Je Vous écrit afin de vous présentez  Officiellement , ce que je n’est jamais osé dire à personne.

Habituellement,Lorsque nous n’avons jamais osé dire quelque chose à quelqu’un, c’est que surment , cette chose est personelle ou bien gênante.

En toucas voici ce qui m’est arrivée lorsque j’avais 14 ans.
J’étais assise , dans mon lit a regarder un magasine quand tout à coup , Mon chien bondi sur mon lit et commença à me lècher le visage ce que je déteste.Mais Comme j’aime énormément ce chien et que je savais ce qu’il voulait , je commença à m’amuser avec lui. Je lui lança son os en lui disant ,  »Va chercher » … Et je commença à sauer sur mon lit lorsque je sauta pour la quatrième fois , je  »manqua » le lit et tomba en bas.En tombant , mon lit était coller sur un petit meuble avec le tirroir ouvert, je tomba dessus et me cassa le bras puis je me suis ouverte la lèvre … Le lendemain , en revenant de l’hopital ou j’avais attendue 15 heures les plus pires de ma vie avec le bras casser à l’urgence , le pire de tout ça , ce n’étais pas que je  du aller à l’école avec un oeil au beurre noir , la lèvre avec 2 points de soudure ainsi que mon bras qui était casser , mais bien la façon dont tout ça c’était produit … Vous imaginez , Tout les gens de l’école qui m’ont vue de cette façon et qu’ils voulaient s’avoir ce qui m’était arrivée …? Et que la seul réponse qui est vrai est :  » Je m’amusais en sautant sur mon lit et j’ai tomber de celui-ci  » …. NON , NON ….. je ne pouvais pas dire ça , c’étais trop honteux.J’ai donc inventé que je m’était battue avec un garçon.

Je m’excuse à tout ceux et celles qui ont subient ce mensonge atrosse . Hihi .

Enfin révélé !

Enfin j’ai la chance de partager un secret que je n’ai jamais révélé à personne. Il n’est pas très facile d’avouer à mes parents que j’ai contredit un règlement établit dans notre famille depuis mon jeune âge et à mon ami de ce que j’ai fait. Voici ce que j’ai malencontreusement dû garder pour moi tous ces longues années.

-Anciennement, mon frère et moi étions empêchés de porter tout genre de chandail affichant un logo où l’on pouvait apercevoir un groupe rock ou métal. Ni même les groupes populaires tels que AC-DC, Metallica et autres qui étaient nos favoris.

De temps en temps, j’allais chez un de mes amis du quartier. Lui il avait tout ce qu’il voulait et même plus. J’écrivis un petit plan et à la prochaine occasion, je volai un de ses chandails que j’espérais tant avoir, mon préféré.

Mon plan eut fonctionné et maintenant je possédais mon chandail préféré dont je n’avais pas le droit de porter à la maison. Mais en le volant, mon cœur battit jusque dans mes oreilles et quand il arriva lui aussi dans sa chambre, j’eus une excuse pour quitter rapidement. Il ne me vit pas et ne sut jamais que c’est à cause de moi qu’il ne retrouva plus son si beau chandail, une chance qu’il soupait pendant que j’attendais dans sa chambre.

Mais le problème, par la suite, fut que je dus toujours cacher ce chandail de mes parents et de mon ami, ce qui fut un réel défi à relever. Mais au moins j’eus ce si fabuleux chandail de mon groupe préférer. Je suis vraiment désolé pour mon ami qui ne retrouva plus son chandail et à mes parents, car je désobéis les règles, mais au moins je pus porter ce que j’aimais vraiment.

Internet le monde des mensonges

Bonjour, puisque j’ai absolument aucun idée quoi écrire je vais parler de mes habitudes en ligne. Je joue a plusieurs jeu multijoueur en ligne, mais lorsque je crée un personnage je crée toujours un personnage du gendre opposé au mien. Alors lorsque le monde me parle il me demande si je suis exactement comme mon personnage et  je répond toujours oui, mais je ne regrette pas de mentir à  des internautes et de toute façon je fini toujours dans des histoires assez comique. Si vous avez bien lu jusque ici vous pouvez observé que je n’ai rien révélé sur mon identité. J’aime surtout dire au monde que je vis dans un coin perdu c’est toujours très drôle, surtout quand je leur dit 6 pieds sous terre quelque part aux canada. Merci de votre patience et je vous souhaite bonne chance

tempeteimprevue

Oups, quelle gaffe!

Voici une magnifique histoire concernant ce que je n’ai jamais osé révéler à…

J’étais à mon travail et je me disais que c’était une journée où tout allait mal! Mon gérant n’était pas vraiment de bonne humeur et j’avais justement le pressentiment qu’il n’allait sûrement pas m’épargner. Va savoir pourquoi.

En fait, il neigeait dehors et un froid immense envahissait le restaurant où je travaillais. C’était très glissant à l’extérieur et au service-au-volant, plusieurs automobilistes avaient de la difficulté à freiner correctement afin de s’enligner à la fenêtre. Je m’occupais de faire payer la commande des clients ainsi que de leurs donner ce qu’ils avaient commandés.

Le seul GROS problème est que je vendis une grande liqueur à une certaine cliente et au lieu de lui donner normalement, je lui renversai dessus. Eh oui, 32 oz de coke renversé au complet sur une pauvre madame. J’appris par la suite, de la part de mon gérant, environ une heure après l’incident, qu’une certaine madame avait appelé, et s’était plaint de ce qui s’était passé. Mon gérant, par la suite, demanda qui avait commis cet abominable acte et au lieu de lui avouer mon ‘’crime’’, je fis comme si de rien était, car j’avais peur de perdre mon travail.

Maintenant, je me rends compte que ce que j’aurais voulu révéler à mon gérant est que :

OUI, C’EST MOI QUI AIE RENVERSÉ UN GRAND VERRE DE COKE SUR LA MADAME!

Invasion à Domicile?

Bonjour chers lecteurs,

 Mon secret à moi remonte à mes 10 ans, et je n’ai jamais osé le révéler à mon amie, une personne qui est encore en ce moment quelqu’un de très proche et qui compte énormément pour moi.

 C’était les vacances d’été, c’était le début du mois de juillet, quelque part en Montérégie. À l’époque, je dois le dire,  j’étais dur à vivre. Moi et mes amis préparâmes notre prochain coup. Le énième depuis le début des vacances.

 À cette époque j’étais amoureux d’une jeune fille, qui avait le même âge que moi, et qui vivait dans ma rue (non, là n’est pas mon secret! Ne vous inquiété pas). Mes amis adoraient blaguer à son sujet, mais lorsque l’un d’entre eux proposa d’aller chez elle voir si par hasard elle n’auvait pas un journal intime qui parlait de moi. Tout le monde le regarda tout d’un coup.

Quelle belle figure j’avais! Je ris, et je ris! … Malheureusement pour moi, j’étais le seul à rire. Les autres se regardaient entre eux, cherchant déjà qui allait faire quoi, l’étincelle au fond des yeux.

 Ce matin là, nous nous préparâmes à entrer chez elle. Nous étions tous au courant de ce que nous avions à faire. Trois de mes amis étaient dehors, et surveillaient l’arrivée potentielle de mon amie. Je passai par l’arrière avec un autre de mes amis. La porte n’était même pas barrée!

Ce n’était pas la première fois que nous nous retrouvâmes chez elle, seulement c’était la première fois qu’ont s’y trouvaient sans y être invités! Très vite nous prîmes le chemin de sa chambre, se croyant bien malin! Nos cœurs battaient à cent milles à l’heure!

 Heureusement pour nous, elle possédait un journal intime, et nous le trouvâmes assez rapidement. Alors qu’on lisait si quelque part mon nom ne s’y trouvait pas, nous entendîmes le signal. Elle arrivait.

 Nous restâmes immobiles au moins quinze secondes à se regarder, stupéfait, comme si on s’était fait prendre sur le fait. Après notre moment d’hébétude, nous prîmes nos jambes à nos coups, et on alla très vite prendre le chemin du retour.

 Arrivé dans la salle à manger, pièce qui donnait accès à la porte de derrière, nous vîmes notre amie lever les yeux de son sac contenant ses achats. Sa mère était à la toilette. Elle nous regarda pendant 10 secondes, et nous nous arrêtâmes, comme des félins qui s’étaient fait prendre en train de chasser. Sans même dire un mot, elle nous pointa la porte.

On n’en revenait pas. Elle nous aida à s’en sortir sans qu’on se fasse prendre! Nous nous émerveillâmes de ce qu’ont venaient d’accomplir. Nous réussîmes à entrer chez elle et à en ressortir.

 Le plus beau dans tout ceci, c’est que dans son journal, mon nom s’y trouvait, entouré de petits cœurs. Je me balançais bien de ce que je venais d’accomplir. J’avais le même sourire aux lèvres que celui de mes amis, mais pas tout à fait pour les mêmes raisons.

 Voici mon petit secret d’enfance, et désolé d’avoir entré chez toi, amie, sans ton consentement.
Sincèrement,

Patriote Ignivome

Une histoire regretable

Mon secret c’est passé en première année lorsque que je fus tout petit. Ce fut un soir d’école à la garderie attendant que mes parents vinrent pour me chercher. Je jouais à la balle au mur avec mes amis, rien de très particulier, mais le mal n’étais point encore arrivé. Quand un de mes amis lança la balle sur le mur pour être ensuite repoussée vers le fond de la cour, non très loin de là, je courus pour aller la chercher, pour ensuite la relancer vers le mur. Ma précision étant pas très forte, je  toucha la vitre qui se trouva au dessus du mur où l’on jouait. La vitre n’étant pas très forte, brisa d’un éclat. Un professeur se trouvant à l’intérieur de la classe où la balle eut touchée, s’empressa de descendre pour venir nous parler où encore nous gronder. Quand il fut arrivé dehors de l’école,  nous avions peurs de sa réaction. Ensuite, Le professeur nous parla tranquillement pour trouver un coupable, mes amis ayant parti avant qu’il descendre de la classe, alors il ne restait que moi. Donc ne restant que moi dans la cour, le professeur me demanda avec gentillesse si j’avais fait cet incident, étant tout petit et ignorant, je lui dis que la personne qui avait fait l’incident était mon ami et non moi. Bref j’étais stupide et mon ami ne le sait toujours pas pour cette malheureuse trahison, mais nous sommes toujours ami et il vient a l’école. Peut-etre lira t-il se texte?

J’aimerais avoir le courage d’avouer…

J’ai décidé de profiter de cette occasion pour parler d’un sujet extrêmement délicat qui est pas mal commun de nos jours. Le fait qu’il y a des choses qui nous empêchent de montrer aux autres ce qu’on est vraiment.

Personnellement,  j’eus jamais le courage, et honnêtement je doute que je l’aurais même dans le future,  de vraiment dire les choses que je faisais ou pensais aux personnes qui  me sont les plus chères. La peur de briser des relations, de faire souffrir ou d’amener des jugements furent toujours présentes. À chaque bêtise, moment de vérité ou situation anormale une tonne de questions revenaient sans arrêt : Comment vont-elles le prendre ? Que vont-elles penser ? Est-ce que ça va causer des gros changements ? Les conséquences vont-elles être graves ? L’impact va-t-il être trop puissant ? Est-ce que je vais le regretter ? Vont-elles le savoir ?, etc. Énormément des questions de ce type me traversèrent l’esprit à chaque fois.  Et je me dis que c’est pareil pour tout le monde. C’est pour ça qu’on a touts pleins de secrets. Il y en a qui se firent très vite découvert comme il y en qui sont toujours là. Mais ce que je trouve le plus drôle est comment c’est presque impossible de trouver la réponse à la question principale : Est-ce que ça vaut la peine ?

J’espère que ma décision de parler en général vous a fait réfléchir et j’attends impatiemment de recevoir des commentaires pour voir vos perceptions.

Justicière Inatteignable.

Soulagement total

Ce que je n’avais jamais osé dire à un de mes oncles; est à quel point je le détestais. Il faisait toujours du mal à ma famille, surtout à mon père. Cette personne n’avait pas de cœur, il se fichait des autres, toujours des reproches à faire. Il était baveux.
Je lèverais mon poing pour lui foutre en pleine figure.
À noël l’an passé il m’avait niaisé comme toute les années précédentes devant toute la famille avec ses fameuses claques et me disait : allez montre moi ce que tu avais appris à tes cours de boxes. C’était assez!!! Je réagissais aussi vite qui n’avait rien vu venir. Je l’eus pris par la tête et je lui avais immédiatement encerclé mon bras autour du cou. Je l’avais maîtrisé. Il était complètement coincer et c’était à mon tour de le ridiculiser devant toute la famille. Il était frustré. C’était mon père qui était venu nous séparé car il était devenu toute rouge et la famille riait de lui. Ce moment fut très agréable pour moi et j’avais le goût de lui dire que c’était un fendant, hypocrite, égoïste, menteur, profiteur, manipulateur, un gros zéro de la société, que je le détestais, qu’il était une ordure, qu’il était pourri jusqu’au os. Qu’il devait aller se faire soigner par un psychologue. Pour conclure, il ne fut plus parti de ma vie n’y de ma famille.

Chut ! C’est un secret!

Il n’y a pas qu’une seul chose que je n’ai jamais osé dire à des gens de mon entourage, mais jamais rien de très grave. Pour cette fois je vais vous parlé d’une de ces choses.

Il y a quelques années, par une belle journée d’été, j’étais supposé aidé mon père à faire des travaux autour de la maison. Cepandant je m’étais trouvé une excuse pour ne pas le faire parce que je préférais m’occuper à autre chose que de travailler. Donc mon père demanda à mon frère, qui accepta. Après avoir aidé mon père, frère parti avec des amis. Puisqu’il partait travaillé, mon père me remis l’argent qu’il devait à mon frère (15$) parce qu’il l’avait aidé. Cependant,  je n’ai jamais donné l’argent a mon frère, qui n’a jamais posé de question par rapport à ça. C’est un secret dont je n’ai jamais parlé à personne et mon père croit toujours que mon frère a reçu son argent.

p’tite soeur j’ai quelque choise à te dire

P’tite soeur,

Je t’aime et je t’aimerai pour toujours quoi qu’il arrive. Mais quand on aime une personne, on a le devoir de lui dire ce qui est bon ou mauvais pour elle. J’aurais tellement du te le dire, te prévenir.

 J’aurais du te consolé c’était un de mes devoir en tant que petit frère. Il est maintenant un peu trop tard pour te le dire mais vaut mieux tard que jamais. Tu aurais du mériter mieux que lui. À chaque jour ce fut la nuit pour toi. J’eus t’en de mal à te voire pleurer, souffrir à causse de l’amour. Pourtant quand tu traversa devant moi aucune parole sortait. J’aurais tellement du te le dire, te prévenir. Quand le silence ce tut, je fut croire t’entendre pleurer quelqu’un. Ce ne fut pas mon imagination. Ce fut toi, seul qui pleurais, seul dans un coin. Tu t’avais trop attaché à lui. Il aurais fallut que je te parle pour que tu décroche. Mais les paroles que je t’aurais dit ne saurais pas rendu à tes oreilles. Ils auraient été emprisonné par le silence. Celui qui fut ton amour fut, sera et est ,dans ma tête, un espèce de trou de cul qui eus haussé te faire pleurer. Tu a assez souffert. Maintenant je ferai mieux attention à toi p’tite soeur bien aimé. Je dois dire qu’il y a du monde hypocrite dans vie, du monde qui aime faire du mal aux autres, des profiteurs. Mais cette foi-ci j’irai te voir pour te le dire, pour te prévenir. Passe une belle vie avec celui que t’a choisi.

-XOXOX-

Gobelin Imaginatif      

Lourd passé

Cette histoire se passa quand je fut en secondaire un.  J’étais comme ceux qui, une fois arriver au secondaire, voulais impressionner les autres.  J’essayais d’attirer l’attention des aures élèves sur moi mais, voyant que cela ne marchais pas beaucoup, j’eus l’idée de faire quelque chose que personne ne devrait. Fumer. Quand je fut en secondaire un, j’avais convaicu mes parents de me donner de l’argent pour que je puisse m’acheter mon dîner à la cafétéria tous les jours.  Mais, un jour, je décida de prendre cette argent et de m’acheter quelques cigarettes pour fumer le midi au lieux de manger.  J’eus cru qu’avec cela, les gens porterais plus attention sur moi mais, il n’en fut pas ainsi, et alors que je m’apprêtais à alumer une autre cigarette, j’eus soudainement une image de mon père qui travaillait dans son usine  le soir pour que je ne puisse manquer de rien à la maison.  Un horrible sentiment de dégoût m’envahit et j’éprouvais maintenant du regrets face à m’a façon d’agire.  D’un geste presque automatique, je lança les cigarettes aux poubelles et je partit rejoindre mes amis qui dînais à la cafétéria.  Plus tard, je repenssa à ce que j’avais fait et j’éprouva énormément de regret envers mon père qui m’offrait généreusement mon dîner tous les jours.  Dès que je le pus, je remboursa mon père à son insu, pour pouvoir oublier cette journée.

