’elle a mis pied dans le village, elle s’était précipitée vers le logement du chef du village. Elle lui supplia de lui laisser habiter dans son village. Le chef, sans hésitation, refusa sa demande. Il n’aimait pas l’idée d’une femme enceinte, sans homme dans sa vie, de vivre dans son village. Il l’aurait laissée vivre dans sa cité s’il connaissait l’identité du père. Il lui a sans cesse demandé la même question, mais la réponse fut la même a chaque fois. Elle lui avait dit que si elle relève l’identité, le chef du village, le village, elle et ainsi que son bébé seraient tous en danger. Elle décrivait le père comme un démon sous l’apparence d’un humain. Elle lui raconta tous les actes monstrueux que cet homme à fait. Il avait dans le passé assassiné un village au complet pour retrouver son fils, il a déjà kidnappé tous les femmes d’un village pour son plaisir, etc. Elle a donc décidé de prendre à son avantage la peur du chef. Elle lui menace que si le chef ne lui accepte pas, l’homme en question allait tout ravager, qu’il allait détruire son précieux trésor. Par peur, il n’avait pas le choix d’accepter. Il prépara une petite maison dans laquelle elle vivra. Il l’a donc conduite vers sa nouvelle maison. Elle était particulièrement laide, mais la jeune femme savait qu’il sagirait d’une nouvelle aventure. On lui a fournie un nouveau commencement. Elle savait que Dieu ne lui donnerait plus d’opportunité de recommencer sa vie à nouveau. C’était sa dernière chance et elle allait la profité au maximum. Tout d’abord, la maison n’était pas la plus laide, mais elle était minuscule, sale, poussiéreuse et répugnante. Il n’y avait rien de positif à propos de cette maison. Elle tenta de trouver un aspect positif, mais échoua. Le chef dit:
-C’est le meilleur logement que je pouvais vous trouvez en si peu de temps.
-Ah! Ce n’est pas grave. Elle semble un peu vieille, dit-elle.
Ils rentrèrent donc dans la maison et se dirigèrent vers la chambre principale.
– Ici, c’est la chambre principale, l’endroit où vous allez dormir. Le lit semble un peu vieux, mais il est confortable.
–  J’y suis habituée, j’ai déjà vécu dans la misère, mais ce n’est certainement pas la chambre la plus propre dans le monde, répliqua-t-elle.
Cette remarque lui a mis dans un état gênant. Ils se déplacèrent vers le salon. La pièce était presque vide, elle avait seulement un divan noir taché ,une table minuscule et une petite lampe dans un coin. Les murs étaient taché , une odeur répugnante y dégageait. Elle savait qu’elle allait devoir travailler fort pour remettre cette maison dans un bon état pour son bébé. Elle voulait être certaine que son bébé ne vive pas dans la misère. Suite à la petite visite du salon, la jeune femme se dirigea vers la cuisine. La pièce était dans un état piteux. Le plancher était fait de roche. La couleur du four était difficile à déterminer. La rouille l’avait quasiment dévoré. Le lavabo était remplit de vieux chaudrons sales .
-Ça, c’est les chaudrons que les personnes ont utilisé lorsqu’ils vivaient ici. Maintenant qu’en parle, ces gens là étaient un peu étranges. Ils étaient étranges, ils étaient partis pendant la nuit. Ils sont venus cogner à ma porte une soirée et désiraient quitter le village. Lorsque je les ai questionné, ils ont refusé de répondre. Un peu comme vous si vous me le demandez, dit-il.
-Tout le monde ont leur propres raisons et leurs secrets. Je suis certaine que vous avez des choses qu’on ne peut dire au publique, répliqua-t-elle.
Bon, j’ai fait le tour de la maison, le reste est à vous, dit-il
Lorsqu’il quitta, elle commença par nettoyer la maison, elle attaqua la chambre principale en premier, ensuite le salon, la toilette et finalement la cuisine. Elle devait travailler comme une bonne. Elle travailla fort jour et nuit. Après chaque soir, elle prenait tout le temps un verre pour se détendre. Après deux semaines, la femme accoucha, il y avait seulement une madame dans le village au complet qui savait comment délivrer un bébé. Lorsqu’elle a sentit que le bébé arriva, elle l’appela aussitôt. Ce bébé, c’est moi. Cette femme étrange était ma mère.

Publicités

Un secret terrible!

J’entend le sifflet qui presse les gens à embarquer sur le train. Je précipite à prendre les valises. Nous nous sommes installés dans une salle qu’on devait partager avec des inconnus.

