Soulagement total

Ce que je n’avais jamais osé dire à un de mes oncles; est à quel point je le détestais. Il faisait toujours du mal à ma famille, surtout à mon père. Cette personne n’avait pas de cœur, il se fichait des autres, toujours des reproches à faire. Il était baveux.
Je lèverais mon poing pour lui foutre en pleine figure.
À noël l’an passé il m’avait niaisé comme toute les années précédentes devant toute la famille avec ses fameuses claques et me disait : allez montre moi ce que tu avais appris à tes cours de boxes. C’était assez!!! Je réagissais aussi vite qui n’avait rien vu venir. Je l’eus pris par la tête et je lui avais immédiatement encerclé mon bras autour du cou. Je l’avais maîtrisé. Il était complètement coincer et c’était à mon tour de le ridiculiser devant toute la famille. Il était frustré. C’était mon père qui était venu nous séparé car il était devenu toute rouge et la famille riait de lui. Ce moment fut très agréable pour moi et j’avais le goût de lui dire que c’était un fendant, hypocrite, égoïste, menteur, profiteur, manipulateur, un gros zéro de la société, que je le détestais, qu’il était une ordure, qu’il était pourri jusqu’au os. Qu’il devait aller se faire soigner par un psychologue. Pour conclure, il ne fut plus parti de ma vie n’y de ma famille.

Chut ! C’est un secret!

Il n’y a pas qu’une seul chose que je n’ai jamais osé dire à des gens de mon entourage, mais jamais rien de très grave. Pour cette fois je vais vous parlé d’une de ces choses.

Il y a quelques années, par une belle journée d’été, j’étais supposé aidé mon père à faire des travaux autour de la maison. Cepandant je m’étais trouvé une excuse pour ne pas le faire parce que je préférais m’occuper à autre chose que de travailler. Donc mon père demanda à mon frère, qui accepta. Après avoir aidé mon père, frère parti avec des amis. Puisqu’il partait travaillé, mon père me remis l’argent qu’il devait à mon frère (15$) parce qu’il l’avait aidé. Cependant,  je n’ai jamais donné l’argent a mon frère, qui n’a jamais posé de question par rapport à ça. C’est un secret dont je n’ai jamais parlé à personne et mon père croit toujours que mon frère a reçu son argent.

p’tite soeur j’ai quelque choise à te dire

P’tite soeur,

Je t’aime et je t’aimerai pour toujours quoi qu’il arrive. Mais quand on aime une personne, on a le devoir de lui dire ce qui est bon ou mauvais pour elle. J’aurais tellement du te le dire, te prévenir.

 J’aurais du te consolé c’était un de mes devoir en tant que petit frère. Il est maintenant un peu trop tard pour te le dire mais vaut mieux tard que jamais. Tu aurais du mériter mieux que lui. À chaque jour ce fut la nuit pour toi. J’eus t’en de mal à te voire pleurer, souffrir à causse de l’amour. Pourtant quand tu traversa devant moi aucune parole sortait. J’aurais tellement du te le dire, te prévenir. Quand le silence ce tut, je fut croire t’entendre pleurer quelqu’un. Ce ne fut pas mon imagination. Ce fut toi, seul qui pleurais, seul dans un coin. Tu t’avais trop attaché à lui. Il aurais fallut que je te parle pour que tu décroche. Mais les paroles que je t’aurais dit ne saurais pas rendu à tes oreilles. Ils auraient été emprisonné par le silence. Celui qui fut ton amour fut, sera et est ,dans ma tête, un espèce de trou de cul qui eus haussé te faire pleurer. Tu a assez souffert. Maintenant je ferai mieux attention à toi p’tite soeur bien aimé. Je dois dire qu’il y a du monde hypocrite dans vie, du monde qui aime faire du mal aux autres, des profiteurs. Mais cette foi-ci j’irai te voir pour te le dire, pour te prévenir. Passe une belle vie avec celui que t’a choisi.

-XOXOX-

Gobelin Imaginatif      

Lourd passé

Cette histoire se passa quand je fut en secondaire un.  J’étais comme ceux qui, une fois arriver au secondaire, voulais impressionner les autres.  J’essayais d’attirer l’attention des aures élèves sur moi mais, voyant que cela ne marchais pas beaucoup, j’eus l’idée de faire quelque chose que personne ne devrait. Fumer. Quand je fut en secondaire un, j’avais convaicu mes parents de me donner de l’argent pour que je puisse m’acheter mon dîner à la cafétéria tous les jours.  Mais, un jour, je décida de prendre cette argent et de m’acheter quelques cigarettes pour fumer le midi au lieux de manger.  J’eus cru qu’avec cela, les gens porterais plus attention sur moi mais, il n’en fut pas ainsi, et alors que je m’apprêtais à alumer une autre cigarette, j’eus soudainement une image de mon père qui travaillait dans son usine  le soir pour que je ne puisse manquer de rien à la maison.  Un horrible sentiment de dégoût m’envahit et j’éprouvais maintenant du regrets face à m’a façon d’agire.  D’un geste presque automatique, je lança les cigarettes aux poubelles et je partit rejoindre mes amis qui dînais à la cafétéria.  Plus tard, je repenssa à ce que j’avais fait et j’éprouva énormément de regret envers mon père qui m’offrait généreusement mon dîner tous les jours.  Dès que je le pus, je remboursa mon père à son insu, pour pouvoir oublier cette journée.

Je ne regrette rien.