Je ne regrette rien.

Un jour, il y a maintenant plus de deux ans de cela, j’ai fait une merveilleuse rencontre. Ce genre de rencontre que jamais je ne pourrai oublier. Malgré le fait qu’être avec cette personne fut assez dure émotionnellement, j’ai malgré tout vécu de belles choses avec cette dernière qui m’a fait vivre de merveilleux moments. Ce jeune homme parti il n’y a pas si longtemps de cela ( je pourrais vous dire la date exacte , mais j’ai bien peur que cela ne révèle mon identité à quelqu’un d’entre vous) et je ne l’ai plus revu depuis. Cela fut encore très dure pour moi mais je parvins tant bien que mal à continuer le cours de ma vie, essayant le plus possible de ne pas m’empêcher de vivre pour cet homme. Bref, ce que je n’ai jamais osé dire à personne fut que lorsqu’on me demanda si je l’aimais encore, la seule réponse que j’ai toujours dit était non. La vérité est que je n’en sais rien. J’eus souvent envi de répondre oui, mais à quoi bon ? Cette personne est loin et rien de ce que je pourrai dire ne la ramènera ici avec moi. Bref, si vous vous demandiez si j’aimais encore cette personne, que je n’ai pas revu depuis des lustres, la réponse est  » je ne sais pas  ».

Merci de m’avoir permi cette confidence,

Vôtre, Désordre Ordonné

Ahh! Des secrets….

Tout le monde à un secret gardé profondément dans son coeur. Voici le mien.

Tout c’est passé dans une semaine de secondaire deux. L’évènement commença un matin à la première pause, mon meilleur ami et moi ont été assis sur une table. Il me parla d’une fille qu’il été en amour avec. Mais avec coïncidence comme un film d’amour cliché, j’étais en amour avec la même fille. Alors il m’en parla constamment de son amour et moi je fis en semblant de l’écouter. Je dois admettre que j’étais un peu jaloux. Ok Ok, un peu beaucoup. Ça fait maintenant trois jours qu’il n’arrêta pas d’en parler et c’était aussi trois jours que ma jalousie continua à grandir. À midi, la fille dont j’entendais constamment son nom vint me voir. Je pourrais dire qu’on était quand même des amis pas trop proche par contre. Elle me tendit une lettre. À ce moment même, mon coeur commença littéralement à sauter dans ma cage thoracique. Elle me dit si je pourrais donner cette lettre a mon ami. Ah…! Mon coeur vint de se déchirer. J’essayai de garder mon sourire, cela était dure mais je réussis quand même à garder ce dernier. Alors je la dit, que j’allais lui remettre la lettre. Je l’avais menti a plein face qui ne fus vraiment pas moi. Alors je regarda cette lettre qui me causait de la peine. C’était belle et bien un lettre d’amour pour mon ami. Alors, je l’ai dechiré et la mis dans une place qu’il ne put jamais trouver. Mais après deux jours, ils sortirent ensemble. La fille me demanda ce qui est arrivé à la lettre, je lui répondis que je l’ai perdu.

Je m’excuse, pour t’avoir fait cela mon ami.

Vache Mouillée

Ils ne le savent toujours pas!

Bonjour,

Aujourd’hui je vais vous dire quelque chose que même mes parents n’ont jamais su. Tout se passa le premier septembre 2007. La plus belle journée de toute ma vie. Ma vie se changea complètement. J’étais partie à une fête d’anniversaire quand on s’était rencontré. Dès que ma famille et moi entrâmes dans la salle où il y avait beaucoup de personnes, je me sentis étrangement  fixé par quelqu’un. Je n’osais pas regarder c’était qui. Sans aucun problème, nous prîmes les sièges qui nous ont été attribués. Après être assise pendant cinq minutes, ma gentille cousine me demanda de me lever, car elle voudrait me présenter à quelqu’un. Alors, je me levai et je la poursuivis. Je me sentis toujours fixée à ce moment là. Quand ma cousine s’est arrêtée, je l’entendis dire les phrases suivantes: « voici la fille que tu voulais tant rencontrer ». à ce moment précis, je le vis! Au premier regard, j’♪0tais émerveillée. C’était lui qui me fixait dès que j’avais mis les pieds dans la pièce. Ma cousine avait fait les présentations et il me tendit la main. Je fis de même tout en disant enchantée de te connaître. Lors que nos regards se croisèrent, on oublia toute autre chose autour de nous. Après les présentations, on alla chacun dans son coin. On avait passé la soirée sans se dire un mot mais tout en regardant l’un et l’autre chacun a notre tour.

Plusieurs jours passèrent et finalement il m’ajouta sur msn. je demandai à ma cousine qui est-ce et elle me répondit que c’est le même gars que l’autre jour et sans perdre une minute, je commençai à parler avec lui. On avait parlé pendant plus de cinq heures et ça continua pendant trois semaines. C’était un beau dimanche quand il déclara son amour pour moi. Je fis tout pour parler avec lui ce jour-ci. J’avais même menti à mes parents en déclarant que j’avais mal au ventre, alors je ne pouvais pas aller faire du shopping avec eux. Quand je fus connectée, il me dit finalement qu’il m’aimait après avoir essayé de me le dire une heure auparavant. Et je lui répondis Idem. On a eu une relation pendant une longue période mais cela ne dure pas longtemps, car mon bonheur s’envola. on sortant de l’école, je reçus un message disant qu’il ne veut plus avoir de relation avec moi. Ce fut la pire journée de toute ma vie. Je n’avais jamais reçu un tel shock de ma vie. J’eus une relation de quatre mois sans que mes parents le savaient et ils ne se sont pas rendus compte lors que j’étais triste pendant deux mois, car je ne montrais pas ma peine. Je souffrais intérieurement à chaque jour. Aujourd’hui on est encore amis parce que je l’aime toujours. Mes parents ne surent jamais que j’étais avec quelqu’un. Je ne pensai pas que ça vallait la peine qu’ils sachent.

Dans l’amour, il y a toujours de la souffrance.

Ce que je n’ai jamais osé dire à mon cousin

Chaque  année ma famille et moi  avions l’habitude d’aller rendre visite à mes cousins qui habitent  Louiseville .C’était une belle journée ensoleillée nous étions partis à neuf heures  du matin  et cela nous pris trois à quatre heures de route. Une fois rendue nous parlâmes avec  mes cousins et nous mangeâmes, car c’était l’heure du dîner. Mon oncle proposa d’écouter un film les fous de la moto nous l’écoutâmes et l’appréciâmes.

Le lendemain matin nous nous levâmes n’ayant rien à faire nous allions voir un de  nos cousins puisque l’autre était parti chez un ami. Alors il nous conseilla  d’aller au parc  à coté de chez lui. Nous  y allions tous, mais ce fut extrêmement plate  subitement nous décidâmes d’aller dans le champ en arrière de la maison de mon cousin .Là–bas nous y  trouvions un tracteur abandonné. Malheureusement  les clés  n’étaient  pas  dans celui-ci, une de nos  bonnes réactions  était de le pousser  pour le rapprocher de la maison, mais nous n’avions pas vu le trou. Soudain  de tout son poids le tracteur plongea  dans le trou. Il fut très endommagé alors nous décidions de l’abandonner  pour  aller souper. Puis tout de suite après le souper nous repartîmes  à notre maison.

Ce ne fut pas une partie de plaisir pour notre cousin, car le voisin avez vu qu’on avait endommagé son tracteur. Alors il alla chez mon cousin et il dit à ses parents «J’ai vu votre fils et ses amis ils ont cassés mon tracteur alors si vous  ne me payer pas les dommages j’appelle la police».mon cousin leur dit qu’il n’y était pour rien pour une fois c’était vrai mais ils n’eurent pas d’autre choix que de rembourser les dommages du tracteur.

Une petite cachette

Je ne suis pas vraiment quelqu’un qui a des secrets. Je suis plus du genre à dire ce que je pense et à trafiquer mes phrases. Exemple: quelqu’un me demande si je vais faire mon devoir, je lui répond oui, mais ce qu’il ne comprend pas c’est que je n’ai jamais dit quand.

J’ai un seul secret qui n’ai pas vraiment un secret parce que tout le monde  le  sait, sauf ma mère, donc  ce n’ai pas un gros secret.

L’année passé, mon ami avait commencé à venir dormir chez moi et ça ne dérangea pas mes parents, mais après 5 fois en une semaine, ce fut la fin. Quand ma mère ma dit qu’elle ne voulait plus que mon ami vienne dormir à la maison, j’ai tout de suite pensé à cette solution. Après quelques heures, je me suis dit : si elle ne sait pas que mon ami dort à la maison, c’est comme si pour elle mon ami ne dormait pas à la maison, donc je ne vais pas à l’encontre de ce que ma mère m’avait dit. C’ est pourquoi maintenant, mon ami entre par la fenêtre s’il veut dormir chez moi.

P.S. Vous pouvez en parler à tout le monde sauf à ma mère.

Un mariage sans robe?

Je vais vous révéler un secret que je n’ai jamais osé dire à mes parents. J’étais jeune lorsque ça s’est passé. J’avais à peu près sept ans quand mes parents se sont mariés. Ma sœur et moi étions bouquetières.

Lorsqu’on magasinait nos robes, ma mère voulait que nous ayons de belles robes avec de jolis souliers. Ma sœur n’en voulait pas car elle était un peu garçon manqué. Nous les avions quand même achetés et aussitôt arrivé à la maison ma mère les a rangés pour ne pas les salir avant le grand jour. Les robes étaient de couleur pêche avec quelques roses comme décoration.

 Ma sœur n’était pas contente et j’étais tannée de l’entendre chialer, alors secrètement j’entrai dans la chambre de mes parents pour aller en chercher une. J’ouvris le plastique qui la contenait, je pris l’encre d’un crayon et me défoula dessus. Ensuite ma mère remarqua de l’encre à terre et un peu sur la porte, alors elle regarda et vit le désastre que j’avais causé. Elle chicana ma sœur, ne sachant pas que c’était moi, parce qu’elle savait que ça ne plaisait pas à ma soeur de porter l’ensemble choisi. Je me sentis coupable d’avoir fait ça. Heureusement, ma mère en acheta une autre à temps pour le mariage et tout se déroula bien par la suite.

Un peu de peinture!

Il a y de ça une semaine, mon père avait décidé d’acheter une nouvelle motoneige. Car je venais de m’acheter une motoneige et il voulait pas se faire « dépasser » par moi.

Alors il regardait tous les soirs pour voir s’il n’y avait pas de motoneige à son goût… Après quelques semaines, mon père trouvait enfin la motoneige de ses rêves, un MXZ Z 1000 cc. La plus puissance des motoneiges sur le marché. De plus, le prix était vraiment abordable. Je ne voulais pas que mon père passe à coté d’une telle offre. Mais son gros véhicule utilitaire sport était malheureusement au garage, donc nous ne pouvions pas prendre la remorque pour aller chercher cette motoneige.

Donc j’ai proposé à mon père de demander au père de ma petite copine d’emprunter son nouveau camion Ford F150 (vraiment beau). Ensuite, mon père acceptait, alors j’allais voir le père de ma petite copine et il m’avait dit que je pouvais venir l’emprunter. Heureux je retournais chez moi et j’allais dire à mon père qu’il avait accepté. Et nous allions le chercher.

Le même soir à 22heures, nous étions en route vers notre chalet.

Le lendemain matin, moi et mon père partirent avec son ancienne motoneige. Nous avions 1h45 à parcourir afin d’aller au magasin de motoneiges. En chemin, je conduisais et tout allait bien. Nous passions sur des chemins en construction d’où il faisait les lignes. Nous déposions l’ancienne motoneige et nous repartions avec la nouvelle pour le retour à la maison.

Arriver à la maison, nous enlevions la motoneige de la boite du camion et je décidait de le laver car il était un peu sale. Je commençais à le laver jusqu’à se que j’aperçus sur l’aile droite avant, DE LA PEINTURE DES LIGNE JAUNE, je ne me sentais pas très bien dans mes vêtements.

Je frottais et rien disparaissait. Mon père arrivait à coté de moi et avait eu la même réaction que lorsque je l’avais découvert. Mais il avait eu la merveilleuse idée de prendre une machine à vapeur qui avait fait tout disparaître. Moi et mon père avions eu vraiment peurs.

Donc c’est cet événement que je n’ai pas dit au père de ma copine car nous avons réussi à faire disparaître cette tache jaune.

Prince indéfectible!

Silence absolu je vous pris

Bonjour à celui ou à celle qui osera lire mon secret.

Je tiens juste à dire qu’un secret n’est pas censé être dit ou même écrit. Vu que je suis sous l’anonymat, je préférerais quand même qu’on ne le crie pas sous tous les toits.

Ce dont je vais vous parler, vous allez être les premiers à être au courant, car avant aujourd’hui je n’avais jamais osé le dire. Ça fait déjà 4 ans que je garde ça pour moi.

Tout d’abord,

Je tiens à préciser qu’on était un soir d’Halloween. J’avais 12 ans, mais ma mère me trouvait encore trop jeune pour aller me chercher des bonbons toute seule. Elle m’a proposée soit de passer la soirée avec elle ou de la passer avec mes amis. Comme toute bonne personne, j’ai décidé d’y  aller avec quelques copains dont Sarah, Émilie et David. Ma mère les connaissait bien, donc il n’y avait aucun problème.

La soirée débuta comme ceci;

Je m’étais déguisée en citrouille et mes amis en sorcières. J’étais tellement excitée à l’idée de récolter beaucoup de bonbons. On commença par aller visiter une maison hantée dans laquelle tout le monde est resté traumatisé. Puis, on continua la soirée en allant sonner chez les voisins pour avoir des sucreries. Il commença à faire noir et j’avais un peu peur.

Tout à coup, je me suis retournée et je ne voyais plus aucun de mes amis. J’ai commencé à paniquer et je les ai cherchés partout. Je sonnai chez quelqu’un pour pouvoir appeler ma mère et rentrer chez moi. Puis, j’entendis quelqu’un crier mon nom. Je me dépêchai d’aller voir. C’était bel et bien mes amis qui criaient de détresse. Lorsque je suis venue à leur secours, je  senti quelqu’un derrière moi. J’eus même pas  le temps de me retourner que j’étais rendue la face première au sol. C’était Sarah qui venait de me faire une blague et qui m’avait poussée.

J’étais dans une telle colère que je rentrai chez moi toute seule comme une grande fille. Arrivée chez nous, j’eus une très bonne idée selon moi. Sarah habitait à une rue de chez moi. Je suis allée chez  elle et j’ai vu que la maison était décorée. J’arrachai toutes les décorations et les mis à la poubelle sauf la citrouille. Je pris la citrouille en question et je la lançai dans la porte de sa maison. J’étais fière de mon coup, mais personne n’a jamais su que c’était moi.

Juste pour vous dire, comment je me suis sentie soulagée par la suite. Elle méritait bien ça après ce qu’elle m’avait faite. Bref, c’était une soirée qui s’était retournée contre mon amie, car ses parents étaient en colère contre elle.

Merci d’avoir pris le temps de me lire, mais s’il-vous-plait gardez ce que vous savez pour vous.

Désolé, mais je n’ai pas pus résister!!

Bonjour à tous et à toutes,

Lorsque j’avais 10 ans environ, je venais de commencer à collectionner ma fameuse collection de cartes de hockey. C’était devenu une pure folie. Je voulais en avoir des nouvelles à chaque jour. Mon frère avait déjà commencé à en collectionner avant moi et il était très avancé. Il posséda des cartes d’une grande rareté. Mais il avait graduellement arrêter d’en collectionner et il ne porta plus attention à sa collection. Je n’avais alors pas pus résister et je lui avais discrètement suptilisé quelques-unes de ses cartes. J’étais tellement content car je croyais avoir effectué le coup parfait et que jamais il ne s’en rendrait compte. Ce n’est que quelques semaines après qu’il s’est rendu compte de quelques chose d’anormal… 

Il avait alors décider de faire le ménage de sa chambre ou plutôt, ma mère avait décidée qu’il ferait son ménage. C’est alors qu’il s’apperçut qu’il lui manquait certaines de ses plus belles cartes. Il pensait alors qu’ils les avaient égarées dans son fouilli. Après n’avoir rien trouvé, il me demanda si je ne les avaient pas vue. Je fis comme si rien n’était et je lui retorquai qu’il devrait plutôt continuer son ménage et qu’ils trouveraient peut-être ce qu’il cherche.