J’ai decidé de quitter la campagne avec ma petite soeur pour rejoindre mon grand-frère à la ville parce que nous avions toujours été pauvre. Mon frère devait quitter la campagne pour nous soutenir fiancièrement . Puisque, nos parents ont été assassinés par des bandits lors d’un voyage, mon  frère cadet était le seul qui avait la capacité de nous nourrir. Il essaya de trouver un emploie dans la campagne, malheureusement mon oncle, diabolique, contrôle tout dans notre petite ville. Cet oncle est terrible. Nous pensions qui’il a été derrière l’attaque de nos parents. Avec son statut, son pouvoir et ainsi que son argent, il peut se permettre de faire tout ce qui lui semble bien. Avant que mes parents partent en voyage, il y a 10 ans, ils nous avaient brièvement dit qu’ils savaient un secret terrible sur mon oncle. Nous savons tous que mon oncle ferait n’importe quoi pour obtenir ce qu’il veut, même s’il devait assassiner son propre frère. Après leur décès, il voulait absolument que mon grand frère accepte un poste dans son entreprise. Un acte de culpabilité selon moi. Il nous offrait toujours des cadeaux généreux, mais nous n’avons accepté aucun. Un jour, il viendrait nous offrir une nouvelle lave-vaiselle et une autre journée, il envoyait un chèque avec une grosse somme d’argent . Mes parents nous avons enseigné de ne pas accepter ce genre d’actes, donc nous avons tous refusés ses «cadeaux.» Un samedi, lorsque je rangeais la chambre de mes parents, j’ai découvert quelque chose d’atroce. Le secret dont mes parents gardaient a été confié sur une lettre. J’ai dû lire la lettre au moins dix fois, je n’en croyait pas de mes yeux. Je ne pouvais pas croire qu’une personne peut contenir un secret aussi horrible. J’étais pétrifié sur place, je ne pouvais pas bouger un seul membre de mon corps. Je refusais de croire le contenu de la lettre. Ma petite soeur était  soudainement à coté de moi, j’étais tellement surpris de cette révélation que je n’ai même pas sentis sa présence. Elle me demandait ce que je tenais dans la main, je tirais brusquement la lettre hors de son champs de vision. Je voulais simplement la protéger. J’étais certain que si mon oncle saurait que nous avons découvert son secret, notre sors serait la même que nos parents. J’ai détourner son attention et je lui ai annoncé que nous allions quitter notre foyer et rejoindre notre frère cadet à la grande ville. Elle a refusé cette propostion. Elle me demandait sans cesse pour la raison de quitter, cependant je ne voulais pas lui annoncer la raison de notre départ.

J’entend le sifflet qui presse les gens à débarquer du train. Soudainement, je me réveille avec ma soeur et nous rassemblons tous nos biens personnels pour quitter le train. Nous arivons à notre destination qu’il est à Paris.

J’ai seize ans !

J’ai seize ans, mais je me trouve assez vieux pour prendre l’avion tout seul. Cet été, je suis partie en voyage en Europe. Pour être plus précis, je suis allé en France, en Espagne et au Portugal. Mes parents étaient hésitants envers cette idée de quitter la maison seul pour une première fois. Ma mère inquiète, s’opposait à cette idée. Elle pensait que c’était l’idée la plus ridicule que je pouvais lui proposer. Mon père n’était pas complètement contre ma proposition, cependant il devait y réfléchir quelques mois et recevoir des paroles convaincantes de mes soeurs cadettes. Il accepta finalement sous les arguments qu’il devait écouter à chaque jour. Elles pensaient que de «sortir» loin était une très bonne expérience. Ma mère a donc décidé de suivre l’idée de mon père de me laisser prendre l’avion seul.

J’ai seize ans, mais je me sens encore assez jeune pour peinturer avec mes doigts. Sa me permet de m’exprimer librement et relâcher tout mon stress. La couleur et la texture de la peinture me fait sentir en sécurité. Je sais que sa semble un peu étrange, mais c’est la vérité. La peinture a main est souvent considéré. comme une activité pour les enfants, mais je pense que ce n’est pas le cas.

Le Soleil et la Lune

L’étoile céleste qui est colossal, grandiose, haute, large, spacieux et vaste, jaune à l’oeil nue.  Il est chaud comme le toucher maternelle d’une mère. Souvent comparé à la seul satellite naturel de la terre, froide comme une tourmente de neige, la lune est bien différente du soleil. Elle est souvent décrite étant passive et que le soleil est décrite étant actif. Chacun à un objectif, travail, mission ou bien un but qui leur est attribué, le soleil à la tâche de réchauffer l’être humain et la lune doit s’occuper du mouvement de la mer et des océans. Avec la réserve du Soleil, durant l’hiver, les humains peut se permettre d’avoir l’action sur la glace et profiter du plaisir de ses proches.

Un bon livre !

Bonjour,

L’élément que je vais vous présentez est un roman qui s’appelle «Flowers for Algernon» écrit par Daniel keyes, aussi nommé «Des fleurs pour Algernon» en français.

C’est un roman qui parle de Charlie Gordon, un homme âgé de 30 ans qui a une intelligence intellectuelle de 68. Il a été sélectionné pour une nouvelle procédure médicale pour augmenté l’intelligence humaine. Suite au succès de l’opération, son intelligence triple et il réalise un défaut dans la théorie que les docteurs ont utilisé pour sa augmentation. Il découvre que sa régression intellectuelle est inévitable. Il essaie donc de retrouver sa famille qui l’avait abandonné lorsqu’il était jeune.

