Séparés par l’océan

Bonjour chers lecteurs et lectrices,

Les miracles se passent aux moments où les gens s’attendent le moins, quand la vie commence a être banale et on se demande qu’est-ce qui suit puis lorsqu’on a besoin d’un changement stupéfiant. Ces petits phénomènes qui apparaissent rarement dans la vie de distinctes personnes se considèrent très chers car si on les abandonne, ils ne reviendront plus une deuxième fois. Cela finit par être le regret de ceux qui les perdent. Mais, certains la perdent pour des raisons plus complexes puisque cette merveille spectaculaire ne serait probablement pas placée au bon endroit et au bon moment ou bien c’est parce que le destin décide de la durée. Seuls quelques uns ont la chance de vivre de si belles histoires comparables à des contes de fées. C’est pour cette raison qu’il faut porter attention à chaque événement d’une vie.

À Bucarest, capitale d’un pays mystérieux et débordant de voleurs établi en Europe, y demeurait un jeune homme âgé de vingt ans aux cheveux noirs comme du charbon et aux yeux bruns. Son apparence ne possédait rien d’attrayant mais, sa personnalité le valorisait. C’était un homme qui socialisait avec les gens qui l’entourait et adorait s’amuser au maximum. Toute la ville connaissait Eddy et tout le monde le respectait. Étant un vrai malfaiteur depuis son enfance, Eddy quitta l’école avant même de finir son secondaire. Cela était une grande gène pour sa famille parce que l’école demeurait sur la première place en Roumanie. Malgré cette mauvaise décision, Eddy était brillant. Il aimait être plus libre et non constamment contrôlé, ayant des obligations. C’était une personne agitée et chaque idée qui lui passait par la tête le tenta de passer à l’action. Sa bravoure l’emmena à faire mille bêtises. Pourtant, Eddy vivait très bien. Même si la Roumanie était un pays moyennement pauvre, les gens se débrouillaient convenablement avec l’argent. Par exemple, parallèlement à son travail au club Krystal où Eddy travaillait comme barman, il faisait aussi du business pendant son temps libre. Il habitait dans le cartier le plus dangereux de Bucarest où chaque personne devait porter attention a elle-même car, dans ce pays, le monde mentait pour leur bien et personne ne pouvait se faire confiance. L’appartement logé par Eddy et son frère était acheté par leur père qui vivait séparément de ses deux enfants. Il avait divorcé de la mère d’Eddy depuis longtemps et était marié avec une autre femme. Antoine, le frère d’Eddy, était une personne complètement différente de son frère. Ils n’avaient aucune ressemblance, ni physique, ni psychologique. Pourtant, ils avaient les mêmes parents. Cette différence faisait qu’ils aient une si bonne relation de famille.

Lundi, un jour du mois de janvier, le climat était plus chaud que d’habitude. Eddy était au club Krystal qui, pendant le jour, était ouvert comme bar. Il décida avec son ami, Paul, de prendre une petite pause et aller s’acheter du chocolat au dépanneur qui se situait juste à côté du travail. C’était une journée aussi ordinaire que les autres. À l’entrée du magasin, Eddy s’arrêta brusquement. Il n’en croyait pas ses yeux. Devant sa face se tenait une jeune femme blonde ayant une face semblant à une poupée et un corps de déesse.

–          Paul ? dit Eddy en chuchotant.

–          Oui ? dit Paul qui n’avait pas vu la jeune.

–          Est-ce vrai ce que je vois ? demanda Eddy.

–          Oh mon dieu, elle est une vraie beauté ! déclara Paul, étonné en l’apercevant.

–          Une vraie déesse ! dit Eddy, étant très sûr de lui.