Depuis ce temps, je ne lui ai jamais avoué cette cachoterie et les cartes que je lui ai prises sont toujours dans des boîtes. Voilà, c’était  mon petit secret.

À la prochaine!

Cou Monté

Un Secret Dangereux.

L’idée vagabondait dans  mon esprit depuis quelque temps, j’étais au centre-ville sur la rue Sainte-Catherine. Je savais que je n’avais pas le droit, que mes parents allaient me renier. Les opinions, les ordres et  les suggestions qu’ils imposaient sur mes soeurs cadettes, mon grand-frère et moi étaient absolus. J’étais dans le magasin et je savais ce que je devais faire.

Je percai ma langue à l’aide de l’encouragement de ma soeur. J’ai surtout pris cette décision pour rebeller contre mes parents comme mon grand-frère l’avait fait. J’aimerai bien posséder le courage qu’il avait.

Mes parents avaient beaucoup de confiance en moi et cette confiance m’empèchait de me rebeller. Je savais qu’ils allaient être très déçu de ma pauvre decision. S’ils virent mon perçage à la langue, je suis certain qu’ils appelleront ma famille. Entre autre, mes grands-parents seront consultés à propos de mon cas. Je ne voudrais surtout pas déranger la tranquilité qu’ils aiment bien. Ma famille me feraient sentir coupable au point d’éffacer mon premier acte de rebellion. Je ne voudrais pas me soumettre à eux , car j’ai besoin d’etre indépendant de mes parents pour avoir contrôle de ma vie. L’idée de devenir independant m’étais venu en regardant de loin la vie de mon frère.

Encore aujoud’hui, mes parents ne savent rien de ma rébellion. J’attends le jour que j’aurais le courage de leur révéler ce secret.

-Moustache Minable

Si nos parents savaient tout…

Bien sur nos parents nous servent parfois de confidents. À l’adolescence, cela se modifie un peu pour diverses raisons. Mais parfois vaut mieux qu’ils ne sachent pas exactement tout.

Lorsque j’étais au primaire, j’avais une meilleure amie que je voyais toutes les fins de semaine. Nous étions constamment ensemble. Mes parents nous appelaient le duo infernale. Vous pouvez vous imaginer que nous n’étions pas de tout repos ensemble. Il arrivait même que ma mère refusait nos rencontres pour avoir la paix.

Un jour mes parents étaient partis et nous avaient laissé la maison, responsabilité qu’ils auraient fait mieux de ne pas nous laisser.

Premièrement nous nous étions préparé un souper (excellent en passant malgré notre jeune âge). Lorsque mon amie a voulu mettre de la vinaigrette sur sa salade, le bouchon n’était pas fermé. Vous pouvez vous imaginer la situation, les planchers et les murs TRÈS graisseux.

Pour fêter notre souper, elle voulait trinquer et l’annoncer en cognant son couteau sur son verre. Mauvaise idée, le verre préféré de ma mère venait de se briser.

Pour terminer la soirée en beauté nous avons brisé le circuit luminaire de la cuisine lorsqu’un ballon de volley ball (oui oui nous étions en train de jouer au volley ball) frappa le luminaire dans la cuisine. Vraiment mes parents auraient fait mieux de rester à la maison ce soir là.

Et voilà ce que je n’ai jamais osé dire à mes parents et que je leurs dirai probablement dans quelques années.

Confession de Musique Mélodieuse…

 

Bonsoir chers lecteurs, Me voila un peu à la dernière minute pour vous faire pars de mon deuxième article. Je me dois de vous expliquez la raison de ce retard. Non que je n’aime pas écrire sur le blog, au contraire j’adore ça. Le seul problème est que je suis une personne très honnête qui raconte pratiquement tout  à ces proches et trouver quelque chose que je n’ai jamais osé dire a été une tache très complexe. Heureusement j’y suis arrivé alors voila pour vous en cette fin que journée plutôt sombre ce que je n’ai jamais osé dire à personne. Il y a déjà quelques années de ça, mon père qui était depuis longtemps séparer de ma mère rencontra une deuxième femme depuis leur séparation. Je n’avais jamais ressenti un problème à ce que mon père fréquente d’autres femmes que ma merveilleuse mère jusqu’à ce certain jour, où je dois avouer mon cauchemar commença. Cette femme en question avait tout ce qui me déplaît et malheureusement depuis ce jour je dus garder cette frustration sous silence pour le respect de mon père, car effectivement malgré tout ces défauts il m’affirma qu’il était belle et bien amoureux d’elle. Le plus dure je vous l’avoue, a été de voir mon père changer durant ces années à cause de cette femme et cela et une des raisons pourquoi je ne lui ai jamais vraiment aimé car elle changeait une personne a laquelle je m’identifiais. Voila chers lecteurs, peut-être que vous avez trouvé cet article banal mais pour moi il est un vrai soulagement.        Merci à vous tous, bonne soirée. Musique Mélodieuse

Les secrets de l’adolescence

Bonjour chers lecteurs,

Tout ce qui est interdit à l’adolescence est très provoquant mais, en même temps c’est aussi un secret vis-à-vis des parents.

Depuis l’âge de treize ans, je voyais toujours autour de moi des gens qui avaient tous sortes de perçages et de tatouages et cela me fascinait. Je venais d’un pays d’Europe étant communiste et conservateur. L’idée de me percer fut piégée dans ma tête pour des années. Je n’osais surtout pas de parler avec mes parents à-propos de ce sujet. Je demandai l’opinion à mes collègues et mes amis qui répondirent que ce concept était tout a fait normal au Canada. Cependant, cette idée n’était pas réciproque avec la conception de mes parents.

Je commençai à faire des recherches pour m’informer le plus possible. Les sites d’Internet m’aidèrent à découvrir les inconvénients et les avantages des perçages et la loi du Canada déclarait que les perçages étaient autorisés dés l’âge de seize ans sans la permission d’un adulte. Ensuite, je pris une décision de me faire percer la langue. Je ne voulus pas demander la permission de mes parents car, je savais qu’ils allèrent refuser et je ne pouvais pas leur solliciter de l’argent. Alors, pendant l’été, je travaillais comme serveuse dans des salles de réception.

Je trouvai un salon de perçages qui se situait près de chez moi et demanda à un ami de m’emmener.Arrivés là-bas, tout se passa très vite et je ne sentis aucune douleur. Tout de suite après, j’eus un sentiment de liberté. Pendant les premiers jours, je ne pouvais presque pas manger et je sentis le stresse de garder ce secret loin de mes proches.

Je dispose finalement ce que j’ai toujours rêvé d’avoir mais, je n’ai pas encore pris le risque de le révéler à mes parents.

Rêves Importants

Triangle amoureux…

Au secondaire durant une année, j’étais intéressée à un garçon. Une de mes amies à moi était  ami avec ce dernier. Pensant que cela aurait été une bonne idée, je confiai mes sentiments à cette amie pour qu’elle puisse m’aider. Lui révéler ce secret, nous avait beaucoup rapproché.  Elle était passée d’une simple amie à l’une de mes meilleures amies jusqu’à délaisser mes autres copines. Toutes les fins de semaines, nous étions ensemble. Je lui dis tout et en retour, elle me donna des conseils. Je ne regrettai pas de lui confier mes sentiments et tout ce que je traversai dans ma vie.

En vérité, j’avais appris après une année complète qu’elle parla derrière mon dos et elle ne manqua jamais une opportunité de me rabaisser aux yeux du gars à qui j’étais intéressée. De plus, elle agissa un peu plus qu’en ami avec lui, car elle savait que le garçon en question avait eu des sentiments pour elle. J’étais vraiment aveugle!

Malheureusement, cette prétendue amie changea d’école peu de temps après et je n’avais pas pu lui dire ce que je pensai et à quel point je me sentis trahisse durant cette année là. J’avais sans doute peur qu’elle puisse continuer  à parler contre moi ou simplement, je tenais à notre amitié et en lui parlant, je savais que ça ne serait plus comme avant. Je préférai prendre mes distances avec elle au lieu de lui parler de ce que j’avais su par téléphone ou via l’ordinateur,  le faire face à face était mieux. Malheureusement, je regrettai beaucoup, car je n’avais pas eu l’occasion de lui reparler de son attitude envers moi.

Aujourd’hui, si je pouvais revenir dans le temps, je lui aurais dit à quel point elle avait été hypocrite et qu’elle ne méritait pas mon amitié. J’avais toujours été franche avec elle, une chose qu’elle n’avait jamais pu faire. Mentir était l’unique chose qu’elle faisait. Cette leçon me mets plus en garde aujourd’hui avec mes amies et j’ai plus de difficultés à me confier maintenant.

Dernier conseil avant de finir : Choisissez bien vos amis

Bonne soirée à tous,

Crevette majestueuse

Un Petit Secret.

Il y a quelques années, une fête eut place chez nous. Une fête comme toute autre, mais celle-ci etait plutôt pour des adultes, car c’était l’anniversaire de ma mère. Je n’avais rien à faire et il n’y avait pas d’autres adolescents. Alors je pris la décision de téléphoner ma meilleure amie pour l’inviter chez nous et comme ça je ne m’ennuierai point. Elle sonna la porte et ce fut moi qui eut le plaisir de l’ouvrir.

On dépensa notre temps en parlant, jouant des jeux de table, entre autres.

Au moment donné, mon amie remarqua un petit gâteau au chocolat sur la table à manger. Elle le regardait pendant des heures et des heures avec un regard tentatif et par la suite, elle commença à en manger.  Elle me demanda si j’aimerai bien la joindre à manger ce gâteau  qui avait l’aire si délicieux. Sans y penser deux fois, ma réponse fut un gros oui. Eh, bien ce fut difficile de donner un non comme réponse.

En tout cas, a lendemain ma mère cherchait partout ce petit fameux gâteau et ne le retrouva plus jamais. Je n’osait pas d’y dire un seul mot par rapport à ce qui s’était produit la dernière soirée en compagnie de ma meilleure amie. Encore aujourd’hui c’est un secret. Je ne veux pas perdre la confiance a ma mère par des petites choses de même,  je préfère la garder.

Bref, peut-etre que je devrais y dire, mais je ne vais jamais le faire.

Un livre , mal livré

Il doit faire de cela cinq ou six ans maintenant , j’avais environ dix ou onze ans . Je connaissais ma meilleure amie depuis le début de lécole primaire , nous étions toujours ensemble , nous étions en faite comme des soeurs ! Nous partagions les mêmes intérêts , les mêmes passions ,sauf sur la lecture elle aimait lire et moi non .Mise apart  la lecture nous ,nous entendions sur tout ! Nous écoutions souvent nos séries-télévisés preferees ensemble et allions souvent au cinéma . A ce moment , Charmed une série qui m’était en vedette trois soeurs doté d’un pouvoir magique différent , était tres populaire , nous ne manquions jamais une épisode . La saison tirait a sa fin et nous devions attendre jusqu a la prochaine , alors Escargot ( pour préserver l’anonymat de mon amie ) me proposa de me prêter les livres , se qui pouvait metre bénéfique puisque cela me permettrai de m’avancer dans l’histoire de Charmed . Finalement , jaccepta et Limase ( la soeur d’Escargot ) me prêta le premier livre de la collection . Je me surprise a aimer lire et a être complètement captivée par l’histoire , tellement qu’un jour en tournant la page , jétait arrivée a la moitié du livre , je l’arracha , mais comme les pages étaient reliées par un fil il neut pas seulement une mais bien quelques  pages !Jai paniquée je ne voulais pas quelles soient fachées contre moi , ce n’était qu’un accident  , alors j’ai décidée de sortir mon super bâton de colle et de les recoller . Je les ai faites séchers toute la nuit le lendemain au matin , je voya bien que les feuilles étaient collées mais croches et elles me semblaient fragiles. Alors je décide de ne pas finir ma lecture et de leur redonner le livre avec plein de colle . Je refusa poliment quelles me prêtent le deuxième livre avec l’excuse que je n’avait pas aimer lire . . .

L’art d’échouer un examen…

Personne honnête que je suis, j’ai toujours tout dit a mes parents et ne leurs ai jamais menti. Jamais sauf une seule chose.

J’était en secondaire 1, j’étais encore un petit enfant comme tout les autres, mais très influençable. Un de mes nouveaux amis du secondaire avait un grand frère en secondaire 5 et nous a demandé d’aller au dépanneur avec lui. Moi et mes amis avons décidé d’y aller avec lui et nous avons dîner avec celui-ci. A la fin du midi, le grand frère a mon ami nous a dit de sécher la troisième période avec. Désoler Madame Lepage d’avoir manquer votre super cour de musique. Durant le cour sécher, le grand frère de mon ami nous a fait fumer 5 joints de marijuana. Ce fut l’erreur de ma vie puisqu’au retour a l’école j’était sous l’influence de la drogue. A ma quatrième périodes, a mon cour de science, j’avais un examen qui comptait pour 50% de la note finale du bulletin. Évidemment, je l’ai échouer a 12% et je n’ai jamais dit la vrai raison de cet échec.

Désoler mes parents de vous avoir menti de la sorte.

Un petit secret!

C’était à l’été 2003 et à ce moment la j’avais 9 ans. Je jouais dehors dans le bois avec mon amie lorsque je vis un bébé hibou blessé. Il avait une aile cassée. J’ai voulu l’emporter chez moi pour pouvoir le montrer à mes parents et de faire de lui un animal domestique. Lorsque que mes parents l’ont vu ils l’ont trouvé bien beau mais malheureusement le hibou requérait des soins et on ne pouvait pas garder un animal de la sorte à la maison. J’étais très fâché que mes parents ne veuillent pas le garder alors je suis allé le cacher dans le cabanon et j’ai dit à mes parents que la mère de mon amie était allée le reconduire chez un vétérinaire. Après 2 ou 3 jours cachés dans le cabanon, le hibou était très faible. J’ai du allé le porter chez une amie pour que sa mère aille le porter au collège Mc.Donald. J’avais beaucoup de peine parce que je venais de perdre mon petit hibou. Heureusement il a été soigné et il a pu survivre.

Euphorie endiablée

Cher parents,

Ce que vous vous apretez a lire vous choquera, et j’en suis terriblement désolé…

Mes péripéties avec les méthamphétamine (crystal meth) commencèrent en octobre dernier.  Etant un utilisateur responsable, je ne craignis pas pour ma santé physique, ni mentale. Je ne m’attendais guère a toutes ces nuits d’insomnies et de paranoïas, sans oublier ces journées de psychoses et d’effroyable fatigue.  Si seulement je savais dans quoi je s’embarquai…

En fait ,cette spirale infernale ne fut que commencer.  Après une année d’abus intensives, mon état mental fut bouleverser.  La schizophrénie fut à ma porte, et elle fut la pour rester!  Ces voix ne cessèrent pas de me dire que le monde fut contre moi, et que je dus m’enfuir.  Ne pouvant ignorer de telles impulsions, la paranoïa se quadrupla d’intensité.

L’un serait donc porté à croire que les méthamphétamines ne furent plus parti de ma vie, mais au contraire!  Ce cercle vicieux d’une férocité acre m’aspirait dans les profondeurs du désespoir.  Prit de frayeur, je décidai d’en finir avec  cette obsession.  Mais les voix elles, furent la pour rester.  Je dus les ignorer du mieux que je pouvais pendant plusieurs mois. Elles me disaient d’affreuses choses sur mes proches, mais j’ai su ignorer c’est ignobles insultes!  Mon état physique se détériorai rapidement, mais au moins j’en fut fini avec ces substances infernales!

C’est donc avec plusieurs sequels sur mon esprit que je vous raconte cette histoire.

Cher parents, pardonnez moi!!!

Manque de rélexion…

Il y a quelques mois, j’étais très désordonné dans ma chambre.  De plus, ma petite soeur allait toujours dans ma chambre pour emprunter mes vêtements ou mes appareils électroniques. La plupart du temps, je devais chercher pendant plusieurs minutes ce dont j’avais besoin parce qu’elle oubliait de me demander avant d’emprunter. Un jour, j’eus une idée merveilleuse pour lui faire comprendre à quel point c’était dérangeant de toujours devoir chercher partout. J’entrai dans sa chambre et cacha son chargeur pour I Pod. Ceci peut peut-être paraître banal juste comme sa mais les recherches de ma soeur n’ont été d’aucune efficacité et elle dût demander de l’aide à ma mère et même à ma grand-mère ce qui n’a pas plus porté fruit. Je commençais a me sentir très mal parce que les semaines s’écoulèrent de plus en plus sans que les recherchent portent fruit.  J’ai pensé pendant un moment à lui redonner mais je ne pouvais pas m’empêcher de penser à la scène que j’aurais de ma soeur qui en parlerais forcement à ma mère et ma grand-mère.  Finalement, je décidai de mettre le chargeur de I Pod dans un endroit banal où il aurait pu être laissé par inattention et ma mère le trouva. Une chance qu’elles ne savent pas ce que j’ai fait, j’ai vraiment honte!