Un jour, il y a maintenant plus de deux ans de cela, j’ai fait une merveilleuse rencontre. Ce genre de rencontre que jamais je ne pourrai oublier. Malgré le fait qu’être avec cette personne fut assez dure émotionnellement, j’ai malgré tout vécu de belles choses avec cette dernière qui m’a fait vivre de merveilleux moments. Ce jeune homme parti il n’y a pas si longtemps de cela ( je pourrais vous dire la date exacte , mais j’ai bien peur que cela ne révèle mon identité à quelqu’un d’entre vous) et je ne l’ai plus revu depuis. Cela fut encore très dure pour moi mais je parvins tant bien que mal à continuer le cours de ma vie, essayant le plus possible de ne pas m’empêcher de vivre pour cet homme. Bref, ce que je n’ai jamais osé dire à personne fut que lorsqu’on me demanda si je l’aimais encore, la seule réponse que j’ai toujours dit était non. La vérité est que je n’en sais rien. J’eus souvent envi de répondre oui, mais à quoi bon ? Cette personne est loin et rien de ce que je pourrai dire ne la ramènera ici avec moi. Bref, si vous vous demandiez si j’aimais encore cette personne, que je n’ai pas revu depuis des lustres, la réponse est  » je ne sais pas  ».

Merci de m’avoir permi cette confidence,

Vôtre, Désordre Ordonné

Ahh! Des secrets….

Tout le monde à un secret gardé profondément dans son coeur. Voici le mien.

Tout c’est passé dans une semaine de secondaire deux. L’évènement commença un matin à la première pause, mon meilleur ami et moi ont été assis sur une table. Il me parla d’une fille qu’il été en amour avec. Mais avec coïncidence comme un film d’amour cliché, j’étais en amour avec la même fille. Alors il m’en parla constamment de son amour et moi je fis en semblant de l’écouter. Je dois admettre que j’étais un peu jaloux. Ok Ok, un peu beaucoup. Ça fait maintenant trois jours qu’il n’arrêta pas d’en parler et c’était aussi trois jours que ma jalousie continua à grandir. À midi, la fille dont j’entendais constamment son nom vint me voir. Je pourrais dire qu’on était quand même des amis pas trop proche par contre. Elle me tendit une lettre. À ce moment même, mon coeur commença littéralement à sauter dans ma cage thoracique. Elle me dit si je pourrais donner cette lettre a mon ami. Ah…! Mon coeur vint de se déchirer. J’essayai de garder mon sourire, cela était dure mais je réussis quand même à garder ce dernier. Alors je la dit, que j’allais lui remettre la lettre. Je l’avais menti a plein face qui ne fus vraiment pas moi. Alors je regarda cette lettre qui me causait de la peine. C’était belle et bien un lettre d’amour pour mon ami. Alors, je l’ai dechiré et la mis dans une place qu’il ne put jamais trouver. Mais après deux jours, ils sortirent ensemble. La fille me demanda ce qui est arrivé à la lettre, je lui répondis que je l’ai perdu.

Je m’excuse, pour t’avoir fait cela mon ami.

Vache Mouillée

Ils ne le savent toujours pas!

Bonjour,

Aujourd’hui je vais vous dire quelque chose que même mes parents n’ont jamais su. Tout se passa le premier septembre 2007. La plus belle journée de toute ma vie. Ma vie se changea complètement. J’étais partie à une fête d’anniversaire quand on s’était rencontré. Dès que ma famille et moi entrâmes dans la salle où il y avait beaucoup de personnes, je me sentis étrangement  fixé par quelqu’un. Je n’osais pas regarder c’était qui. Sans aucun problème, nous prîmes les sièges qui nous ont été attribués. Après être assise pendant cinq minutes, ma gentille cousine me demanda de me lever, car elle voudrait me présenter à quelqu’un. Alors, je me levai et je la poursuivis. Je me sentis toujours fixée à ce moment là. Quand ma cousine s’est arrêtée, je l’entendis dire les phrases suivantes: « voici la fille que tu voulais tant rencontrer ». à ce moment précis, je le vis! Au premier regard, j’♪0tais émerveillée. C’était lui qui me fixait dès que j’avais mis les pieds dans la pièce. Ma cousine avait fait les présentations et il me tendit la main. Je fis de même tout en disant enchantée de te connaître. Lors que nos regards se croisèrent, on oublia toute autre chose autour de nous. Après les présentations, on alla chacun dans son coin. On avait passé la soirée sans se dire un mot mais tout en regardant l’un et l’autre chacun a notre tour.

Plusieurs jours passèrent et finalement il m’ajouta sur msn. je demandai à ma cousine qui est-ce et elle me répondit que c’est le même gars que l’autre jour et sans perdre une minute, je commençai à parler avec lui. On avait parlé pendant plus de cinq heures et ça continua pendant trois semaines. C’était un beau dimanche quand il déclara son amour pour moi. Je fis tout pour parler avec lui ce jour-ci. J’avais même menti à mes parents en déclarant que j’avais mal au ventre, alors je ne pouvais pas aller faire du shopping avec eux. Quand je fus connectée, il me dit finalement qu’il m’aimait après avoir essayé de me le dire une heure auparavant. Et je lui répondis Idem. On a eu une relation pendant une longue période mais cela ne dure pas longtemps, car mon bonheur s’envola. on sortant de l’école, je reçus un message disant qu’il ne veut plus avoir de relation avec moi. Ce fut la pire journée de toute ma vie. Je n’avais jamais reçu un tel shock de ma vie. J’eus une relation de quatre mois sans que mes parents le savaient et ils ne se sont pas rendus compte lors que j’étais triste pendant deux mois, car je ne montrais pas ma peine. Je souffrais intérieurement à chaque jour. Aujourd’hui on est encore amis parce que je l’aime toujours. Mes parents ne surent jamais que j’étais avec quelqu’un. Je ne pensai pas que ça vallait la peine qu’ils sachent.

Dans l’amour, il y a toujours de la souffrance.