Pendant q’il l’admirait, situé devant l’entrée du dépanneur, tout autour s’arrêta. C’était la première fois que cela lui arrivait. Il était séduit par sa beauté inexplicable. C’était comme s’il voyait une femme pour la première fois de sa vie quand, dans le fond, il avait beaucoup plus d’expérience à ce sujet qu’il en avait l’air d’avoir devant elle. Eddy était un homme qui, d’habitude, ne s’impliquait pas sentimentalement dans ses relations. Il n’en revenait pas. Il avait des papillons dans le ventre. La jeune femme était là avec un de ses copains. Ils se parlaient en se tenant proche de l’étagère comportant des sucreries. Eddy s’approcha de l’étagère. Il faisait semblant de chercher du chocolat mais en fait, il ne désirait que de l’admirer de plus proche. À ce moment, elle se retourna pour regarder les friandises. Eddy prit la décision de lui en acheter. Après avoir payé à la caisse, étant courageux, il alla la voir et lui étendit les bonbons en lui disant :

–          Tiens, ceux-ci sont pour toi car tu es très mignonne.

–          Merci, lui dit-elle en souriant.

–          Comment t’appelles-tu ? lui demanda Eddy.

–          Diana, et toi ? demanda-t-elle.

–          Moi c’est Eddy, dit-il.

–          Enchantée, déclara Diana.

–          Et moi encore plus ! affirma Eddy.

Emerveillée par son petit geste, Diana fixait Eddy tout droit dans les yeux. Quant à son copain, lui, était présent lors de la dispute. Jaloux et Stupéfait, il échappa son cellulaire à terre. Au même moment, Eddy et Paul commencèrent à rire. Ensuite, ils retournèrent au bar. En marchant vers le bar, Eddy se rendit compte que Diana lui plaisait et il désirait sincèrement la revoir en ville. Quelques minutes plus tard, quelle coïncidence, Diana et son copain arrivèrent au bar. Quand elle vit Eddy, elle était stupéfiée au point qu’elle prit la décision d’abandonner son copain et alla voir Eddy. En goûtant à ses bonbons, ils débutèrent à converser en s’assoyant au bar. Diana partagea ses bonbons avec lui et lui demanda :

–          Tu travailles ici ?

–          Oui, répondit Eddy qui se situait derrière le bar.

–          Je viens souvent ici mais, je ne t’ai jamais vu auparavant, déclara Diana.

–          Moi non plus, malheureusement, répondit Eddy.

C’était de cette façon qu’ils commencèrent à se connaître. Les deux jeunes s’apprécièrent réellement. Ils disputèrent si longtemps qu’ils ne s’apercevaient pas du temps qui passait. Le copain à Diana était si fâché, qu’il partit sans l’avertir. Elle n’avait pas de soucie pour lui. Eddy et Diana passèrent toute la soirée à se parler et s’échangèrent leur numéro de téléphone. Il y avait des moments qu’Eddy ne savait même plus quel était leur sujet de conversation tellement qu’il l’admirait. À l’heure de la fermeture du bar, Eddy appela un taxi pour Diana qui l’emmena chez elle. Elle le remercia encore une fois et partit. Cette soirée était quelque chose d’inattendu pour Eddy. Cette rencontre hasardeuse lui a permit de réaliser qu’était un coup de foudre. Pour retourner à la maison, il décida de prendre une marche pour réfléchir au sujet de cette nouvelle femme qui apparut dans sa vie sans être prévue.

Diana était une fille très spéciale et unique. Elle était âgée de dix-huit ans et avait une beauté que lorsqu’elle marchait sur la rue, même les femmes tournaient leur tête pour la regarder. C’était une personne très calme qui parlait tout doucement. Ce n’était pas son genre à se chicaner. Elle pardonnait facilement ses proches et avait une bonne éducation. L’école qu’elle fréquentait se situait proche d’où Eddy habitait. Diana avait un horaire très chargé. Elle était très talentueuse en art et en musique. Elle aimait dessiner, peinturer et avait apprit à jouer du piano depuis toute petite. Ces deux activités étaient ses passe-temps. Diana habitait avec ses parents. Sa mère était professeur à l’école qu’elle fréquentait et son père était un avocat. Ils étaient riches et possédaient une grosse maison. Elle n’avait pas beaucoup d’amies puisque le monde était jaloux. Cette jeune femme était presque parfaite. Diana était magnifique, elle possédait de belles qualités et avait beaucoup de talent. Que pouvait exiger un homme de plus que toutes ces valeurs?