Un de mes secrets.

Bonjour, 

Il n’y avait pas si longtemps de ça, j’ai fait quelque chose que je n’avais jamais dit à personne.

Mon ami venait d’acheter un nouveau iPod. Il lui avait coûté près de 400 dollards, mais il n’était pas capable de mettre des chansons sur son iPod a partir de son ordinateur. Alors, il m’avait appelé pour que je synchronise son iPod sur mon ordinateur. Mon ami était venu me le porter juste avant d’aller à sa pratique de soccer.

Comme prévu, j’avais synchronisé son iPod avec mon ordinateur. Alors je me rendis chez lui pour aller lui redonner son nouveau appareil électronique. En chemin, j’écoutais de la musique avec son iPod, mais il se mit à pleuvoir. Alors pour bien faire, je mis son iPod dans mon manteau (pas dans mes poches, mais sous mon manteau). Par inattention, le iPod tomba dans une flaque d’eau, dans la rue. Je l’ai ramassé et j’essayais d’enlever le plus d’eau possible. J’avais décidé d’aller chez mon ami lui porter quand même.

Rendu chez lui, il n’était pas là et ses parents partaient justement quand je suis arrivé. Je ne savais pas trop quoi faire et je devais faire vite parce que les parents attendaient après moi pour partir. Alors j’ai mis le iPod sur le lit de mon ami, en espérant me trouver une bonne excuse, avant qu’il le découvrit par lui-même.

Plus tard dans la soirée, le téléphone sonna. C’était mon ami. Il m’avait appelé pour me dire que son chien avait mordillé son iPod! Le chien l’avait pris et la mordillé et après, le iPod avait tombé dans son bol d’eau.

Alors, j’ai jamais dit que j’avais échappé son iPod dans l’eau, et que c’est à cause de moi si son chien l’avais mordillé (pour la raison que j’avais mis sur son lit son iPod et son chien mordille tout sur son passage).

Maintenant vous connaissez une de mes plus grosses gaffes.

Mon secret

Bonjour,tout le monde

J’ai une petite histoire que je n’avais jamais osé dire. Ce n’est pas quelque chose de terrible, j’avais seulement peur de sa réaction. Celà remonte à quelque année, j’avais environ 14 ans.

Je passais souvent du temps à jouer dehors au basketball, dans mon entré de la maison. Je pouvais jouer pendant des heures. Quelque fois je jouais avec mon frère qui était plus vieux que moi. Moi et mon frère fesions pas vraiment attention quand le ballon s’en allais dans une autre direction. Sans faire exprais nous brisions les objets de décoration a ma mère sur le côté de la maison, mais elle finissait toujours par le savoir.

Un bon jour je jouais tous seule, comme toujours le ballon rebondissait et je ne fesais pas attention mais, cette fois c’était un peu plus grave. Le ballon avait accroché le haut du panier et retombé sur le rétroviseur de l’auto à mon frère. Le rétroviseur brisa mes tenant encore par le fil. J’ai finalement réussi à le replassé dessus mais, combien de temps allait t-il resté je n’en avais aucune idée. Il cru que quelqu’un l’avais accroché. Je n’est jamais osé lui dire.

Bateau Important

Oups, je ne suis peut-être pas toujours honnête.

Après longue réflexion, j’ai enfin trouvé. Cela fais environ deux semaines, ma famille venait de quitter la maison pour aller cher mes grands-parents pour la fin de semaine. J’étais dans une sorte de dure réflexion. Enfin je prit une décision, je pris mon téléphone et je me mit a composer plusieurs numéros de certains de mes amis. Quelques minutes plus tard on sonnât a la porte. J’ouvrais la porte déjà dix personnes étais dans ma maison la bière a la main. 1 heure plus tard le nombre de gens avait triplé. les gens arrivaient sans arrêt. Tous étais bien jusqu’à ce qu’un garçon ce met a tous brisés. J’ai passé a deux doigts de le lancer dans la piscine de mon voisin! Quand tous prit fin, j’étais obligé de tous ramasser seul car tous les invitées étais partie laissant derrière eux, bière vide et/ou fracassé, tapis mouiller et vomis! Et oui cette soirée la j’ai été stupide, mais j’ai quand même eu un plaisir fou à mentir a mes parents jusqu’à maintenant et probablement pour encore un très très long moment.

Cette petite histoire est belle et bien réelle pour tous les septiques qui ni croient pas. C’étais l’histoire que je n’ai  jamais osé dire à mes parents.

Nain Moustachu

Un aveu

 

 

Mots Irrévérencieux, au départ, était enfant unique.  Un jour, il décida qu’il ne voulait plus l’être.  Mo’ a donc plaidé, supplié, boudé et, oui, menacé l’Univers puis, un bel après-midi en Avril 2000 naquit sa petite sœur.

Rapidement, Mo’ fit trois importantes révélations : 

  1. Les nouveaux-nés sont laids.
  2. Les nouveaux-nés sont plates.
  3. Les nouveau-nés sont extrêmement avares d’attention.

Le point trois est, pour notre histoire, le plus important.

 Mo’ a commencé à déprécier sa sœur.  Depuis son arrivée au monde, la quantité d’attention qu’il se voyait accordé avait largement diminué.  Un jour, fou de rage, Mo’ cria à l’innocente (qui avait à ce moment là trois ans) :

 «Je te déteste!  J’aimerais que tu sois morte!»

 Les paroles étaient méchantes, certes, mais ce qui s’arriva ensuite était plus terrible encore.  Quelques temps après que Mo’ eut fait cet horrible souhait, sa petite sœur tomba malade.  Elle fut diagnostiquée comme ayant une pneumonie, ce qui était souvent fatal. 

 Mo’ a été si fortement frappé par la culpabilité qu’il n’a pu faire rien d’autre que de s’effondrer en larmes. 

 Heureusement, l’enfant a survécu et ces sentiments sont partis avec le temps, toutefois Mo’ n’a jamais tout à fait oublié l’évènement. 

 Mots Irrévérencieux aimerait pour s’excuser auprès de sa petite sœur pour ses mots cruels et jaloux exprimés lors de sa jeunesse et profiter de l’occasion pour conseiller à tous ses lecteurs de faire très très attention à ce qu’ils disent sous l’effet de la colère.  Les mots sont puissants…                

A QUOI JE PENSE…

Je n’aurais jamais ose dire que durent tout ma jeunesse les Barbies me passionnaient.J’aimais surtout les longs cheveux roses avec des mèches parfois rose ou mauve c’était très amusant.Barbie n’étais pas un jouet c’était une passion dans lequel je m’intéressais beaucoup.Non seulement c’était une poupée mais il y avait aussi des maisons et des automobiles qui pouvaient être utiliser pour jouer avec Barbie.Tu pouvais même lui acheter des amies ou des plus petites versions de Barbie les Poly Pockets.Une autre chose dont je n’aurais jamais voulue dire c’est que les Carebears étais mes idoles d’enfance surtout lui avec l’arc-en-ciel sur le ventre il était fantastique.Bon pourvu que je n’avais prévue vous admetre tout ce que j’aimais et que je regardais a la télévision chaque jour de la semaine pour au moins une demi-douzaine d’heures par smaine et le reste étais consacrée au Barbie et autre petite poupées.Donc merci de votre lecture et commetaires.

Ce que je n’ai jamais osé dire à..

Bon, ce que je n’ai jamais osé dire à personne c’est que… le problème c’est ma soeur. Oui, oui ma soeur!! Pour vous mettre un peu dans le contexte, ma soeur est plus jeune que moi. Le probleme n’est pas le fait qu’elle soit plus jeune, non, je suis jalouse de ses dents.. Elles sont si parfaite.. Je sais pas si vous me comprenez, mais il y a toujours quelque chose que ton frere ou ta soeur a de plus que toi!!.. Mais bref, nous somme différent. Vous devez surment vous demander pourquoi je n’ai jamais osé dire sa a personne! .. C’est juste que pour moi c’est un complexe. Ma soeur je l’aime beaucoup, beaucoup meme jusqu’au dents.

Merci!

Je ne su comment te dire…

Il y a de cela deux ans, nous étions des meilleurs amis. Cet été là, nous nous racontions tout et nous nous aidions à passer à travers nos épreuves difficiles. Cet été là, nous étions dans le même bateau.

Lorsque l’école recommença, ce bateau qui nous lia, chavira. Il se cassa en deux parties qui nous séparurent pour toujours. Je ne su jamais comment te dire tout ce que je ressenti à cet instant désastreux. Tu fus une personne tellement importante pour moi, la seule qui fut capable de me comprendre, m’accepter et me conseiller. Tu m’apportas tellement de conseils merveilleux que chaque instant avec toi m’appris quelque chose de la vie. J’eus intensément besoin de toi que lorsque je te perdis, ce fut pratiquement la fin du monde. En quelque sorte. Je t’aima comme un frère, comme un guide, comme un vrai meilleur ami. Et je regretta toujours depuis ce jour, que nous nous séparâmes. Le vase ne se rempli plus, il se cassa. Et toi seul comprendrait ces mots, si tu étais là. Mais quelque part, dans mon coeur, tu eus ta place où pour toujours, les rêves te rammenèrent près de moi, quand je l’espérais et l’espéras. J’eus toujours besoin de toi mon cher meilleur ami.

Tout le monde fait des erreurs…

Avant de commencer mon récit, j’aimerais répondre à la question que vous devez tous être en train de vous poser. C’est avec courage et conscience de votre déception que je vous avoue garder un secret que je n’ai jamais osé dévoiler. Je vais vous en faire part tout en sachant que vous serez probablement choqués, mais je suis certain que vous trouverez, comme moi, le courage de me pardonner.

Tout débuta il y a environ deux ou trois ans. Mon voisin, qui est également un ami de ma famille, m’avait demandé si j’avais envie de faire des travaux à son domicile. J’acceptai puisqu’étant travaillant de nature, j’aimais bien rendre service à mon prochain. De plus, ces travaux allaient me rapporter un peu d’argent de poche. Mon voisin m’avait proposé le salaire minimum, donc je gagnais près de 8,50 dollards par heure, et je n’avais qu’à lui faire parvenir le nombre d’heures que je faisais. Après quelques semaines de travail, je compris que le salaire minimum, lorsque ça me prenais une trentaine de minutes couper la pelouse, ça ne faisait pas beaucoup d’argent. C’est pourquoi je me rajoutai plus d’heures de travail qu’en réalité.

Je suis sûr que  vous pensez que ce n’était pas honnête et que j’aurais dû lui en parler. Vous avez raison, j’aurais dû, mais je suis certain que s’il le savait aujourd’hui, il se dirait qu’un travail fait par moi valait bien ce léger surplus d’argent.

Merci de votre compréhension,

Chandails Moulants

Quand on est jeune

À l’époque , j’avais 7 ans , j’étais un enfant très actif et j’adorais être avec mes amis. On était toujours dehors à rigoler de tout et de rien. On avait toujours de nouveaux jouets qu’on se montrait avec excitement. C’était une vraie foire à jouets , mais moi pourtant je n’avais presque jamais de nouveaux jouets.Mais ça m’était égal, car tous mes amis en avaient des tonnes et des tonnes donc ils m’en auraient sûrement prêter quelque-un.

Bien évidemment que ce n’était pas le cas. En effet , ils étaient du moins égoïstes et voulaient à tout prix garder les siens pour eux-mêmes. J’avais donc décidé que moi aussi j’allais avoir de nouveaux jouets. Mais comment allais-je faire? C’était la question que je me posai sans cesse.

J’avais constamment demandé à mes parents , se fut un échec total. J’eus donc décidé de m’organiser moi-même. J’allais commettre un crime, le crime parfait dont je me souviens encore. J’allais voler de l’argent. Je sus que se n’était pas une brillante idée, mais dû a ma situation financière dans le temps il y avait aucune autre option possible. Je ne réfléchissais pas toujours dans le temps , je ne fessais qu’a ma tête et ma tête pourtant me disais que c’était bien , l’éthique, mais que bien pouvait-il bien être ce mot?

J’allai donc vers la chambre de ma mère pour mettre mon plan à exécution , je pris un 20 dollars , j’étais enjoué. C’était l’extase totale , mais quelle belle merveille pourrai-je bien m’acheter maintenant? C’était décider , j’allai me procurer une trottinette , une belle trottinette bleue . J’allai donc demander à mon père et il accepta avec joie. J’eus ma trottinette toute neuve et puis après deux essaie j’arrêtai dans faire. C’était seulement vers mes 15 ans que j’avais remis le 20 dollars à ma maman, en cachette bien entendu.

Désolé maman, je t’aime.

Chameau Machiavélique

Quel joli câdre!

J’aime bien penser que je suis une  assez honnête. Ce n’est pas dans ma nature de garder des secrets. Alors il m’a fallu un temps fou pour enfin trouver quelque chose que je n’ai jamais dit a personne. Au fait, il y a un seul témoin de mon acte, mais c’est quelque chose que je n’ai pas encore dit a mes parents…

Ceci s’est passé il y a environ un mois et demi. J’étais à la maison avec mon chum. Cette fin de semaine là, mon patron m’avait seulement cédulé pour travailler le dimanche soir à six heures. Nous étions vendredi et mon chum et sa famille partaient pour aller au chalet. à la dernière minute, ses parents m’avaient demandé si je voulais venir. J’eus hésité parce que mes parents étaient au travail et je ne voulais pas les déranger pour ça. Ils sont assez sévères alors de toute façon, j’étais sure qu’ils allaient dire non. Mais mon chum était déterminé à ce que je vienne. Alors nous avions fait ma valise en toute vitesse, puis, nous étions supposés attendre que ses parents passent nous chercher. Ensuite, nous serions aller dans le nord. Il ne manquait plus qu’à ce que mes parents disent  oui… J’ai donc téléphoné mon père (après avoir tout préparé mes sacs) pour lui demander la permission. Il n’avait pas été très joyeux cette semaine là, alors comme de fait, sa réponse fut non!! Je n’en revenais pas! J’avais tout préparé mes choses! Il n’avait pas de raison pour refuser, ce n’était pas la première fois que j’y allais. Je n’ai pas la réputation d’une personne violente, mais ma rage s’était emparée de moi alors je suis montée dans ma chambre et j’ai lancé ma poubelle sur mon mur. Moi, sage et innocente, j’ai fait un trou dans mon MUR! Je ne suis quand même pas bête. J’ai caché cette petite « erreur » avec un joli câdre de Cendrillon. à ce jour, mes parents ne sont pas au courant et je n’ai toujours pas le courage de leurs avouer…

Désolé maman et papa…

Mon secret?

C’étais le matin juste avant que je deuvais partir pour aller a l’école, je ne me rapelle pas exactement quel age j’avais mais c’étais au primaire,. J’étais prêt à partir donc je m’étais levé mais au dernier moment j’avais aperçu l’Ipod a un de mes amis qui l’avait surment oublie chez moi. J’ai pris l’Ipod pour le retourner a mon ami puis j’avais quitté ma maison. Lorsque j’étais finalement assis dans l’autobus j’avais décidé d’écouter l’Ipod pour voir s’il y avait quelque chose de bon dessus. J’avais surment trouvé quelque chose que j’aimais parce que j’avais continué d’écouter son Ipod. Lorsque j’étais rendu a l’école l’ami a qui appartenais ce fameux Ipod était absent donc je n’avais pas la chance de le lui retourner. Le lendemain matin c’est passé de la même manière mais c’est lorsque j’étais rendu a l’école que je m’étais aperçu que je n’avais plus l’Ipod avec moi. Comme mon ami n’avait rien mentionné sur le sujet toute la journée, je n’avais rien dis non plus, j’avais juste décidé de le lui ramener la journée suivante. Rendu chez moi, j’avais cherché son Ipod partout, pour longtemps, mais je ne l’avais pas retrouvé. Mon ami n’avais jamais rien dit, ce que je n’ai pas compris, mais j’étais sur qu’il l’avait perdu et qu’il aurait été content s’il savait que c’était moi qui l’avais, mais je l’avais perdu aussi donc je ne lui ai jamais rien dit.

J’ai toujours voulu lui dire quelque chose, mais je ne sais pas je l’ai juste jamais fait.

Vous n’en croyiez pas vos yeux

Bonjour chers lecteurs et chères lectrices,

La Mangue merveilleuse comme toutes les personnes eut des nombreux secrets. Ces mystères étaient tellement émotionnels qu’il préférait n’en parler à personne. Mais après quelque réflexion, il décida de vous dévoiler un de ses secrets puisqu’il  n’eut plus le choix.