C’est un roman émotionnel que j’ai aimé. Sa démontre que avec la persévérance, n’importe qui peut atteindre ce qu’il désire. J’ai aussi apprécié le format du livre, il est écrit sous forme de journal intime. Sous cette forme, cela nous permet de connecter avec le personnage et ressentir tous ces moments joyeux, tristes ou romantiques. On aperçoit la croissance du personnage principal, la façon dont sa mentalité change de jour en jour. Daniel Keyes m’a permit de réaliser une chose très importante en lisant son fabuleux roman, tout le monde est égaux. Même si une personne qui a un défaut mentale cela ne veut pas dire qu’il est moins important ou qu’il ne ressent pas ce que les personnes «normales» ressentent.

Si l’occasion vient, je vous suggère fortement de lire ce roman

Moustache Minable

Un Secret Dangereux.

L’idée vagabondait dans  mon esprit depuis quelque temps, j’étais au centre-ville sur la rue Sainte-Catherine. Je savais que je n’avais pas le droit, que mes parents allaient me renier. Les opinions, les ordres et  les suggestions qu’ils imposaient sur mes soeurs cadettes, mon grand-frère et moi étaient absolus. J’étais dans le magasin et je savais ce que je devais faire.

Je percai ma langue à l’aide de l’encouragement de ma soeur. J’ai surtout pris cette décision pour rebeller contre mes parents comme mon grand-frère l’avait fait. J’aimerai bien posséder le courage qu’il avait.

Mes parents avaient beaucoup de confiance en moi et cette confiance m’empèchait de me rebeller. Je savais qu’ils allaient être très déçu de ma pauvre decision. S’ils virent mon perçage à la langue, je suis certain qu’ils appelleront ma famille. Entre autre, mes grands-parents seront consultés à propos de mon cas. Je ne voudrais surtout pas déranger la tranquilité qu’ils aiment bien. Ma famille me feraient sentir coupable au point d’éffacer mon premier acte de rebellion. Je ne voudrais pas me soumettre à eux , car j’ai besoin d’etre indépendant de mes parents pour avoir contrôle de ma vie. L’idée de devenir independant m’étais venu en regardant de loin la vie de mon frère.

Encore aujoud’hui, mes parents ne savent rien de ma rébellion. J’attends le jour que j’aurais le courage de leur révéler ce secret.

-Moustache Minable

Vivre dans le banlieue !

Dans mon quartier d’banlieue
Y’avait d’l’action en torrieu, quand on était morveux
On jouait à’cachette su’é terrains des voisins
J’restais caché pas mal longtemps
Dans haie avec la p’tite Chartrand

Quand y faisait pas beau
Y’avait l’sous-sol à Guilbeault, on allait jouer au Coleco
Les p’tits gars on capotait su’é G.I. Joe’s
Pis sur la sœur à Lavallée, parce qu’elle en avait des gros

Et quand l’soleil sortait d’derrière les nuages
Ça s’animait partout dans le voisinage
On entendait les slap-shots su’é portes de garages
Pis gueuler la mère à Lepage

L’quartier s’est dispersé
On a vieilli on s’est fait des nouveaux amis
Y’a eu les premières blondes mais c’tait pas trop « steady »
C’est Dédé qui a été l’premier à avoir son permis

Dans son Volkswagen (Variante : Dans son vieux Datsun)
On écoutait du Led Zeppelin
Avec toute not’vie en avant
Mais par un esti d’soir vers la fin du printemps
Après un party Dédé s’est tué
Y s’est endormi au volant

J’va toujours me rappeler de c’te soirée-là
Les Canadiens venaient d’gagner la coupe Stanley
Après sa mort on est tous’tombés ben bas
J’ai lâché l’Cégep en janvier

{instrumental}

T’es arrivée au bon moment
T’es sortie d’nowhere
Un peu comme une fleur qui pousse dans l’ciment
En d’ssous des spots oranges du parc Champigny
C’est là que pour la première fois on s’est donné un gros bi

J’pense que c’était le plus beau jour de ma vie
Après ça j’t’ai payé l’lunch au Kentucky
J’suis allé te r’conduire avec le torse bombé
Maudit qu’c’soir-là j’ai ben dormi

Y a eu des bons moments
Mais l’bonheur ça a ben l’air que ça dure rien qu’un temps
Parce qu’une fois quand j’me suis pointé chez toi
Chu r’venu comme un boxeur qui v’nait d’manger une volée

Assis su’a table à pique-nique
Tu m’as dit qu’t’en avais assez, qu’t’avais même un nouveau kick
Chu parti en marchant sans me r’tourner
Dans ton driveway j’me suis r’tenu pour pas partir à brailler

C’est comme si t’avais pris une paire de cutters
Pis qu’t’avais coupé le cordon de mon cœur
J’me suis dévasté pendant une coupl’ de s’maines
Faut ben qu’un gars ravale sa peine

L’automne est r’venu par la porte d’en arrière
Dans ma banlieue la nuit est belle pis y’a d’l’espoir
La pleine lune reflète pareil comme un miroir
Sur l’eau des piscines hors-terre

Lay la lay…

Les Cowboys Fringants