À la suite de cette formidable soirée, Eddy continua de l’appeler à chaque jour. Il devint fou après elle. Ils se planifièrent des rencontres à chaque jour, peu importe la durée de temps de ceux-ci. Ils ne voulaient que se tenir dans les bras. Eddy ressentait avoir des papillons dans le ventre à chaque fois qu’il voyait sa nouvelle aimée. Elle était sa paire parfaite. C’était réciproque pour Diana, qui était une personne très sentimentale et tomba en amour très rapidement. Eddy et Diana faisaient un couple extraordinaire puisqu’ils avaient deux personnalités qui s’opposaient et c’était pour cette raison qu’ils se matchaient. Eddy changea beaucoup et devint très romantique. Il lui achetait des fleurs et l’attendait après l’école pratiquement tout le temps. Il l’emmena seulement à des restaurants chers. Depuis qu’ils se connaissaient, les deux étaient toujours heureux et s’ennuyaient l’un de l’autre fréquemment. Au moment où Eddy découvrit la mort de son grand-père, il était chez Diana. Cette nouvelle le rendit si malheureux et déprimé que toutes ses envies étaient disparues. Diana le prit tout de suite comme un petit enfant dans ses bras en le réconfortant, en l’embrassant sur le nez et sur le front. Depuis cette soirée, Eddy réalisa qu’il ne pouvait plus vivre sans elle. Il tomba amoureux de Diana et décida de déménager aussitôt chez elle.

Rêves Importants

Séparés par l’océan

Bonjour chers lecteurs et lectrices,

Les miracles se passent aux moments où les gens s’attendent le moins. Ces petits phénomènes qui apparaissent rarement dans la vie de distinctes personnes se considèrent très chers car si on les laisse partir, ils ne reviendront plus une deuxième fois. Cela finit par être le regret de ceux qui les perdent. Mais, certains la perdent pour des raisons plus complexes puisque cette spectaculaire merveille ne serait pas placée à la bonne place et au bon moment ou peut-être c’est parce que le destin décide de la durée. Seuls quelques uns ont la chance de vivre de si belles histoires comparables à des contes de fées.  

À Bucarest, capitale d’un pays mystérieux et débordant de voleurs établi en Europe, y demeurait un jeune homme âgé de vingt ans aux cheveux noirs comme du charbon et aux yeux bruns. Son apparence ne possédait rien d’attrayant mais, sa personnalité le valorisait. Étant un vrai malfaiteur depuis son enfance, Eddy n’aimait pas quand quelqu’un lui disait quoi faire et ses bêtises l’emmenèrent à quitter l’école. Pourtant, il se débrouillait très bien avec l’argent. Krystal se nommait le club où Eddy travaillait comme barman et pendant son temps libre, il faisait du business. Il habitait dans un appartement avec son petit frère que leur père leurs payait car ses parents étaient divorcés.

Un jour du mois de janvier, Eddy était au bar et décida avec son collègue de travail d’aller  au magasin qui se situait juste à côté pour acheter du chocolat. À l’entrée, Eddy s’arrêta brusquement. Il vit une jeune, blonde femme ayant une face semblant à une poupée et un corps de déesse. Elle était là avec un de ses copains. En choisissant une barre de chocolat, il l’observait entrain d’admirer les friandises qui s’y tenaient sur l’étagère. Il décida enfin de lui acheter quelques bonbons et lui les tends en lui disant :

–          Tiens, ceux-ci sont pour toi parce que tu es si mignonne.

–          Merci, lui dit-elle tout doucement.

En les regardant silencieusement, le copain à la jeune femme, surpris et jaloux,  échappa son cellulaire par terre. Eddy et son collègue commencèrent à rire et par la suite, retournèrent au bar. Quelques minutes plus tard, la fille et son ami arrivèrent au bar pareillement. Elle s’approcha de Eddy avec les bonbons dans les mains et lui proposa d’en partager avec elle. Ils commencèrent à se parler toute la soirée jusqu’à l’heure de la fermeture du bar où Eddy lui appela un taxi qui la ramenait chez elle. Ils se passèrent leur numéro de cellulaire et continuèrent à se revoir constamment. Cette rencontre hasardeuse lui a permit de réaliser qu’était un coup de foudre.