Tout commença à Montréal, là où je regardais le monde d’une manière différente. Comme tous les enfants, je jouais au tennis à l’école primaire, mais durant un moment,  je remarquais qu’une jeune fille n’arrêtait pas de me regarder. Puis quand la dernière cloche sonna, je partis prendre mon autobus pour rentrait chez moi. Quand je fus à la maison, je pris le téléphone de la maison pour expliquer la situation à mon meilleur ami qui s’appelait Homme Fort. Après  une longue discussion avec monsieur Fort, il eut un deuxième appel. C’était la jeune fille de mon école, celle-ci s’appelait Magnifique Harmonie. Dans ma grande surprise, elle me dévoila son amour pour moi. Même si c’était vrai, je demandais de me dévoiler qui l’avait donnée mon numéro de téléphone. Après un moment d’hésitation, elle me répondit que Homme Fort l’avait donnée mon numéro de téléphone et qu’il avait dit que je l’aimais.  Furieux d’apprendre cette nouvelle, je remis le téléphone à sa place et réfléchis à la façon dont j’allais me venger. Après un moment de réflexion, j’eus l’idée du siècle. Le lendemain matin, je partis chez mon meilleur ami et troua le pneu de son vélo sans me faire repérer.

Depuis ces jours, je compris qu’il essayait juste de m’aider à séduire Magnifique Harmonie.

La brillante idée…

Quand j’avais 9 ans mon oncle m’invita pendant les vacances d’été à venir passer du temps avec lui et sa famille à son camping sur la rive sud de Montréal.  J’étais contente de pouvoir passer du temps avec ma cousine que je ne voyais pas souvent. Je me souviens, c’étais un très  beau camping, un petit village ou tous le monde se connaissaient.

 Après la baignade et le mini put, ma cousine qui était plus âgée que moi décida de ma faire visiter le camping. Alors pendant que les adultes étaient occupés à préparer le souper. Nous avons sans permission eu la brillante idée de se pousser avec le «kart» de golf du grand père. Ma cousine était au volant et tout allait très bien, elle conduisait souvent avec son père. Après un petit bout de temps nous roulâmes sur la route qui menait au lac et avions beaucoup de plaisir quand soudain un gros chien traversa la rue juste devant nous. J’ai crié très fort et ma cousine donna un coup sur le volant pour éviter le chien. C’est alors que nous nous sommes retrouvés tous les deux dans le lac avec le «kart». Plus de peur que de mal nous courûmes chercher mon oncle qui nous a sortie de la avec son camion.

 Chanceuse dans notre malchance le kart n’étais pas endommagé seulement quelques quenouilles sur le capot avant et un bon nettoyage fut requis. Jusqu’à ce jour son grand-père n’a jamais su ce qui c’était passé avec son «kart».

Bijou Magique

Un petit secret de rien du tout!!

Lorsque j’étais assez jeune, environ l’age de 9 ou 10 ans, j’avais une meilleure amie. Elle se nommait Fabiala -Anne. Bien sûr, elle n’est pas à notre école aujourd’hui, elle habite à Montréal.

Durant mon jeune enfance, mes parents avaient beaucoup de difficultés monétaires. C’était assez rare que mes parents me donnaient de l’argent pour que je puisse me gâter.

Un jour, lorsque j’ai été chez Fabiala, j’ai aperçu 10$ sur le comptoir de la cuisine. Mes yeux sont devenus tellement immenses, lorsqu’elle se  tourna, je pris immédiatement  l’argent et le mis dans ma poche. Pour pouvoir déguster mes bonbons avec mon amie, je lui dis que j’allais demander à mes parents de l’argent de poche. Évidemment, je savais très bien qu’ils n’allaient pas m’en donner. Seulement, je voulais faire croire que cet argent n’était pas sorti de nulle part. Donc, je parti et revenu avec un sac plein de bonbons.

Quelque jours plus tard, elle me demanda si j’avais touché à l’argent de son père.  Ayant peur de leurs réactions, je n’ai jamais voulu avouer mes tords.

Une sortie au Cinéma!

Ma mère a toujours pensé que j’étais le fils idéal, mais si elle lit cela elle va peut-être retirer ces mots de sa bouche.

Tout à commencé chez nous lorsqu’un ami m’avait demandé d’aller avec lui au cinéma. J’acceptai, mais je n’avais pas pensé que qu’il me restait plus un sous sur moi ,dû à mes dépenses pour le dîner.

Confronté à mon « léger » problème, je décidai d’aller voir dans le bureau de mon père ,alors que mes parents étaient absents. Après ma recherche, je n’avais rien trouvé dans le bureau sauf une petite enveloppe qui semblait contenir des sous. Je l’ouvris et je trouvai de l’argent . Sans pensé aux conséquences, je pris l’argent et j’allais maintenant au cinéma voir un bon film!

Quelques minutes après mon arrivée du cinéma, j’entendis ma mère crier dans le bureau de mon père et j’ai déduit par après, que l’argent que j’avais pris dans l’enveloppe était celle de l’équipe de hockey de mon frère! Ma mère chercha désespérément le voleur, mais elle ne pensa pas à moi , car elle croyait que j’étais chez un ami durant la journée. J’avais tellement honte de moi que je n’ai même pas eu la force de lui dire que c’était moi. Aujourd’hui ,sans de coupable, elle n’aurait jamais pensée que ce serait moi. Pauvre maman!

Une chance que le film était bon!

Le secret d’une petite fille

Quand j’étais plus jeune, vers l’âge de mes 4 ans, je rêvais d’avoir une poitrine. Je regardais des photos de femmes sur internet et dans les magasines. J’essayais de trouver des façons pour qu’ils grossissent plus vite, mais je n’y arrivais pas.

 
Un jour, ma soeur  eus une idée qui lui passa par la tête. Elle eut l’idée de prendre les brassières de ma mère, puis les remplir avec des guenilles pour qu’ils ait l’aire vraie. Mon chandail était maintenant serré sur moi, puisque j’avais des formes a présent.

Je décida alors d’aller promener mon chien dans les rues du voisinage. Les gens me regardaient bizarrement et je ne comprenais pas pourquoi, car je croyais que j’avais l’aire d’une fille comme les autres. Certains commençaient à rire de moi. J’étais retourner chez moi avec la honte de me promener dans les rues avec les brassières de ma mère. Je couru à toute vitesse jusque dans ma chambre. J’enleva la brassière sur le champ. Après cela, je ne voulais plus rien savoir de devenir une femme.

Étant petite, je rêvais d’avoir plus de poitrine. 12 ans plus tard j’y rêve encore, mais ce n’est pas pour autant que je recommencerais à utiliser les brassières de ma mère

Intervention manquée!

Bonjour,
mon histoire remonte à quelques années plus précisément a l’age de onze ans.
C’était une soirée comme les autres, j’allais comme à tout les soirs au parc rejoindre mes amis pour jouer une partie de basket-ball, quand tout à coup j’entendis des hurlements. C’était une vieille madame qui se faisait maltraiter par des jeunes, de environ 16 ans , pendant qu’elle prenait une marche quotidienne. Les 2 jeunes étaient entrain de lui voler sa sacoche. Je ne pouvais pas la laisser comme sa alors je me suis interposé entre les deux jeunes et la dame pour essayer de les séparés. C’est alors a ce moment qu’ils ont laisser la vieille dame de côté et ce sont acharné sur moi, me laissant par terre en pleure. Le lendemain matin, je me suis réveillé avec un énorme oeil au beurre noir. J’ai alors dit à tout le monde, y compris mes amis et mes parents que j’avais reçu une balle de baseball sur la tête. Mais au fond de moi je savais très bien que ce n’étais pas la vérité, de puis ce temps plus personne ne me marche sur les pieds je ne me laisse plus faire.

Baum zertrümmert

Un soir, je me promenais tout bonnement avec quelques amis aux petites heures du matin lorsque l’un de nous décidâmes de faire du vandalisme sur un arbre. effectivement, il y avait quatre jeunes adolescents qui sautaient dans un arbre et qui enlevaient les branches a l’aide d’une scie à main. Le processus de destruction de l’arbre était à son plein.

Mon ami décida de couper la base de l’arbre afin qu’il tombe et meurt dans d’atroces souffrances. Quelques instants plus tard une passante fit en sorte que nous devions nous cacher.

Nous continuâmes le travail sans penser aux effets négatifs de nos actes. Un énorme craquement se fit entendre ; l’arbre tomba en direction de la maison des gens qui avaient décidé de planter cet arbre. Ce géant s’ échoua sur la maisonnette et brisa le toit et la fenêtre de la cuisine. Je courus le plus vite que je pus pour regagner ma maison qui était non loin de là.

Jamais depuis cette soirée je passai devant cette maison par peur de me faire reconnaître et jamais plus je me promènerai aux petites heures du matin avec quelques amis et une scie, dans les rues. Par chance, les mauvais actes que je commis cette nuit là m’ ont permises d’être plus logique et responsable.

Mes parents n’ont jamais rien entendu !

bonjour a tous,

Moi , je n’ai jamais osé dire à mes parents que j’étais sortie par infraction de chez moi, un samedi soir vers minuit. Je vous explique. Je  m’était disputé la veille avec eux et ils m’ont interdit de sortir toute la fin de semaine. Alors ce fameux samedi soir mes amis m’avait appelé vers dix heure pour me dire qu’ils s’en allait en Ontario voir mon meilleur ami.

J’était en colère contre mes parents je ne pouvais  pas sortir, alors je me suis dit pourquoi pas par infraction ! Donc a minuit tapant je sortais par ma fenêtre comme un chat ne fesant pas de bruit.

Il était six heure du matin lorsque j’arrivais finalement chez moi saoule ne pouvant plus marcher droite. Mes amis me tenait, je parlais et riait très fort ils essayaient de me faire taire mais en vain ! Arriver à ma fenêtre,qui se situe d’ailleurs au sous-sol,j’essayais de repasser par ma fenêtre  »sans me peté la gueule » ce qui ne se passait pas avec grand succès.

Je déboulait de ma fenêtre à mon plancher suivie d’un gros  »boom » en riant au éclat par la fatigue et l’alcool. Je me suis couché, et vers midi mes parents me réveillait me demandant c’était quoi le gros  »boom » qu’ils avaient entendue plus tôt se matin.

Encore très endormie le coeur battant peur de se qui se passerait si ils apprenaient que j’avais sorti par infraction, essayant de prendre la face la plus sereine possible je leurs répondit que j’avais tombé de mon lit et que j’avais fait tombé ma guitare en même temps.Ils m’avait fait un signe de la tête disant o.k et parti me laissant dormir.

Le mensonge de l’ignorance

Je suis une personne qui est normalement franche donc les secrets je n’en ai pas beaucoup.

Alors voila, j’adorai lire comme cela n’en pouvez pas. (Même au détriment de mes notes.) Un de mes amis m’avait prêté son livre. Ca fait bien longtemps lorsque en Secondaire un je prenais l’autobus,  Mais il y avait une fille qui était en secondaire 4-5, mais on jura quelle était sur la drogue ou quelque chose comme ça. Elle passait des commentaires stupides et elle criait la moitié du temps.

Une fois le chauffeur l’avait expulsé dans tous les sens du mot. Elle c’était débattue comme une folle. Lorsqu’elle est revenue elle c’était calmé. 3 jours plus tard je lisais le livre lorsque la personne la plus détestable de l’autobus avait repris ces vielles habitudes.

Mon cher ami qui m’avait prêté le livre, je l’ai vu le lendemain il devait changer d’école donc il fallait que je lui remette son livre. Il ma alors demander : « Comment a tu trouver ce livre?» Je lui est répondu : « Oui le livre avais une bonne intrigue.» il ma regardé un peu croche puis il est parti a son cour.

Ce n’ai quand troisième secondaire que j’ai appris que Alexandre Dumas écrivait de la poésie…

Secret qui n’aurait pas dû être dévoilé!

Salutations à vous, personne qui lirez ce message. Ne soyez pas choqués par le contenu; j’ai changé depuis.

Il y a quelques années, mon oncle habitait à la maison avec nous. Il avait sa chambre, et une boîte en plastique protégeant son argent. Cet argent-là consistait en le revenu de ses nombreux emplois, son économie, en somme. À mes yeux d’enfant, cela ne m’apparaissait que comme une banque à laquelle j’avais accès. Visiblement, on me laissait trop de côté pour mes cadets qu’on oubliait de me surveiller.

Alors un jour, désirant m’acheter un truc inutile dans un magasin quelconque, je me rappelais la boîte. Je profitais de l’absence de mon oncle, me glissa inaperçue dans sa chambre qui n’était pas verrouillée, et lui volais deux dollars. On ne s’aperçut de rien, ou plutôt, on ne m’accusait pas. Ce n’était pas tout; quelques jours plus tard, j’avais recommencé.

Alors, mon oncle perdit à peu près aux alentours de quinze dollars, si ce n’est pas plus, par ma faute. Tout ça, juste parce que je ne me faisais jamais attraper, et que j’aimais obtenir l’item que je convoitais. Il aurait été préférable que mes parents ou même mon oncle, s’en rende compte, et trouve en effet la personne qui était la cause de la disparition. Je me souviens qu’il s’en plaignait, mais je ne fus pas inclus, et je ne reçus aucune punition.

C’est terrible, je sais! Je m’en veux vraiment aujourd’hui, surtout que c’étaient des objets vraiment futiles.

Au revoir.

Ce que je t’ai toujours caché..

J’étais en secondaire 3 et ma plus jeune sœur en secondaire 2. Vous devriez savoir que ma sœur fait du triathlon( la natation, le vélo et la course). Elle s’entraîne six jours sur sept. Bref, entre les devoirs et les entraînements; le temps libre il y en a peu. Ma sœur jusqu’à cette année là, ne faisait pas attention à son apparence. Elle est une fille costaude  et très grande.

Elle ne s’intéressait pas aux garçons, jusqu’à ce jour.

Un garçon, le premier, qui l’approcha sur le site de clavardage MSN en lui disant qu’il la trouvait belle et qu’elle lui plaisait, ce fut le choc et le coup de foudre. À ce moment j’eus peur pour ma sœur qui s’approchait à pleine allure de ce premier venu. Ma sœur en était folle et parlait que de lui. Mais le problème était que ce garçon, si gentil soit-il, était un  »player » , bref, un coureur de jupons.

Après un mois ou deux, je compris que ce garçon la manipulait alors je descendis dans la chambre de ma soeur me connectant sur le compte de celle-ci pour parler à « l’amour de sa vie» . Il était bel et bien là et je lui parla  me faisant passer pour elle. En gros, je lui dis de me laisser tranquille et de retourner voir les autres filles et il me dit que j’étais la seule qui comptait à ses yeux ( vous voyez le genre ! ) mais je demeurais persistante .

Bref, ce garçon a laché ma soeur et 1 semaines plus tard avait déjà une nouvelle blonde mais cela affecta terriblement ma soeur du plus profond de son coeur. Il ne lui parlait plus et pour elle s’était le garçon qu’elle allait épouser! Mais ce n’est qu’un peu plus tard qu’elle réalisa qu’elle aurait fait une gaffe si elle avait voulu sortir avec lui.

Ça m’a aidé à me rendre moins coupable puisque ma gaffe lui a empêchée d’en réaliser une.

Un petit secret

  Un petit secret

Mon amie et moi étions en secondaire deux et le secondaire était quelque chose d’encore nouveau pour nous. Nous avions des attentes pour le secondaire comme avoir un garçon agréable à nos cotés… Dans ce temps, on avait chacune un garçon en tête, mais ces garçons étaient dans le groupe populaire de l’école. De plus, ils avaient un an de plus que nous ! C’était la gêne totale lorsqu’on les croisait dans les corridors de l’école et s’ils nous souriait on criait tellement qu’on était joyeuse. Vous pouvez imaginer que s’ils nous avaient parlé, on ne serrait point capable de leur répondre même si c’était un simple bonjour. Dieu sait comment, mais nous avions réussis à avoir leur adresse courrier. Folle que j’étais, je les ai ajouter à mes contactes de messages instantanés. Mon amie avait fait pareil.

 Un jour, j’étais chez mon ami et son ordinateur était ouvert, donc j’en ai profité pour voir son compte de messages instantanés et il était ouvert. J’ai écrit un petit salut à son garçon de rêve. Il m’a répondu presque instantanément. J’ai continué la conversation en son nom on s’entend bien. Après environ cinq minutes de conversation sur tout et rien, il m’a demandé, mais il pensait qu’il demandait à mon amie, si elle l’aimait. J’étais paralysée pour une bonne minute, puis j’écrivis non. Devinez ce qu’il dit ? Je t’aime. Contente pour mon amie et heureuse que j’ai aidé son rêve à se réaliser, je répondis moi aussi je t’aime bien. Environ trente secondes plus tard, il dit qu’il s’est trompé de conversation !

 Depuis ce jour, j’avais remarqué que son groupe et lui regardait mon amie souvent, puis riait lorsqu’elle ne les regardait pas. Aujourd’hui, je m’excuse beaucoup pour ce que j’ai fait ! Pour ce que je t’avais caché !

L’été chez mon oncle

Bonjour,

Pour le troisième article, je dois écrire quelque chose que je n’ai jamais dit à personne du moins à la personne en question. Je vais vous dire la fois où il s’est passé quelque chose avec le véhicule de mon oncle. Cette histoire s’est passé l’été passé à son chalet durant une fête de famille.

Mes parents devaient aller chercher quelque chose chez nous qu’ils avaient oublié pour le souper. La voiture de mes parents était derrière celle de mon oncle car nous étions arrivés de bonne heure donc, je devais la déplacer. J’ai pris les clés de son véhicule sans que personne ne me voit car je voulais déplacer l’auto avant même que mes parents sortirent du chalet parce que je n’avais pas eu l’autorisation de le faire.

Je suis donc embarqué dans l’auto sans en faire le tour pour voir s’il avait assez d’espace pour passer et je me mis à reculer. Il faisait sombre et je ne voyais pas grand chose. Tout à coup, j’entendis du coté gauche dans la porte arrière un brut comme si je frottais un petit mûr de ciment. Alors j’arrêta le véhicule  et je sorti au plus vite. Je remarqua que je pouvais plus reculer donc j’embarqua dans le véhicule une seconde fois et j’avanca et me déplacer pour voir si le véhicule était marqué et malheureusement il l’était mais seulement un petit peu. Donc je le replaça à coté et je rentra à l’intérieur.

Le lendemain matin, mon oncle remarqua la petite égratignure qui avait sur le coté et se dit que ce devait être dû à un carrosse dans un stationnement de magasin. Donc depuis ce temps, je n’ai jamais dit à mon oncle que s’était moi qui avait fait cette égratignure.

Mon Petit Secret…

Bonjour,
 
Je n’ai jamais osé dire ce secret à ma soeur, car je sais qu’elle perdrait toute confiance en moi. Je pense que sa fait assez de temps depuis l’accident et qu’elle a le droit de le savoir maintenant.

Il y avait  à peu près cinq ans, je jouais à un jeu avec mon amie dans la chambre à ma soeur. Elle m’avait toujours dit de ne jamais rentrer dans sa chambre, mais le seul ordinateur fût dans là. On jouait à ce jeu pour au moins trois heures, lorsque on gagna enfin! J’étais tellement excité, que j’ai accidentellement accroché et fait tomber la lampe de ma grand-mère.  Celle qu’elle avait donné à ma soeur avant de mourir il eut quelques années. Je fus en choc et je me suis enfui dans ma chambre.
 
Lorsque ma soeur était arrivée à la maison, elle réalisa que la lampe fût en dizaines de pièces et elle blâma ma mère. Car, ma mère était supposé d’être la dernière à rentrer dans sa chambre. Elles ne se sont pas parlées pour trois semaines à cause de moi. J’étais vraiment proche de ma soeur dans se temps et je ne voulais pas perdre sa confiance. J’avais trop peur de lui dire que c’était moi qui avait brisé sa lampe.

Merci.

Papillon Mauve

Malgré le temps que j’ai passé à me creuser pour trouver un secret assez inoffensif, j’ai trouvé! Alors j’espère que mon récit va vous plaire. 

C’était par une belle journée d’automne que je commis un enlèvement. J’avais dans les environs de 10 ans et je me promenais dans mon quartier en quête de feuilles mortes comme décoration. L’halloween approchait alors je voulais que ma maison soit la plus belle de la rue! Sans me vanter c’était assez bien réussi… J’appercu alors un chat plutôt maigrichon, gris, aux yeux bleus et gris opaque, il semblait aveugle et abandonné. Je demanda a un homme qui travaillait sur son terrain s’il l’avait déjà vu, j’ai eu comme réponse non, pour moi c’était le seul mot qu’il me fallait pour l’emporter à ma maison. Je ne voulais pas que ma mère le sache car je savais d’avance la réponse. Je l’installa dans une boîte et alla chercher de la nourriture ainsi que de l’eau dans des bols, car j’avais déjà un chat. 

Après qu’il ait passé une ou deux nuits dans mon garage je ne le revit plus jamais, il était parti. J’étais tout de même heureuse d’avoir aidé un petit chat en détresse. Mais l’ennui c’est que le chat avait fait pipi sur un des bancs du camion de mon père. Je n’ai jamais osé dire à mes parents que c’était de ma faute que le banc sentait aussi mauvais.    

Réglisse mauve

Ma prof de sciences.

La tâche d’écrire un de mes secrets sur un site ouvert à tous fut difficile, considérant que celui-ci  risque d’être lu par les gens concernés. Voici donc un petit secret inoffensif.

C’était au début de mes études secondaires. J’étais assise en classe avec à mes côtés une de mes consoeurs. L’idée me prit de faire rire cette dite consœur. Je lui écrivis donc une devinette sur un petit bout de papier (puisque nous ne pouvions point parler). Voici la devinette : « J’ai des cheveux frisés, je porte de drôles de vêtements, j’ai un maquillage « clownesque » et je fais un peu peur à certains ». La réponse de mon amie était prévisible : « Un clown? ». Je lui répondis donc, toujours par écrit : « Mais non! C’est l’enseignante! ».  Je voulu mourir lorsque l’enseignante mentionnée sur le bout de papier vint me voir, la main tendue vers la forme matérielle de ma méchanceté. C’est à ce jour précis que j’appris à faire des yeux doux en battant des cils pour me sortir de ce fichu pétrin. « Non madame, c’est rien! », lui répondis-je, l’air d’un ange. DIEU MERCI! Elle me fit un petit sourire l’air de dire : Quelle sage enfant et partit.

C’était mon petit secret.

Au plaisir de lire les vôtres!

Ogive Impie

Mon grand secret…

Ce que je n’ai jamais osé dire à personne !!

Tout  à commencé lorsque j’étais en troisième année du primaire. Juste pour vous prévenir je suis une fille qui aime beaucoup les bonbons et cela depuis que je suis toute petite. Mon professeur avais fabriqué un énorme calendrier pour les anniversaires de tous les élèves de la classe et elle avait mis deux bonbons, à la mente et au chocolat, dans chacun des carreaux du calendrier. Ma fête avais enfin arriver et j’avais finalement mangé mes deux délicieux bonbons, mais ils étaient tellement bons que j’en voulait encore. Alors chaque fois qu’ont sortaient de la classe, je m’arrangeais toujours pour sortir la dernière pour pouvoir prendre les bonbons des autres dans le calendrier. Un jour mon professeur s’en n’avait rendu compte et nous avaient demandé qui les avaient volé, mais je n’ai jamais osé lui dire que c’était moi. Elle avait même interrogé tous les élèves de la classe un par un, mais je lui ai jamais dit. Alors à cause de ma bêtise, tout le monde à qui j’avais volé les bonbons n’en n’ont pas eu pour leur anniversaire. Je vais toujours m’en rapeller, car je le regrette encore aujourd’hui. Ceci était mon secret que je n’avais jamais osé dire à personne.

Merci de m’avoir lu !

Petite cachoterie

J’étais jeune et fou dans ce temps-là… Mais je le fis tout de même! D’après moi, certains d’entre vous l’avez sans doute déjà fait pour protéger qui que ce soit…

 Nous étions une bande d’amis dans un commerce à rayons, le style de commerce où nos parents font l’épicerie, et nous voulions manger. Le hic fût que mes amis n’avaient pas d’argent pour payer et moi, je n’avais pas assez d’argent pour payer pour tout le monde. Alors mes amis prirent des morceaux à grignoter et s’asseyerent à une des tables de la zone réservée pour manger.

Ils n’avaient, bien sûr, pas payer pour leur nourriture. Sauf que moi, je n’étais pas pour dénoncer mes amis, même si ce qu’ils avaient fait n’était pas correct. Je mangeai ma nourriture payée en faisant comme si rien n’était pour mes amis. Nous partîmes de ce commerce sans que j’eus ouvert la bouche à propos de ce délit…

C’est ce que je n’ai jamais osé dire au gérant du commerce à rayons… De toute façon, il n’a plus besoin de savoir… Cela fait quelques années déjà!

Poete indifferent

Je m’excuse

L’année passée, le vendredi 20 fevrier, j’avais organisée  une fête surprise pour l’anniversaire de mon meilleur ami. Donc tous l’organisation c’était bien déroulé, j’avais parlé avec ses parents, commandé des pizzas, j’avais invité tous ces amis et j’ai fait un gâteau. Malheureusement, les pizzas ont été livré chez moi et mes parents étaient parti A une conférence avec leur travail. Je me sentais extrêmement coupable, après tous ce que j’ai fait pour la préparation et maintenant je ne pouvais plus rien faire et c’étaient sans parents. Il me restait 10 minutes avant que mon ami arrive chez lui et j’eus presque paniqué parce qu’il me restait pas assez de temps pour me rendre à vélo et personne ne pouvait m’apporter.

Mais grâce a la deuxième voiture qu’on avait, j’ai pu conduire jusqu’à chez mon ami (je connaissais comment le conduire) pour apporter les pizzas, le gâteau et ouvrir la porte pour que tous le monde puisse s’installer ( j’étais le seul avec une clef). Sans compter ce petit détail cela la soirée c’était extrêmement bien passée, tous le monde étaient content, on s’amusait, la pizza était délicieux et j’ai pu revenir et m’endormir avant que mes parents revinrent.

Le matin venu, je me suis réveillé quand j’ai entendu mes parents crier après ma soeur pour avoir rapporté la voiture avec des égratignures sur les cotées… Et depuis je n’ai rien admis à mes parents ou a ma soeur.

Petit secret

Je dois avouer que ce texte est quelque peu difficile pour moi à écrire car je n’ai pas l’habitude de cacher des choses ou ne pas dire ce que je pense sincèrement à quelqu’un. Mais bon , il le faut. J’ai donc retrouvée un petit moment caché parmi mes profonds souvenirs d’enfance.

C’était la fête de Noël et comme chaque an , nous allions voir ma grand-mère qui habite dans le nord. Je vous explique. je ne sais pas si c’est votre cas, mais ma grand-mère donne des tapes sur les fesses, donne des gros becs mouillés et parle fort.Pardon, TRÈS FORT. après l’heure du souper, c’était enfin le moment qu’on attendait tous. Les cadeaux! Pour Noël, j’avais demandée une poupée. Pas n’importe laquelle, elle pouvait chanter, la toute nouvelle Barbie vêtue de la super  robe à paillettes roses. Je l’avais même découpée  dans la revue de jouet pour ensuite la coller sur le réfrigérateur. Je pris mon cadeau puis déchira tout l’emballage rouge. À ma belle et grand surprise , ma Barbie ni était pas. Par contre, un beau et gros chandail bleu poudre en minou si trouvais avec le mignon visage d’un petit chaton qui faisait  » miaaww  » lorsque j’appuyais sur son petit nez rose. J’avais 9 ans !!

Pauvre grand-maman , elle me regardait les yeux si pétillants que je n’ai pu m’empêcher de lui sourire en lui disant  » merciiii…je L’ADOREE !  »

Malheureusement elle na jamais su que JAMAIS je ne l’ai porté et que je ne l’ai JAMAIS  aimé.

Voilà, c’était mon petit secret !

dans une voiture inconnue

Il avait environ quarante-cinq ans et j’en avais seize : il faisait l’âge de mon père! Nous étions assis dans cette voiture dont je n’oublierai jamais l’odeur rance, et dans laquelle, heureusement, je ne remontai plus jamais suite à ce jour sordide.

Après à peine quelques minutes passées ensemble à faire du « parking », minutes qui semblèrent durer une éternité et durant lesquelles je m’affairais à manipuler ce long membre rigide de haut en bas, découragée, tandis que lui regardait droit devant, en grimaçant. Il ne disait pas grand-chose, mais je lisais sur son visage irrité qu’il ne paraissait pas du tout satisfait. Une larme me vint, puis une autre, puis un flot continu.

Il me regarda dans les yeux, peu impressionné par mes pleurs – il en avait vu d’autres! – et me dit qu’il voulait que je réessaye, qu’il était habitué avec les jeunes sans expérience, que c’était surtout frustrant de gaspiller vingt-cinq dollars pour que les choses se terminent en queue de poisson. Il avait raison, je n’avais jamais essayé ce genre de manœuvre auparavant; ce n’est pas comme si j’avais ce qu’il fallait pour me pratiquer chez nous! Mes amies m’avaient pourtant averti : il s’agissait d’une opération délicate qui requérait un certain doigté…

Il rappliqua et me demanda de me dépêcher. Il n’avait pas toute la journée! Ah, l’écœurant…

À force de travailler à m’en arracher le bras et jusqu’à faire se balancer la voiture, une douleur intense me prit au poignet. Je figeai. Je pensai que je n’étais tout simplement plus capable de le satisfaire. J’avais échoué. Adieu, vingt-cinq dollars! Adieu, dignité!

À ce moment précis, une rage profonde monta en moi. J’eus envie de vomir. Je n’arrivais pas à respirer calmement, contrôlant de peine et de misère le dégoût que m’inspirait cet homme. Je voulus lui dire qu’il était un salaud, un sans cœur, un tortionnaire de la pire espèce, un déchet humain…

Mais je n’en fis rien. Je n’ai jamais osé le lui dire.

À la place, je séchai mes larmes, ramassai le peu de confiance qu’il me restait, remis une main sur le volant, l’autre sur le levier de vitesses et entrepris pour une cinquième fois de réussir mon stationnement parallèle en tentant d’ignorer le regard exaspéré de l’examinateur de la SAAQ.

Le grand bol…

Bonjour cher lecteurs et lectrices,

J’ai vraiment eu beaucoup de difficulté à trouver un secret que personne ne savait déjà.  J’en ai tout de même trouvé un. Mon histoire c’est passé il y a 10 ans lorsque j’étais à la maternelle. Je n’aimais pas beaucoup l’école et j’aimais mieux rester à la maison avec la mère et ma petite sœur. J’avais donc trouvé une merveilleuse solution à mon problème.

À la maternelle, nous faisions une période de relaxation après le dîner à tous les jours. J’en profitais donc pour sortir mes talents de comédienne et je simulais un mal de cœur à chaque fois. L’enseignante me donnait un bol, à chaque fois, juste au cas. Moi, face à ce grand bol, je voyais toujours l’opportunité de retourner à la maison.  Alors  pendent que mes camarades de classe et mon enseignante étaient occupé à une activité je crachais dans le récipient  jusqu’à ce qu’il soit moyennement rempli. Par la suite l’enseignante appelait ma mère pour qu’elle vienne me chercher puisque j’étais malade (d’après elle bien sur). Alors deux fois pas semaine, environ, je retournais chez moi sans aucun soupçon de la part de ma mère ou de mon enseignante. J’ai été suivi par mon médecin de famille durant trois mois pour comprendre pourquoi j’étais autant malade. Mes parents ont donc été obligé de quitter le travail plus tôt ou de simplement prendre congé pour venir avec chez le médecin pour des problèmes que je n’avais même pas. Je m’excuse maman et papa!

Salutation, Personne Ordinaire

La grande tricherie.

La grande tricherie je vais toujours me rappeler de ce moment. Laisser moi vous expliquer lorsque j’étais jeune j’avais une petite déficience au niveau de la motricité ce qui en d’autre mot veut dire que je n’étais pas vraiment habile. Un jour vint ou comme toute jeune belette je dus entrer la maternelle, quelle année fascinante on apprend à être polie avec les autres les dinosaures et bien sur attaché ces souliers. Pour tout autre personne la simple tache d’attaché ces souliers est un vrai jeu d’enfant mais se ne l’était pas pour moi et à grand pas vint l’inévitable examen de cette discipline d’une facilité exorbitante et c’est cette journée que la grande tricherie commença.

.nous voici donc au jour J, le jour du jugement dernier pour une pauvre belette ne sachant pas comment exécuter la simple tache d’attacher ces souliers. tout à coup un éclair de génie me traversa l’esprit  »Pourquoi ne pas demander à la meilleure de la classe de me montrer comment faire sur mes souliers et ensuite aller immédiatement le montrer au professeur? » C’est ce que je fis et effectivement j’eus une bonne note a cet examen. Voici donc l’histoire de la grande tricherie de belettes masquées.