Elle s’appelait Diana. Elle avait dix-huit ans et habitait avec ses parents. Sa mère était professeur à l’école qu’elle fréquentait et son père était un avocat. Diana était très spéciale. Elle pardonnait facilement ses proches et avait une bonne éducation. Elle s’était attachée beaucoup à son nouvel amoureux. À chaque rencontre, Eddy avait des papillons dans le ventre! Cette fille était unique. Elle était sa paire parfaite. Au moment où Eddy découvrit la mort de son grand-père, il était chez Diana. Elle le prit tout de suite comme un petit enfant dans ses bras en le réconfortant et l’embrassant sur le nez et sur le front. Depuis cette soirée, Eddy réalisa qu’il ne pouvait plus vivre sans elle. Il déménagea aussitôt chez son amour.

Rêves Importants

Am şaptesprezece ani, dar…

Chers lecteurs et lectrices,

 

Premièrement, j’ai dix-sept ans, mais je me trouve assez vieille pour travailler et me ramasser un peu d’argent pour mes vêtements ou pour autres besoins que mes parents ne peuvent ou ne veulent pas me les procurer pour différentes raisons. Je pense aussi que ça ne devrait pas être un problème pour sortir les fins de semaines avec mes amis pour fêter sans avoir la permission de mes parents car, à mon âge, je sais éviter ce qui est mauvais pour moi. Les responsabilités de faire le ménage dans la maison, faire la vaisselle ou me préparer un repas, sont aussi des tâches que je dois effectuer sans la demande de mes parents.

 

Deuxièmement, je me sens assez jeune pour avoir un permis de conduite à cet âge et  de posséder une voiture parce que cela me donne trop de responsabilités quand je suis supposée de me baser sur mes études qui sont beaucoup plus importantes en ce moment. Je crois aussi que ce n’est plus le temps de faire toutes mes sorties avec ma famille étant donné que j’ai besoin de plus de liberté. Les décisions que je prends et les conseils que je reçois au sujet de ma vie personnelle et des mes études, sont encore avec l’aide de mes parents car ils sont matures puis je suis consciente qu’ils savent mieux ce qui est meilleur pour moi dans la vie.

 

À la prochaine

Rêves Importants

Séparés par l’océan

Le jour où je ne m’attendais

Nos chemins se sont croisés

Nos yeux se sont accrochés

Ta beauté me laissa muet

Le jour où nos lèvres se sont touchées

Je souhaitais qu’elles restent collées

Dans ma vie tu étais entrée

Tout autour s’est arrêté


Le jour où je réalisai

Que je ne pus vivre sans toi

Sans hésiter, tu acceptas

De demeurer avec moi

Ta peau douce comme de la soie

Se réchauffe dans mes bras

À tes cotés ma vie changea

Tu remplissais mon cœur de joie

Un amour sincère, intense, inexpliqué

Qui se différenciait était né

Ce sentiment n’était pas un mensonge

Cette femme était une vraie éponge


Le jour où j’ai pris ma naissante décision

Je n’eus le courage d’avouer mon abandon

J’étais un ver de terre amoureux d’une étoile

Ne voulant dévoiler mon secret fatal

Trois jours avant ma disparition

Tu découvris mon billet d’avion

En état de choque, tu tombas à genoux

En pleurant, tu reçus un bisou

Les derniers baisers d’adieux

M’ont déchiré le cœur en deux

C’était mon premier amour

Qui s’est terminé dans le four


Ces souvenirs me font passer par une myriade d’émotions différentes

Qui m’ont laissé des traces dans ma poitrine puissante

Dédié à mon cher ami

Rêves Importants

Auschwitz

Bonjour chers lecteurs,

Le voyage culturel le plus mémorable que j’ai fais date depuis cet été. J’ai fais la visite avec ma famille du Camp nazi de concentration et d’extermination situé à Auschwitz, en Pologne.

Celui-ci est un monument historique et culturel majeur qui a été sous les ordres de dirigeants Allemands. 1.1 million de déportés sont morts à Auschwitz de 1940 à 1945 dans des chambres de gaz, avec des armes à feu, à cause des maladies, de malnutrition, de mauvais traitements ou d’expériences médicales. 90% de ceux-ci étaient juifs.

Le camp constituait plusieurs bâtiments en briques rouges et la visite à l’intérieur nous permettait de comprendre les conditions de vie de ces prisonniers. Des clôtures électriques s’y trouvaient tout autour de ceux-ci pour interdire l’évasion.

Cet élément culturel m’a beaucoup plu parce que j’ai appris énormément sur l’extermination de la communauté juive par les nazis et je me sens plus culte à ce sujet. Ce moment inoubliable m’a permit de réaliser dans quel état ces gens vivaient. Ce qui m’a beaucoup surpris était le nombre de preuves qu’il y avait à Auschwitz. L’exposition des valises, des souliers, des cheveux, des brosses à dents et autres objets que les Allemands avaient conservé suite à la mort des juifs m’a presque donné des larmes aux yeux.

Rêves Importants

Les secrets de l’adolescence

Bonjour chers lecteurs,

Tout ce qui est interdit à l’adolescence est très provoquant mais, en même temps c’est aussi un secret vis-à-vis des parents.

Depuis l’âge de treize ans, je voyais toujours autour de moi des gens qui avaient tous sortes de perçages et de tatouages et cela me fascinait. Je venais d’un pays d’Europe étant communiste et conservateur. L’idée de me percer fut piégée dans ma tête pour des années. Je n’osais surtout pas de parler avec mes parents à-propos de ce sujet. Je demandai l’opinion à mes collègues et mes amis qui répondirent que ce concept était tout a fait normal au Canada. Cependant, cette idée n’était pas réciproque avec la conception de mes parents.

Je commençai à faire des recherches pour m’informer le plus possible. Les sites d’Internet m’aidèrent à découvrir les inconvénients et les avantages des perçages et la loi du Canada déclarait que les perçages étaient autorisés dés l’âge de seize ans sans la permission d’un adulte. Ensuite, je pris une décision de me faire percer la langue. Je ne voulus pas demander la permission de mes parents car, je savais qu’ils allèrent refuser et je ne pouvais pas leur solliciter de l’argent. Alors, pendant l’été, je travaillais comme serveuse dans des salles de réception.

Je trouvai un salon de perçages qui se situait près de chez moi et demanda à un ami de m’emmener.Arrivés là-bas, tout se passa très vite et je ne sentis aucune douleur. Tout de suite après, j’eus un sentiment de liberté. Pendant les premiers jours, je ne pouvais presque pas manger et je sentis le stresse de garder ce secret loin de mes proches.

Je dispose finalement ce que j’ai toujours rêvé d’avoir mais, je n’ai pas encore pris le risque de le révéler à mes parents.

Rêves Importants

Partout je te vois

Auteur: Céline Dion

J’ai tant besoin de toi
Que j’invente des images
Je joue avec tes yeux
Quand tu n’es pas là
J’éclaire la nuit
Je colore les nuages
Et ton visage
Ne s’efface jamais

Dans les rues de mon coeur
Dans le soleil
Et dans l’ombre
Partout je te vois
Dans le lit de ma main
Dans tous mes rêves
Ici, partout
Je ne vois que toi

Ce que je veux te dire
C’est que le temps serait triste
Oh, si tu t’en allais
Pour plus de quelques heures
C’est parce que tu m’aimes
Que je vis et que j’existe
Parce que tu m’aimes
Que je n’ai pas peur

Dans les rues de mon coeur
Dans le soleil
Et dans l’ombre
Partout je te vois
Dans le lit de ma main
Dans tous mes rêves
Ici, partout
Je ne vois que toi

Je ne veux pas
Que quelque chose nous sépare
Je ne veux pas
Que tu te perdes loin de moi
Je ne veux pas
Que quelqu’un d’inconnu
Passe un jour par là
Et te prenne à moi

Dans les rues de mon coeur
Dans le soleil
Et dans l’ombre
Partout je te vois
Dans le lit de ma main
Dans tous mes rêves
Ici, partout
Je te vois…

J’ai besoin de toi
Je ne vis pas
Je ne vois que toi
Je ne suis rien
Sans toi

Je te vois partout