J’ai honte…

J’écrivis ce qui suit avec beaucoup de difficulté, car j’ai toujours eu de la difficulté à révéler mes torts. J’inscris tout de même sans maugréer parce que je savais que le texte devait être écrit. Le texte que j’écrivis expliquait mon plus grand secret. Il débutait comme suit.

C’était en novembre 2006, je revenais de l’école à pied comme d’habitude. L’hiver était froid, mais mon manteau m’apportait la chaleur que je nécessitais. Mon ventre grommela car je n’avais pas mangé depuis le matin. J’augmentai la cadence de mes pas pour arriver à ma destination plus rapidement. Rien à faire, mon jeune estomac devait être nourrit.

J’entrai dans un dépanneur. Ici je ne souffrais plus du froid, donc ma faim était ma plus grande obsession. Malheureusement, je n’avais pas d’argent. J’entrepris donc un acte tellement ignoble que je le regrette encore à ce jour. Utilisant mon adresse digne d’un félin, je glissai une barre de chocolat dans mon manteau. Je sortis ensuite des lieus rapidement sans élever de soupçons.   

J’avais maintenant ce que mon corps me demandait. J’engloutis la barre en quelques secondes. C’était délicieux et je me sentis soulagé. Cette émotion fut rapidement remplacée par une honte profonde. Ceci fut mon plus grand secret depuis ce jour.

 Asphalte Mouillé

Le vol de l’Ecomuseum

Bonsoir,

Voici l’un de mes secrets que je n’ai jamais osé dire à personne.

Lorsque j’étais jeune, ma mère m’avait apporté au zoo avec mon frère aîné et ma soeur cadette. C’était au milieu de l’été puis la fête de mon frère venait juste de passer, puis il avait reçu un cadeau dont je voulais depuis longtemps. Ce cadeau était de base valeur, mais je l’adorait. C’était un jouet de « Buzz Lightyear ». Je jouet était magnifique à mes yeux. Il avait des boutons sur son bras et son corps qui faisait du son, puis lorsqu’il marchait il faisait du bruit! C’était le jouet de mes rêves, mais le fait que mon frère l’avait et pas moi me choquait. Donc, la journée dont nous avions été au zoo, mon frère à apporté son jouet avec lui. À un moment donné, mon frère était parti dans une cabine pour acheter une boisson, puis je savais à ce moment que c’était le temps de commencer mon plan diabolique. Quand mon frère était parti, j’ai pris son jouet puis je suis allé le cachez dans la carrosse dont ma mère poussait. Puis lorsque mon frère était revenue, son jouet était parti. Il pensait que quelqu’un l’avais volé ou bien il l’avait perdu.

Quelques années plus tard, mon frère avais retrouvé son jouet, mais il ne sait pas encore que c’était moi qui l’avait caché à cause de ma jalousie.

Chien Maigrichon

C’est mon petit secret!

Bonsoir chers lecteurs,

Tout d’abord,cela a été assez dur pour moi de trouver un secret que je n’ai jamais dit a… car je dis généralement tout a mes proches!

Alors mon secret va comme suit.C’étais la fin de semaine ou je decida un soir d’aller prendre une marche avec mon chien.En marchant,j’eu l’idée d’aller voir une amie qui vit tout pres de chez moi.En arrivant,elle me dit de rentrer,alors je laissa mon chien dehors que je ne pris pas la peine de bien attacher.Comme par malheur,en resortant,mon chien ne si trouvait plus.Je criais alors sont nom et le chercha dans les entourages accompagné de mon amie.Plus tard,toujours a la recherche de mon chien,ma mere m’appella pour rentrer. Je lui dis donc que je m’en venais et je partis en route vers la maison.En chemin je me dis que je ne pouvais pas retourner chez moi sans mon chien, car ma mere était beaucoup trop en amour avec ce petit.Sur le coup,j’appella ma mere pour lui dire que je couchais chez mon amie.Résultat: je fut oubliger de chercher mon chien durant toute la nuit dans chaque rues qui sont également tres longues et entouré d’arbres.Je ne la trouva pas tres drole,mais j’aimais mieux sa que retourner chez moi sans lui et voir la réaction de ma mere fachée, alors je continua mes recherches.Le chercher a pris bien du temps car il etait rendue tres loin chez une voisine.Enfin je l’avais,je me dépecha puis rentra par la fenetre de ma chambre sans faire de bruit et alla me coucher en disant a ma mere le lendemain que j’eu decidé a la dernière minute de revenir coucher chez moi.Voila.Je ne considère par vraiment sa comme un imensse secret mais je n’ai quand meme jamais osé l’avouer a ma mère.

Bonne soirée a tous et a la prochaine.

Abeillemignonne

Ouf sa fait du bien d’en parler ….

Chers  lecteurs , Chères  lectrices 

C’est avec plaisir que je vous  reviens , pour cet article je vais vous dire mon secret que peut de gens savent .

C’était il y a quelques années déjà , je revenais de mes vacances de noel  que j’avais passé chez ma mère .

Lorsque j’arrivis  mon  père et ma belle-mère me demandèrent de les rejoindre au salon  , 

j’étais pétrifié puisque avant de  débarquer de l’auto de ma  mère je lui avait lancée a la blague << Cheque ben sa soit ils me disent qu’elle est enceinte ou qu’ils se marient >>,

Ma mère avait alors rit de plus belle puisqu’elle ne s’imaginait pas du tout ce qui allais ce passé.

Revenons donc au salon mon père me demanda d’essayer de rester le plus calme possible , avouer que j’ai paniqué de plus belle .

Ma belle – mère me regardais trop contente ,trop fière de son  coup en fait .Mon pire cauchemar était en train de se réaliser : mon père allait se marier avec ELLE !

Je n’ai jamais osé dire à  mon père à qu’elle point  je l’ai détesté et a quelle point je lui en ai voulu de ne pas me l’avoir dit a moi son seul enfant  et de plus il m’avait annoncé sa comme si je devais me réjouir alors qu’il sait que elle et moi c’est comme chien et chat , on se détestais.

Alors c’est sarcastiquement que je remercie mon père d’avoir été un parfait trouillard et de me l’avoir annoncé en dernier .

Je croit que malheureusement pour la relation père, fille que nous avons sera 20 fois pire qu’elle ne l’ai présentement vu que j’ai la ferme intention de lui dire lorque je partirais a la fin de l ‘année.

Ouff c’est dit ….

à la prochaine ….

Princesse inutile

Quand j’y repense j’ai vraiment été méchant !

22 Juillet 2010, un beau jour d’été se présentait devant nous. Mes ami(e)s et moi décidâmes d’aller faire du camping pendant la fin de semaine du 24-25 qui approcha à grands pas déjà. Une décision qu’un certains hommes très enthousiastes allaient amèrement regretter.

Nous commençâmes à nous préparer, le vendredi soir venu, à une super fin de semaine entre copains. Chacun se prépara de son côté, chez eux. Ont avaient tout prévu, tentes, nourritures, vêtements et tout le matériel nécessaire à trois jours de camping. Nous eûmes prévu de se rejoindre très tôt le matin au Tim Hortons de Dorion, pour partir tous ensemble, en évitant ainsi à une certaine personne de ne pas se perdre. Il faut tout de même la comprendre, elle vint tout juste d’avoir son permis et le terrain se trouvait quand même à Val-Morin. Nous avions donc pris le large à 6 heures 30 .

Nous fûmes arrivés vers les 8 heures, ce qui nous laissèrent amplement le temps de profiter du vendredi. Nous commençâmes par nous installer sur nos terrains qui furent tous un à côté de l’autre. Nous avions décidés de s’installer deux par deux dans les tentes qui n’étaient vraiment pas très grande. Il fut 10 heures et nous étions finalement près à profiter de notre journée, ce que nous nous empressâmes de faire.

Pendant le souper du vendredi soir, la plus grande conversation fut sur la soirée que nous prévoyions de passer. La météo annonçait de fortes orages sur toute notre régions. Nous serions donc obligés de nous coucher tôt.

Ce fut bien la première fois que j’étais d’accord avec Météo Média, car ce fut véritablement une vraie tempête qui nous tombâmes dessus.

Mon compagnon de tente et moi, incapable de dormir, avions donc décidés de faire une blague. Cette blague consistait à détacher le protège pluie d’une tente, ce qui laisserais toute la pluie entrer à l’intérieur. Nous avions prévu de répondre que le vent avait probablement défait la toile pendant la nuit, ce qui expliquerait tout.

Le plan fut exécuté à la perfection puisque les habitants de la tente en question c’était réveillé beaucoup de temps après le détachement de la toile. Ce qui avait laissé amplement le temps à l’eau de pénétrer à l’intérieur.

Le lendemain matin, les gars avaient complètement embarqués dans notre histoire de vents qui avait emporté la toile puisqu’il avait effectivement eu beaucoup de vents cette nuit là. Ils furent donc obligés de dormir dans leurs tente qui était très trempée toute la fin de semaine. Ils furent même malade la semaine après la camping.

C’est ce qui conclu mon article. Aujourd’hui je m’excuse personnellement à ceux que je n’ose révélés leurs identités. Comme cela ils ne pourront pas dire que je ne leurs ai jamais dit. Désolé ! Ce fut réellement une méchante blague.

Pour les sceptiques, cette histoire est à 100 % vraie.

Mouton Ignare

mon petit secret

Sérieusement j’ai jamais eu de gros secrets. Je suis quelqu’un qui n’a pas peur de dire aux autres ce que j’ai fait de mal. C’est peut être parce que je fait pas souvent de mauvaises choses. Par contre je me rappelle d’avoir fait quelque chose de stupide et de ne pas en avoir parlé à mes parents. J’avais environ 7 ans lorsque que j’avais décidé de voler un jouet a mon ami subtilement.

Mon ami avait des petits dinosaures en jouets et moi j’aimais bien les dinosaures à cette âge la. Martin ramassait jamais ses jouets appart ses dinosaures, alors j’ai décidé de lui voler quelques  petits soldats dans ça cour et après je lui es demandé si il voulait les échanger contre un de ces dinosaures. Martin avais accepté, alors il avait échangé son jouet contre d’autres de ces jouets, alors j’ai pu obtenir le jouet que je voulais. Depuis j’en ai parlé à personnes  sauf à mes autres amis.

Au revoir, bonne soirée

Moment embarrassant

Un moment inoubliable, mais que je préférerais complètement effacer de ma mémoire.

Il y a environ deux ans, ma famille et moi avions assisté à un évènement ‘pic-nik’ pour le travail de mon père. Tout les employés et leur famille étaient invités. Nous étions entrain de manger notre dîner lorsqu’une femme est venue nous voir. Celle-ci, très gentille, était la partenaire de mon père.  Suite à leur conversation concernant leur travail, mon père nous introduit. Chacun à notre tour, nous saluâmes la dame. Lorsque mon tour vint,  je m’adressa à elle et lui demanda dans combien de mois son bébé était dû. Elle me regarda avec confusion, donc pour m’assurer qu’elle m’avait bien comprise,  je lui demanda si elle s’avait si c’était un garçon ou une fille. Tout d’un coup, j’aperçu le sourire  de mon père disparaître complètement de son visage; le désespoir total. La femme m’adressa de nouveau et me dit qu’elle  n’était pas enceinte. Elle était… tout simplement… grosse.

Quel moment embarrassant! Mon père n’a quand même pas perdu son travail, mais le retour à la maison était plutôt silencieux. Mon père n’arrive pas encore, à ce jour, à croire que j’aurais pu dire une telle chose. Moi même, je n’en revient pas! Maintenant je pense deux fois avant de dire de telles choses.

Le pokémon

Bonsoir,

Bien que je pense avoir dit la TRÈS GRANDE majorité de ce que j’ai fais de mal ou de bien à au moins une personne, il y a une chose à laquelle je n’ai jamais parlé.

Il y a de cela déjà trop longtemps, j’étais encore à la maternelle.À cette époque, j’aimais bien des choses similaires à mes petits amis. En particulier les pokémons. Et bien voila… Moi, ainsi que tout les enfants de la classe de mon enseignante (je ne me rappelle plus de son nom malheureusement) étions assis par terre à apprendre à écrire nos noms si je me rappelle bien.  L’attention de tous était attiré vers l’enseignante. Tous sauf moi! J’étais attiré par quelque chose de bien plus intéressant, une figurine d’un pokémon qui trainait par terre. C’étais pas n’importe quel pokémon, c’étais Pikachu LE pokémon. Ce jouet était évidement très tentant. Bref pour en finir je l’ai volé.

Ce fut le seul vol que je commis de toute ma vie. Heureusement je n’ai pas vraiment de remords. Nous étions bien trop jeune moi et la victime du crime.  Aujourd’hui elle est une élève de la Cité-Des Jeunes. Peux-être lira t’elle cette histoire?

Ombre Octogonale

Un ami imaginaire…

Je me suis beaucoup questionnée sur la question qui était de révéler un secret qu’on n’avait jamais osé dire à quelqu’un mais en réfléchissant j’ai trouvé quelque chose d’assez intéressant à vous raconter. Voici un secret que j’ai toujours gardé pour moi.
Bon Bon Bon, quand j’étais petite j’avais un ami imaginaire. Je m’en souviens comme si s’était hier. C’était un garçon qui ressemblait à un genre de clown. Il était vêtu de couleur très voyante avec une casquette qui portait toujours à l’envers. C’était vraiment amusant car n’importe ou  j’allais , que ce soit en auto ou pour faire quelque chose en famille , il était présent. Je lui racontait aussi beaucoup de chose. Donc tout mon enfance, il y était. Ce secret , je l’ai jamais dit à personne car je croyais que en le disant il saurait effacer et je ne l’aurais plus jamais revu.  Donc je tenais sa mord jusqu’au moment ou j’ai réalisée que même si je parlais à ma mère de mon ami et bien il était toujours présent. En vieillissant, je l’ai plus jamais revu mais je m’en rappelle très bien . Je ne saurai jamais pourquoi il était devenu mon ami mais je sais au moins qu’il était présent dans mon monde imaginaire…
C’était donc quelque chose que je n’avais jamais osé dire à quelqu’un.
Cheval Magique.

TOP SECRET!!!

Voici mon secret que je n’ai jamais dit…

Dans ma petite gang d’amies, il y en a une qui ramène toujours ce qu’on dit à elle même et qui dit toujours je sais quand elle ignore tout de ce qu’on raconte. Comme exemple, une fois je lui parlais d’une de mes amies qu’elle ne connait pas du tout et elle me disait toujours ouais je sais…Mais elle ne la connais pas!!!!!! Et elle rajoute toujours un petit commentaire insignifiant pour avoir l’air de tout savoir…Et encore! Elle chante toujours et elle chante terriblement mal! Elle peut massacrer une chanson en quelques secondes à peine! Moi, je suis une personne trèèès patiente mais elle commence à me pousser les nerfs à bout et je ne suis pas capable de lui dire d’arrêter de se penser supéreure à tout le monde! Ahhhh, que ca fait du bien de tout vider son sac! Et bien j’ai fini ma super histoire…

Bonne soirée et au plaisir de vous lire! -Belette ordinaire-

SShhhhh c’est un secret!!

Bonjour chers camarades.

Voici un de mes plus grands secrets gardés! C’était un vendredi dernière période, comme vous pouvez vous imaginez, j’avais très hâte que l’école termine et que la fin de semaine débute.

Bon, vendredi dernière période et j’étais en histoire. Mon prof parlais du Québec et c’étais très ennuyant. Donc, si certaines personnes connaissent mon identité,  le savent a quoi s’attendre pour le reste de mon texte. Donc quand le professeur se retournais pour écrire au tableau, je fesais un bruit dérangeant. Et ceci à chaque fois qu’il se tournais

Je fesais ce bruit au cours de toute la période. Mai ce qui est malheureux, pas pour moi évidemment, c’est que les bruits que je fesait on menés à la suspension d’un élève totalement innocent! Je m’excuse encore à cet élève si vous vous reconnaissiez. Mes chères sympathies.

Le secret c’est que je ne me suis jamais fais sanctionner pour mes conneries faites en classe et jusqu’a cette date le professeur qui m’enseignai n’as toujours aucune iddée que les mots qu’il entendais sortaient de ma bouche et non celle de mon copain! S’il vous plaît, garder ce texte le plus caché possible.

Merci, cheveux indetectables.


Terrible Mensonge

Je n’ai pas souvent menti à mes amis. Sauf il y a environ 5 ans. C’était deux jours après Halloween, le 2 novembre. Cette année là, ma cueillette de bonbons avait été mauvaise et j’enviais les grosses taies d’oreillers remplies de mes amis.

En après-midi, j’étais chez un de mes bons amis et durant qu’il était parti au dépanneur, je lui volai une bonne poignée de bonbons que je cachai dans les poches de mon pantalon. J’en mangeai quelque-uns et je jetai les déchets sur le sol pour faire passer le vol sur le dos du petit chien de mon ami!

Lorsque mon ami arriva, il engueula son chien après avoir vu tout les déchets sur le sol! Il avertit même ses parents que le chien avait mangé du chocolat. La situation dégénérait alors je n’ai pas osé avouer mon vol.

Ainsi, pendant 1 mois, le petit chien innocent a subi plusieurs  tests vétérinaires par ma faute. Il a souffert et je n’ai jamais osé en reparler.

En tout cas… Au moins, les bonbons étaient bons !

Bonne fin de soirée !

Secret!

Ce que je vais vous confié aujourd’hui , ma mère n’en sait encore rien du tout ! Malgré que si elle le saurait aujourd’hui elle rirait. Il serait peut-être temps que je lui dise!

Mon secret commence comme suit. Quand j’étais plus jeune, je devais avoir environ 5 ans et j’avais été passé la journée chez ma cousine qui, à l’époque n’avait que 8 ans. Quand j’arriva chez elle, je m’aperçus qu’il y avait des petits bébés chats. Moi qui adore les chats, en voulait un à tout pris mais ma mère malheureusement ne voulais pas car nous en avions déjà trois à la maison. Une heure plus tard, ma mère me dit qu’il était l’heure de rentrer à la maison et subitement il me passa une idée par la tête. Alors, je pris un petit chat et le cacha dans mon manteau. J’avais peur que ma mère s’en aperçoive durant le trajet mais elle s’en étais jamais rendu compte. Fiou! J’étais très contente car, ce petit chaton je le désirais à tout pris. En arrivant a la maison, je fut exprès de rester a l’extérieur pour faire croire a ma mère que le petit chaton venait d’apparaître sur le terrain. Ma mère n’eut pas le temps d’accepter que nous le gardions car il était abandonné. Depuis ce temps mon chat nommé Moka reste toujours parmis nous!

Je suis coupable

Bonjour à vous,

mon histoire est assez insignifiante mais je tien à la raconter à quelqu’un car pendant longtemps je me suis senti coupable.

J’étais en à l’école primaire, en deuxième année, et j’étais un garçon très sage, un vrai petit ange. Je n’était jamais coupable de aucun mauvais coup ou blagues mais j’avais la mauvaise manie d’aiguiser la gomme à effacer qui ornait le bout de mon crayon. Comme à l’habitude ce matin là quand je suis allé aiguiser mon crayon à l’aiguisoir commune de la classe  j’aiguisai les deux bouts.

Tout était normal jusqu’à présent mais un peut plus tard dans la matinée mon enseignante prit la parole pour annoncer à toute la classe qu’un petit comique avait aiguisé son efface et avait bloqué l’aiguisoir. Pris par la peur et la panique je regardai l’extrémité de mon crayon pour voir si j’étais coupable de ce bris pénalisant toute la classe. C’était moi ! j’eus à ce moment une sensation effrayante, j’étais un petit comique malgré moi. L’enseignante, en attendant de trouver le coupable faisait un sermon au groupe entier. Tout les élèves regardait autour d’eux pour trouver le coupable et moi je prenais soin de cacher mon crayon sans efface.

Je ne me suis jamais dévoilé avant aujourd’hui. Ouf ça fait du bien !!

Les petits dîners!

Tout a commencé lorsque j’ai commencé le primaire. Chaque soir, ma mère prenait  quelque minute de son précieux temps pour me préparer un petit repas pour mon dîner de la journée suivante. Elle me faisait une sandwiche à la moutarde et au jambon couper en quatre,elle ajoutait avec ma sandwiche des crudités comme des carottes,des piments et des concombres. J’avais des petites collations avec tout cela mais bon peut importe. Elle me faisait un beau repas pour s’assurer que je mange bien pour dîner.Le lendemain matin, quand il était l’heure de partir pour l’école, c’était ma mère qui allait nous porter moi et ma soeur.Pendant que ma soeur et ma mère sortait à l’extérieur j’allais dans le  garde manger et je prenais des collations de surplus. Rendu à l’école lorsque venait le temps de dîner je mangeais uniquement mes collations et je jetais ma sandwiche dans la poubelle parce que je n’aimais pas les sandwichs que ma mère fesait. Et voilà ce que je n’ai jamais osé dire à ma mère,car j’aurai jamais voulu décevoir ma mère en lui disant que les petites sandwiches qu’elle prenait le temps de me faire je l’ai trouvait très mauvaise.

une auberge non legal

cher lecteur et chère lectrice,

Quand j’étais jeune j’avais le constant besoin d’aider les autres et aussi d’aider les animaux. Quand je voyait une chenille je l’enfermait dans un bocal et m’occupait d’elle jusqu a ce quelle meure , quand je voyait un écureuil mort je l enterrait et lui faisait une belle cérémonie d’enterrement . Tout sa pour dire que j’aimais m’occuper d’un être dans le besoin. Un beau jour d’été je croisa un jolie chaton noir , il était si mignon et si doux , ce fut le coup de foudre instantané ! Je n’avais pas d’animaux a la maison , j »harcelais constamment ma mère pour qu’elle machette un jolie chaton . Et c’était a ce moment  que je décida d’amener le jolie chaton chez moi, pour m’occuper  de lui sans que mes parents en savent l’existence. Donc j avais enfermer le chaton que je nomma salem ( comme le chat dans sabrina the teenage witch), dans mon garde- robe. Je lui donnait du lait et des cereals cheerios chaque matin et chaque soir . Cela dura 2 jours , jusqu a ce que je vois un avis de disparition d’un chat noir qui était drôlement ressemblant au même chat qui se trouvait dans mon garde-robe ! La peur d’etre accuser d’un enlèvement , je remis rapidement le chat en liberté ! Mes parents n’ont jamais su que leur maison c’etait transformer en l’espace de deux jours en refuge pour chat !

Ce Que Je N’ai Jamais Osé Dire à…

Cher Lecteur, Lectrice

Quand j’étais plus jeune, environ vers l’âge de sept ans, ma sœur est venue au monde. Je l’aimer beaucoup et je la prenais souvent, sous la supervision de mes parents bien sûr. Une journée, je jouer avec mes poupées dans mon sous-sol et mes parents étais occuper en haut, alors, il mon laisser ma sœur dans son banc. Elle avait environ trois mois, sinon pas plus jeune.  Elle me paraissait très précieuse à mes yeux, comme ma poupée, alors, j’ai eu la brillante idée de la prendre de sa chaise, je la tenais pendant 2 min et elle c’est mis à bouger, dons, pour la reprendre,  j’ai voulu la remonter mais, ma manœuvre a malheureusement pas fonctionner, alors, à une fraction de seconde, elle c’est retrouver sur le plancher de marbre tête première. Elle a commencé à pleurer très fort et moi comme je le savais que j’allais me faire chicaner par mes parents de l’avoir prise, je les toutes suites remis dans son berceau comme si rien n’étais. Mes parents mon posés la question de pourquoi  elle pleurer et j’ai complètement négligé de leur dire pourquoi elle pleurait autant. De ce jour à maintenant, je n’ai jamais raconté cette histoire à mes parents. Et, je me demande si elle a étais affecté, parce qu’un bébé de quelques mois a la tête très molle, et j’en suis sur qu’elle a eu très mal, même à ce jour je m’en veux de se qui c’est passer.

Mon repas, ma main et ma mère.

Bonjour chers lecteurs,

Ce que je n’ai jamais osé dire… Le problème avec moi c’est que je suis une personne assez honnête et que le mensonge est quasiment passable de mort à ma maison. Face à un tel problème je vais essayer de remonter à ma tendre enfance, à mes années de pure folie.

Je devais être en 4e année du primaire. Notre classe était quelque peu…turbulente. Moi, avec ma grande sagesse, ne faisais jamais rien de mal. Mais un jour le plus turbulent des turbulents, vint à moi pour me demander si je pouvais lui donner mon goûté en échange de quelques claques sur la gueule. Prenant mon courage à au moins 2 mains, je lui répondis timidement: . J’étais terrifié. Il s’approcha de moi et me bouscula. Tout à coup dans mon corps je sentis une chaleur nouvelle, plus puissante, comme si j’étais devenu un super-héro. Il se rapprocha et moi, d’une force herculéenne, je lui envoya mon poing sur le minois. Arrivé à la maison , j’avais un peu mal à la main. Ma mère, inquiète de nature, me demanda ce qu’il m’était arrivé. Je lui ai tout simplement répondu :<< J’ai trop joué au 25¢, aujourd’hui.>>Elle ria et ensuite elle me gronda comme quoi c’était un jeu tout à fait stupide.

La leçon que j’ai appris: Ne jamais se battre ,car cela fait mal aux mains.

Au plaisir de vous lire

D.I

Chère Grand-maman…

Pour une question aussi personnelle, j’ai enfin réussi à trouver un petit secret inutile mais que je n’ai quand même jamais osé dire.

C’est à propos de ma grand-mère.  Je ne lui ai jamais dit mais je trouve qu’elle parle trop, beaucoup trop pour pas rien. Cela est devenu très énervant mais quand même, c’est ma grand-mère! Je lui dois beaucoup et ce petit défaut de sa part ne mérite même pas d’être dit. Alors, comme  une bonne fille, je me tais, je fais un petit sourire innocent et je me force à écouter ou faire semblant.

Voici le début de mon récit

Une fois quand je suis aller chez ma grand-mère, elle parlait très lentement et avec beaucoup trop de détails. si nous prenions une fleur comme exemple : je regardais une fleur et je me disais,   » Wow, mais qu’elle est belle cette fleur!! » Mais ma grand-mère m’a dit «  Mais qu’elle belle fleur il y a sur le bord de la rue, tu voix la forme des pétales, le beau bleu qui fusionne avec le magnifique turquoise et bla bla bla… » Ça continuait et continuait tellement longtemps que je ne pu écrire son récit au complet.

J’ aurais pu lui dire «  Grand-maman, tu parles beaucoup trop mais je t’aime quand même. », mais je n’ai jamais osé.

    

Shhhh

Bonjour à tous !J’avais  toujours été une personne qui adorait les animaux. À ma fête de douze ans, ma mère m’avait acheté un chaton que j’avais nommé bijoux.

 Il avait vécu chez moi pendant quelques mois, mais après un bout de temps, mon père s’était tanné de l’odeur dans la maison. Il m’avait demandé de le mettre dehors. Malgré moi, je le fi. À chaque matin avant d’aller à l’école, j’allais voir bijoux et je lui donnais un bol d’eau et de nourriture .Ma mère trouvait que je passais plus de temps avec mon chat le matin qu’à me préparer. Elle m’interdit de le voir le matin, et elle m’avait dit qu’elle allait s’en occuper. Le temps passait vite et à chaque matin je m’ennuyais de mon petit chaton. Un matin au mois de janvier, il faisait très froid dehors et j’ai eu très peur pour bijoux, car je ne voulais pas qu’il prenne froid. Hélas, malgré les règles de ma mère, je sortis dehors pour lui apporter une couverte. En sortant, j’aperçus que mon chat n’avait pas son bol d’eau avec lui. Ma mère l’avait fait rentrer, mais elle avait oublié de le faire sortir. J’aurais sûrement dû lui demander mais j’ai décidé de m’opposer  à sa décision. Je  pris mon chat qui avait soif sur le bord de la piscine et tout d’un coup je l’échappa. Mon pauvre petit bébé s’était noyé  ce matin là.

Ma mère me demanda souvent à-propos de bijoux mais je ne lui répondis jamais .Ce printemps là, j’entera  mon chat et personne ne su la vérité sur la disparition de bijoux.

Mustang Mauve

Le courrier

Bonjour.

Voici mon secret jamais dit. Tout commença à Vaudreuil-Dorion,  un dimanche après-midi comme tout les autres, je jouait au ballon avec mon ami, lorsque nous avions envoyer  mon ballon sur le terrain de ma voisine. Avec courage, j’allait le chercher lorsque, malheureusement, la voisine sortit de chez elle. D’un coup, elle me cria des bétises disant<< tu n’es pas chez vous ici ! >>, je lui répondis (avec un ton moqueur)<< je sais Madame, mais je venais juste prendre mon ballon et  je pars après ! >>, elle me répliqua   << tu vas avoir honte de quest-ce que tu viens de me dire !>> . En revenant vers ma maison, mon ami était déjà parti, car la dame lui avait fait peur . J’avais juste le temps de rangé mon ballon que ma mère m’appella et voulais me parler. En rentrant de la maison, ma mère dit << J’ai reçu un appelle téléphonique de la voisine et elle dit que tu t’es moqué d’elle ! , alors pour ça vas dans ta chambre tout de suite ! >> . << Ok ! >> répondit – je. Le lendemain après l’école (vers 16h00), je me suis dit que je devais me venger, alors vut qu’elle n’était pas là, je me suis dit que je devais agir tout de suite !, mais… comment ?… . Alors en revenant chez moi, je prit un bout de papier et je fis une lettre anonyme qui disait en bref << Bonjour, j’aimerais te rencontrer à un restaurant chic se Samedi, car je te trouve de mon goût >>. Le Samedi soir arriva et j’avais hâte qu’elle découvre qu’il n’y avait personne à se restaurant chic.

Marmotte Obscure.

Une révélation qui fait sourire

J’avais neuf ans. L’anniversaire de ma mère approchait à grands pas. Je devais absolument trouver quelque chose mais, par le plus  grand désarroi, je n’eus plus un sou en poche.

Je cherchais donc dans les coins et recoins de la maison pour trouver ne serais-ce qu’un pièce d’un dollar, mais rien à faire. Mon frère avait sans-doute eut l’occasion de trouver du petit change avant moi. Je ne sus plus que faire, j’étais résignée à lui offrir qu’une innocente carte pliée avec quelques petits dessins maladroits dessus. C’est alors qu’une brillante idée me venue à l’esprit. Je me disais: «Pourquoi ne lui emprunterais-je pas un peut d’argent pour lui acheter un cadeau?»

Évidemment, elle eut la gentillesse de me verser cinq beaux dollars. Je magasinais son cadeau au magasin où tout était à un dollar. C’était la seule place où je pouvais m’acheter une multitude de petites choses inutiles. Enfin bref, je lui achetais mon cadeau. Malgré la peur que j’éprouvais à l’idée qu’elle reconnaisse le billet de cinq dollars, elle ne s’était même pas demandée d’où pouvais bien provenir l’argent que j’utilisais. Aucune question ne me fut posée.

Encore aujourd’hui, elle n’en sait rien. Du moins, je me plais à y croire.

Un petit secret….

Pour être franc ,je suis presque un livre ouvert (d’ailleurs c’était ma première idée de pseudonyme ,mais on  l’avais déjà pris ,donc je suis allé avec l’option deux qui est fantastique ) alors mes amis savent presque tous de moi .Je vais y aller avec quelque chose que j’ai dit à peut-être deux personnes (j’espère qu’elle ne fond pas partie du projet sinon je suis démasqué …) .Ce que je m’apprête vous racontez est un évènement non-fictif  et cela c’est vraiment produit et j’en suis peu fière mais bon nous avons tous fait des bêtises lorsque nous étions plus jeunes et ou certain d’entre-nous en faisons encore mais bon j’arrête de tournée autour du pot et je me lance …

Bon j’ai un défaut qui frustre un peu mes amis je suis un peu plate dans mes blagues .C’était la st-Valentin  à l’école et avec un ami nous avions  décidé de titiller un gars de notre secondaire (pour des raisons de sécurité on va l’appelle mr.P ).,on lui à envoyé des fleures pour la st-Valentin .Alors mr.P a reçu les fleures en question avec un message d’amour brûlant de passion sous le nom d’une demoiselle qui se nomme Natacha Ticha et notre compagnon a cru à la mascarade .Nous ,comme les jeunes idiots que nous étions ,allions le voire pour savoir s’il avait bien reçu la missive et effectivement il l’avait reçu et il en était fou (et tous sa sans jamais avoir vue la demoiselle en question …).À la fin du message d’amour il était dit que la demoiselle en question allais se présenter à un lieu quel conque  et que si lui aussi brûlait de passion il serait préférable qu’il se présente .Et il s’est présenté…. moi et mon ami l’avions suivie subtilement pour observer la scène de loin ,il a patientez durant tous l’heure du midi dans l’espoir de rencontré une personne inexistante.Vers 1h15 nous avions décidé que la plaisanterie avait duré assez longtemps et nous sommes allé a sa rencontre pour tous lui avouer .On a eu le droit a quelque gratification et puis nous sommes parti .

Après avoir lu cela j’espère que votre opinion de moi n’a pas trop changer on a fait une blague de mauvais goût et on s’est excusé  .

Cordialement Philosophe Militant